Quelques jours avant le 1er décembre, Roselyne Bachelot a enfin déclaré vouloir mettre fin aux pratiques « discriminatoires et pas tolérables » de l’EFS (Etablissement Français du Sang) qui excluent à vie les hommes homosexuels du don du sang. Comme le rappelle SOS homophobie qui « enregistre avec satisfaction les déclarations de Roselyne Bachelot », cette exclusion se double aussi d’un fichage des homosexuels volontaires au don du sang. Cette interdiction, qui existe depuis 1983, pourrait être levée dans les prochains jours. Depuis plusieurs années de nombreuses associations dont SOS homophobie demandaient que la notion de population à risque qui permet d’exclure un homme qui n’aurait aucun comportement le mettant en contact avec le VIH soit remplacée par la notion bien plus efficace de pratiques à risques. Chaque donneur étant soumis à un questionnaire permettant d’identifier ces comportements (afin de limiter le risque de prélever du sang contaminé mais dans lequel le VIH est indétectable en raison de la fenêtre sérologique), le taux de risque de contamination post-transfusionnelle ne devrait pas augmenter. Ce n’est pourtant pas l’avis de l’EFS comme Jean-Daniel Flaysakier le rappelle sur son blog-santé (France 2) : « Selon une modélisation statistique, ouvrir le don de sang aux homosexuels aurait pour conséquence de doubler le risque résiduel de contamination post-transfusionnelle. » Jean-Daniel Flaysakier va aussi plus loin en affirmant que, depuis les procès du sang contaminé, « des progrès énormes ont été faits en matière de sécurité, notamment avec des tests ultra-performants et aussi grâce aux mesures d’exclusion, sans doute parfois excessives, mais qui répondent aux mesures de précaution indispensable pour éviter de nouveaux drames. » Encore une fois la fin d’une mesure discriminatoire donne l’occasion à certains de mettre en avant leur talent de prophète annonçant drame, catastrophe et autre fin du monde.

 

Alexandre Lassalle

Source : http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/12/10/1860-don-du-sang-fin-des-discriminations