Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

16 juillet 2006 7 16 /07 /juillet /2006 13:16



Je chie je dis que je chie non pour avoir l'air mais pour être sûre que je ne sous-chie pas à force de s'entendre dire que la femme est l'harmonie on ne sait jamais ce qui peut se produire tant pis si j'ai l'air je chie avec joie avec délivrance délectation et dieu merci je ne suis pas au stade anal je chie pour évacuer presser faire sortir et faire tomber et ma volupté est peut-être celle de l'accouchement aussi et c'est vraiment tout ce que je peux ce que je veux en dire je bande et je débande il suffit que je la voie et ne la voie pas et si je ne la vois pas où je voudrais je la désire encore plus fort et je vais et je viens la saisissant délicatement entre mes doigts je n'obéis plus à personne même pas à moi-même je suis le cheval blanc qui galope au-dessus de ta tête et de la mienne il y a un cheval ce n'est pas le cheval mort dans le piano ni l'âne pourrissant dans le champ corse entre deux étreintes maladroites ou pourries n'essaie pas d'en faire un cheval mort comme le jour où personne d'autre ne sera mon silex déposé dans ma bouche à ma naissance aucune autre pulpe je fais la fine bouche mes lèvres et mes mains je les ai regardées elles savent avant toutes les autres ne nais pas au désert sexe long ou sexe court sexe creux ou sexe gonflé un étang est là au-dessus duquel flotte une légère brume d'où montent des nénuphars aux longues racines un étang brillant pour la naissance il faut des ailes d'ange avec de bonnes ficelles je gueule que j'ai mal je gueule pour que crève le silence je chie avec joie et sans ostentation les chevaux morts les nuits solitaires les caresses solitaires les larmes et les anciens baisers les caresses poussées jusqu'à l'écoeurement les dos mal aimés après l'amour les supplications et les scandales les pressions et les menaces les silences obligés et les coïts interrompus et ininterrompus les sexes débandés et les nuits de noces avec les impuissants il y en a qui pensent notamment qui font des expériences de jeunesse qui ne sont pas arrivés depuis longtemps et moi j'arrive et je fais à toute vitesse mon trajet et je chie en courant je chiais en courant maintenant je m'assieds pas trop longtemps tout de même je ne lis pas en chiant je fais ce qu'il faut mais je n'y reste pas des heures et je domine à peine mon horizon mais je le domine des yeux je suis plongée dans la merdre jusqu'au menton pendant un moment ce fut pire j'avais peur de tomber dedans et la planche posée sur le tas de merde liquide au fond sous le petit toit de planches chauffées au soleil ne m'inspirait pas confiance mais je lisais les journaux de mode 1900 et je pissais comme un garçon tranquillement avec la complicité rieuse de l'amie plus âgée tendrement amusée je n'avais pas de pesanteur et le soleil filtrait pour moi pour toi ma tendre complice inconnue et née depuis toujours j'accepte avec toi de très longues fiançailles je chie tous les déjeuners concerts avec les plus grands noms à ce titre-là il faut se saouler et dégueuler l'énorme erreur du raisonnement de la prudence au lieu de chier il me faudrait dégueuler mais au lieu de cette évidence j'absorbais pendant des années et je ne cesse de chier l'Eglise la loi la rigueur la morale les deux sexes les valses en ut dièze mineur les cérémonies mémoriales l'église Saint-machin sauf saint-baiser je chie les titres les peurs les femmes qui président celles qui ont des anneaux au doigt celles qui ont des responsabilités celles qui élèvent le mieux possibles leurs enfants et celles qui se sacrifient celles qui concilient tout celles qui veulent des postes officiels celles qui se laissent baiser sans baiser elles-mêmes sans être celui qu'elles aiment celles qui subissent les fantasmes mâles pour être davantage celles qui n'inventent pas leurs fantasmes sans précédent celles qui citent Rimbaud au lieu de se citer elles-mêmes celles qui ont peur de perdre leur statut leur argent du mois ou de la semaine celles qui rêvent au lieu de baiser celles qui ne montrent pas leur sexe et non leur cul sinon le cul de l'homme quelle merveille mais lui parlent des culs des femmes mais ils ne montreraient pas leur cul de peur de peur de quoi de peur d'eux-mêmes de peur d'être