Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 14:27

Derrière le "oui" socialiste au mariage homo, par Laurent Greilsamer


LE MONDE | 30.10.06 | 13h53 • Mis à jour le 30.10.06 | 13h53

Soudain, Lionel Jospin est revenu. Tel un père sévère, il était là, les sourcils chiffonnés, l'air mécontent. Une fois de plus, les trois candidats à l'investiture socialiste le désavouaient. C'était mardi 24 octobre, lors du deuxième débat télévisé et c'est presque passé inaperçu... Comme les temps changent ! D'un même bond, Laurent Fabius, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn, trois de ses anciens ministres, se sont déclarés favorables au mariage homosexuel et à l'adoption par des couples homosexuels. Et l'on sentait vibrer quelque part la colère jospinienne. Une fois de plus, les trois prétendants négligeaient l'un de ses ultimes avertissements : pas ça, pas maintenant !


Dans le "oui" au mariage homosexuel prononcé par les candidats, le plus frappant était pourtant ailleurs. Le plus frappant, ce fut l'absence de débat. Une minute chacun pour approuver la proposition de leur parti. Une minute de consensus. Une minute pour expédier une question de société qui mettait encore en ébullition toutes les familles de pensée il y a deux ou trois ans. Comme si le débat était déjà derrière nous. La France aurait-elle mûri aussi vite ?

Le plus frappant, c'était aussi la manière d'aborder ce thème. Car chacun l'a traité avec son style : Fabius en gardien du temple socialiste, serrant contre lui le petit livre rose ; Royal en mère de famille, déjà présidente de l'éducation française ; Strauss-Kahn en précurseur réjoui : n'avait-il pas pris position dès 2004, seul contre tous au PS, en faveur du mariage homosexuel ?

Mais voyons ce qui a vraiment été dit. Laurent Fabius, dans son premier mouvement, demande l'égalité entre les couples hétérosexuels et les couples homosexuels. A ce stade, il assure le minimum syndical : "Nous devons honorer le projet qui est le nôtre d'élargir le pacs." Ce sont les journalistes qui le relancent pour savoir s'il est favorable au mariage des homosexuels et à l'adoption d'enfants par les couples homo. "Bien sûr, bien sûr, répond-il presque surpris. Oui, c'est ma position." Et il enchaîne aussitôt : "Il faudra en convaincre l'opinion parce que ce n'est pas facile."

Ségolène Royal repousse le plus longtemps possible le sujet. Elle insiste sur les "repères" et les "interdits" nécessaires à la "structuration des enfants". Elle affirme à deux reprises : "On peut divorcer de son conjoint, on ne divorce pas de ses enfants." Mais sur le mariage homosexuel ? Elle temporise, elle évoque ces hommes et ces femmes qui ont eu des enfants au cours d'une relation hétérosexuelle et qui découvrent finalement l'homosexualité. Peut-on les séparer de leurs enfants ? Non, bien sûr. Là encore, ce sont les journalistes qui interviennent : "Ce sont des situations de fait. Est-ce que vous légaliserez le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels ? Est-ce que vous en prenez l'engagement ?" Son sourire se fige. "Oui", répond-elle. Un "oui" sobre. Un "oui" qui coupe court à l'assaut.

Dominique Strauss-Kahn joue les avant-gardistes. Il se fait d'emblée le champion du changement : "Il faut qu'on adapte notre législation à une société qui bouge." Sûr de son sujet, il affirme : "Le mariage n'a plus le même sens qu'hier. Hier, c'était pour faire des enfants ; aujourd'hui, la moitié des enfants naissent hors mariage. Le mariage aujourd'hui, c'est une déclaration d'amour entre deux personnes. Qu'elles soient du même sexe ou pas ne me gêne pas." Patatras ! En trois phrases, il dévalue la réforme qu'il défend. Si le mariage se réduit vraiment à une déclaration d'amour, pourquoi le transformer en enjeu politique ?

Bref, il aura suffi de quelques minutes de débat pour démontrer que l'unanimisme socialiste autour du mariage homosexuel et de l'homoparentalité n'est pas encore tout à fait au point et que le consensus masque bien des différences. Que Lionel Jospin se rassure !


LAURENT GREILSAMER

Source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-828931,0.html

Repost 0
27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 12:37
 

Homosexuels : consensus sur le mariage et l'adoption

LE MONDE | 25.10.06 | 14h03  •  Mis à jour le 25.10.06 | 15h18
FAMILLE.

 

Conformément au programme du PS, Laurent Fabius, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn se sont tous trois déclarés favorables à l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples homosexuels. La France rejoindrait alors les cinq pays européens - la Suède, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique et l'Espagne - qui autorisent à la fois le mariage gay et l'homoparentalité. En France, Patrick Festy, de l'Institut national d'études démographiques, estime que l'homoparentalité concernerait de 24 000 à 40 000 enfants tandis que l'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens juge le chiffre de 300 000 enfants "raisonnable".