à découvert de peur d'être surpris de peur d'être enfin possédés de peur que vos disques soient les nôtres de peur que leurs dés pipés soient les nôtres de peur que tout soit à la fois à l'envers et à l'endroit de jour et de nuit du côté des numéros pairs et des numéros impairs de la cartomancienne et du calcul des probabilités de Pascal et de Boris Vian de celui qui a inventé les omnibus et de celui qui roulait dans la plus superbe des automobiles et moi et moi avec ma DS affreux jeu de mots ma déesse la seule qui compte et tous ceux avec lesquels je baise ne sont que tes prémonitions même après coup ne sont que des chemins bourbeux vers toi et je les désire je te désire en eux et si tu étais là c'est toi que je mettrais à mal et je les chierais avec délectation avec volupté avec ostentation obstination délectation et sans aucune vénération je chie toute dialectique je chie les lois de la logique et même de ta logique je chie tous les poèmes qui ne sont pas de moi qui ne sont pas pour toi je chie les réserves et les prudences je parle à mon verre de vin je parle à mon clitoris qui ne vaut pas le tien je parle à ma vulve qui n'est pas la tienne je parle non à mon bonnet mais à tes tes doubles lèvres j'ai fait enlever les freins de ma voiture j'ai fait arracher tous les freins et je t'attends je t'attends la fin justifie les moyens pourquoi pas les tarots pour te trouver j'ai chié toute transcendance j'ai chié toute réserve j'ai chié tout ce qui est mort entends-tu chier est pour moi chier la mort les matières fécales de ma vie les matières inertes même plus capables de pourrir regarde les excréments des chiens comme ils pourrissent regarde comme tout le reste est à tes pieds regarde comme tes peurs sont chiées peur de ne pas assez jouir avec moi de moi par moi en moi peur de ne plus être la femme d'un homme très honorable peur d'être dupée peur d'être la possédée la perdante peur de ne plus être désirée tous tes cheveux gris cachés je les chie toutes tes rides je les chie tous mes poils gris je les chie aussi et tes mâles je les chie les miens aussi ceux qui sont moins forts que moi tant pis pour eux je ne veux rien savoir que cette chiée le contraire du désir pour m'abîmer en toi par toi pour toi sans aucune arrière-pensée pour que ton sexe je ne dis pas ton con car je sais le piège qu'on essaie d'y introduire auquel on essaie de le réduire je sais que je vais vers toi et ta réserve est délices même ton rire devant les magasins de ton fief même ton rire nu je goûte chaque minute de notre plaisir je goûte chaque minute de tes lèvres je chie avec aisance tout ce qui n'est pas toi tout ce qui n'est pas ta démarche aux bas verts aux bas noirs aux bas ôtés voracement délicatement dans ta demi-inconscience dans ta totale inconscience le deuxième temps est vécu c'est le temps du désert au cœur de l'amour je m'avance sur ces terres vierges en solitaire amoureuse et amante avec de nouvelles lois dans ma poche et je vais hésitant mais en fait je n'hésite pas du tout je jubile intérieurement extérieurement de toute mon âme que je ne sais pas où loger sinon dans mon cœur qui ne fait qu'un avec mon corps avec mon sexe avec toi avec mon délire avec mes raisonnements avec mon sexe nu avec mon âme d'écorces nombreuses avec mon âme de temps à temps à temps compté à temps libre à temps complet pour aimer je chie enfin librement tout ce qui pèse en moi en toi je chie tous les mots vides et trop légers tous les maux d'amour non accompli tous les mots d'amour sans baiser tous les mots de violence tous les mots à côté de côté tous les rires de moquerie sauf de timidité tous les détritus de tes craintes de ton passé de mon ancienne sottise et de ma sottise d'aujourd'hui quand je ne vois pas clair en toi en moi ni toi ni moi ne voyons bien clair tes poils gris les miens les tiens sont en or légers fils d'or de ma toison de ta toison tendresse j'ai appris à chier en regardant par toutes les lucarnes interdites par toutes les lucarnes moins une je croyais que c'était toutes les lucarnes il y avait toutes les autres et je payais mes impôts à la morale à la vérité à l'Etat à la loi à la sincérité dont personne n'a que faire toutes les vies sont en dehors il faut apprendre à posséder les corps pour les faire jouir il n'y a rien à