Sur les prestations familiales, Dominique Strauss-Kahn s'est démarqué de ses rivaux en estimant, sans donner plus de précisions, qu'il fallait "concentrer" les aides sur les familles défavorisées.

En juin 1997, le gouvernement de Lionel Jospin avait, au nom de la justice sociale, placé les allocations familiales sous conditions de ressources avant de faire machine arrière un an plus tard en rétablissant le principe de l'universalité des allocations, quels que soient les revenus des parents, et en remplaçant cette réforme par une forte baisse du plafond du quotient familial.

 

JURYS CITOYENS.

Ségolène Royal définit ces initiatives comme des "observatoires" constitués par tirage au sort sur les listes électorales, afin de "permettre aux élus d'évaluer leur politique". Elle a pris pour exemple l'indice des prix, estimant que celui-ci ne correspond pas à la réalité des dépenses courantes.

 

Laurent Fabius écarte sans ménagement cette proposition, à qui il reproche implicitement d'"épouser une espèce de populisme qui ferait le lit de l'extrême droite". Dominique Strauss-Kahn n'approuve pas plus ces structures à ses yeux mal définies et dont il se demande si elles auront ou non un pouvoir de sanction. Il redoute alors qu'elles puissent entrer en conflit avec les instances élues. "On risque de créer un désordre", estime-t-il.

 

LE RÔLE DU PRÉSIDENT.

Aucun des trois candidats à l'investiture du PS n'a revendiqué une VIe République, tout en jugeant nécessaire un renouvellement en profondeur des institutions de la Ve. M. Strauss-Kahn souhaite un régime plus parlementaire et un président très impliqué dans l'exécutif.

 

Il insiste sur la règle du non-cumul des mandats et sur la nécessité d'"un président qui agisse et non plus qui soit simplement un arbitre". Laurent Fabius insiste aussi sur le rôle du président de la République mais, estime-t-il, celui -ci doit impulser les "décisions d'urgence sociale" et "tracer la voie du long terme".

Pour Ségolène Royal, "le président ou la présidente de la République est garant du pacte social noué pendant la campagne de l'élection présidentielle (...) et va donc demander à son gouvernement de l'appliquer dans toutes ses facettes".

 

IMMIGRATION.

Tout en affirmant chacun vouloir rompre avec la politique mené par l'actuel ministre de l'intérieur, les trois candidats socialistes se sont distingués dans leur approche de la question de l'immigration clandestine. Ségolène Royal, comme le prévoit le projet socialiste, veut restaurer la possibilité de régularisation après dix ans de séjour supprimée par la loi Sarkozy promulguée le 24 juillet dernier. Sans souhaiter aller plus loin. La favorite des sondages a tenu à rappeler qu'elle était contre toute "régularisation massive".

 

Sans donner davantage de détails, Laurent Fabius se prononce pour sa part pour une "régularisation large". Entre les deux, Dominique Strauss-Kahn choisit la "régularisation régulière", telle que l'avait introduite la loi Chevènement de 1998. Cette loi, avec la création d'une carte "vie privée et familiale", valable un an et renouvelable, ouvrait la possibilité de régulariser de plein droit, au fil de l'eau, des personnes disposant de liens personnels et familiaux en France. Dispositif qui a là encore été fortement restreint par la dernière loi Sarkozy.

Pour Dominique Strauss Kahn, réduire l'immigration clandestine suppose avant tout de lutter contre les passeurs, les employeurs et les logeurs de clandestins. Le député du Val d'Oise plaide pour la création d'un "ministre des migrations" qui échapperait à la tutelle du ministère de l'Intérieur.

Anne Chemin, Patrick Roger et Laetitia van Eeckhout
Article paru dans l'édition du 26.10.06
 
Repost 0
27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 12:18
Le New jersey, marieur de couples homosexuels
 
Le président Bush en a perdu le fil de son discours à Des Moines, où il était venu soutenir un candidat républicain aux élections parlementaires proches : il venait d’apprendre que dans l’Etat du New Jersey, l’union officielle entre homosexuels allait être instituée, la Cour suprême ayant décidé que ces couples devaient pouvoir bénéficier de tous les avantages accordés aux couples hétérosexuels. G.W. Bush a redit ses convictions : « Je crois que le mariage est une union entre un homme et une femme. Je crois que c’est une institution sacrée qui est cruciale pour la santé de notre société et le bien-être des familles, et qu’elle doit être défendue. » Dans le New Jersey, le Congrès décidera de la manière d’appliquer le principe d’égalité, soit en nommant l’union « mariage », soit en définissant « un statut parallèle, qui offre, en des termes identiques, les droits et avantages ainsi que les charges et les obligations des couples mariés ».