apprendre seuls les fantasmes me comblent le fantasme sans parole mais rempli d'orgasmes si la femme est faible c'est qu'elle est mutilée dans ses orgasmes bourrés de bonne volonté un regard par-dessus l'épaule et quand elle jouit parfaitement bien salement vachement les deux mots que le mâle lui jette à la tête à travers les jardins de banlieue parce que c'est là qu'il souffre le plus et qu'il veut donc faire mal à son tour pour tout recracher et tout oublier un peu oublier beaucoup en même temps elle veut jouir et elle compte son temps elle compte sa maternité dévouement aveuglement elle se croit vieille elle compte les amants et les années de jouissance elle court toujours parfois en balayant derrière le fourneau surtout qu'il n'y ait pas de saletés pas de poussière c'est elle la superbe qui dit cela elle dit d'un regard furtif à la dérobée est-ce que je sais seulement ce qu'est l'amour et elle cultive la respectabilité mais elle voit les poils de son sexe devenir gris et elle a peur d'elle-même elle compte son passé il faut vraiment de bonnes ficelles pour faire des ailes d'ange mais je te les attacherai moi-même car nous sommes des femmes avec la parole en dedans le sexe en dehors mais nous ne nous offrons plus sur des tables d'opérations pour aimer être vues et faire des enfants apprends à posséder les corps pour jouir pour les faire jouir ne t'expose pas aux regards nus expose-toi au regard frère n'enferme pas ta vie dans un placard près de la chambre et de la cuisine à l'antimite ne mets pas ton sexe sous une housse je gueule que tu as mal que j'ai mal par là où les hommes nous font mal adroits maladroits maladroits trop étrangers arracheurs de langue et de sexe à tous les carrefours dans tous les lits Que faut-il que je chie encore dis-moi je trahirai tout le reste du monde pour toi car c'est en toi que je me suis enivrée des plus pures voluptés bien que toi tu ne m'aies pas touchée que moi seule t'ai touchée il faut que je chie sans façon tout le reste il y a déjà un gros tas de merde devant et derrière moi et je jubile de savoir qu'à la fin j'ai pu extirper de moi cet énorme tas d'excréments qui m'encombrait me pourrissait m'alourdissait m'empuantait et je ris maintenant que je te couvre de roses faut-il chier la ville et sa folie et ses inconnus qui ne vont pas jusqu'à moi jusqu'à toi la ville et ses mauvaises humeurs et mes faiblesses et mes angoisses de ton absence je ne veux plus avoir de pudeurs exténuantes j'ai trop vu d'obscénités dans les chiottes et sur les portes je sais le désir vif et lancinant qui vous tient et vous point jour et nuit et que le mâle entrave chez la femme parce qu'il la pénètre et tue son plus délicat plaisir et l'homme a besoin des obscénités c'est une langue primitive qui doit sortir entre les dents qui doit se mêler de fèces et de larmes et de sperme et de salive et de suc et il n'y a pas d'ordre préférentiel ni historique ni rien de semblable et je monte sur les toits pour le dire et sur la place publique et je picore les sexes en passant et je mets délicatement la main sur les cuisses et sur les sculptures douces comme des corps de femme et je pleure et je pleure de douleur de bonheur je pleure de mémoire et de demain j'en suis encore à chercher tout ce que je dois chier c'est mon silence sur toi c'est le silence des femmes sur l'essentielle douceur qu'elles ont remplacé par et les lignes se chevauchent et elles ne savent plus dire lire lire entre les lignes et elles vieillissent dans la dignité la ruse l'aigreur le furtif le rapace le caché le rampant et pire le souvenir on m'a arraché la langue mais je parle avec mes doigts et ma langue a retrouvé sa place pour la caresse fondamentale sur les lèvres de la bien-aimée je dis que c'est là leur place et pas ailleurs même pas pour parler qu'ai-je à faire avec vos ruses vos faiblesses vos calculs je n'en ai que faire je gueule que j'ai mal je gueule pour que crève le silence les clowns glissent et culbutent sur les feuilles de toutes les lettres qui répètent la même chose nous ne nous échapperons pas des filets des modes secrets éclatants nouveaux ni majeurs ni mineurs harmoniques doubles et chantantes

Geneviève Pastre, l'espace du souffle, Editions Geneviève Pastre, 1997

Partager cet article

Repost 0

commentaires