Le Massachusetts est le premier Etat à avoir autorisé le mariage homosexuel, par décision de justice, en 2004, avec une condition : il faut résider dans cet État pour pouvoir s’y marier. Dans le Vermont (depuis 1999) et en Californie, des unions civiles ou de partenariats permettent de bénéficier des droits liés au mariage. Mais vingt Etats ont adopté des amendements visant à empêcher toute légalisation du mariage homosexuel, et dans la plupart des cas à une écrasante majorité. Huit Etats consulteront la population par référendum, le 7 novembre, sur cette question : l’Arizona, le Colorado, l’Idaho, la Caroline du Sud, le Dakota du Sud, le Tennessee, la Virginie et le Wisconsin.

 

Le mariage homosexuel est autorisé légalement aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne et au Canada. En France, 58 % des personnes sont favorables à sa légalisation, réparties en 62 % des femmes et 53 % des hommes, ou encore 77 % des moins de trente-cinq ans et 47 % pour ceux qui dépassent cet âge.

Source : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=14984

Repost 0
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 13:43

58% des Français favorables au mariage homosexuel

Une forte majorité de Français (58%) estime qu'il faut permettre aux couples homosexuels de se marier civilement mais ils ne sont que 38% à accepter l'adoption d'enfants par un couple homosexuel, selon un sondage Ipsos pour le magazine Famille Chrétienne.

Les sondages se suivent et confirment l'adhésion des Français à la légalisation du mariage gay. En mai 2004, un sondage Ipsos pour Têtu indiquait déjà que 57% des Français étaient pour le droit des homosexuels à se marier civilement et l'an derner ils étaient 61% de répondants favorables à cette revendication LGBT.

Le sondage rendu public aujourd'hui par le magazine Famille Chrétienne - au lendemain du débat des candidats socialistes à l'investiture présidentielle qui se sont tous déclarés favorables au mariage gay- révèle un affermissement des opinions en faveur de l'ouverture du mariage aux coules homosexuels.

Dans le détail, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à admettre le mariage entre personnes du même sexe (62% des femmes interrogées et 53% des hommes).
Les réponses varient aussi selon l'age puisque parmi les moins de 35 ans, 77% se disent favorables au mariage homosexuel alors que la proportion tombe à 47% pour les plus de 35 ans.

En revanche, ce sondage confimre la réticence de l'opinion face à la possibilité pour un couple homosexuel d'adopter des enfants. Cette mesure reste minoritaire dans l'opinion : 38% sont d'accord et 59% ne le sont pas.
En 2004, seuls 40% y étaient favorables selon le sondage Ipsos-Têtu et 33% selon celui de CSA-Valeurs Actuelles.

Famille Chrétienne publie le sondage Ipsos en ouverture d'un sujet intitulé "Du mariage homosexuel à l'homoparentalité" qui va être développé chaque semaine jusqu'au 2 décembre, avec des contributions de théologiens, religieux, historiens, philosophes et psychanalystes.

Ce sondage a été réalisé les 15 et 16 septembre 2006 auprès de 1.007 personnes constituant un échantillon représentatif des 15 ans et plus.

Mis en ligne le 26/10/06

Source : http://www.e-llico.com/

Repost 0
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 13:41

USA : la justice du New Jersey ouvre la voie au mariage homosexuel

La Cour suprême du New Jersey a ouvert mercredi la voie au mariage homosexuel en reconnaissant le droit des couples gays à bénéficier de tous les avantages offerts aux couples mariés hétérosexuels sans toutefois statuer sur le terme de mariage.

La Cour suprême du New Jersey a ouvert mercredi la voie au mariage homosexuel en reconnaissant le droit des couples "gays" à bénéficier de tous les avantages offerts aux couples mariés hétérosexuels. Toutefois, ce sera au Congrès du New Jersey de décider si ces unions homosexuelles pourront être appelées mariages.

"L'accès inégal aux droits et aux avantages pour les couples homosexuels engagés ne peut plus être toléré au regard de la Constitution" du New Jersey, affirme la cour dans sa décision.
"Nier aux couples homosexuels engagés les mêmes droits et avantages offerts par la réglementation à leurs homologues hétérosexuels est une violation de la protection égale" garantie par la Constitution, poursuit-elle.

Cependant, la cour laisse au Parlement de l'Etat le soin d'appliquer ce principe, soit en ouvrant le mariage aux couples du même sexe, soit en créant "un statut parallèle, qui offre, en des termes identiques, les droits et avantages ainsi que les charges et les obligations des couples mariés".

"C'est un pas en avant incroyable", a réagi Jon Davidson, directeur juridique de Lambda Legal, le cabinet d'avocats qui a mené la procédure, engagée en 2002 par sept couples de l'Etat du New Jersey.
Les élus ont six mois pour obtempérer, précise la décision, rendue par 4 voix contre 3. Les trois juges minoritaires estimaient que la Constitution permettait aux couples homosexuels de se marier sans qu'une intervention du pouvoir législatif ne soit nécessaire.

"Notre décision aujourd'hui fait fortement progresser les droits civils des homosexuels et des lesbiennes", reconnaît la cour, ajoutant: "Maintenant, c'est au législatif de déterminer s'il faut modifier la définition longtemps acceptée du mariage (...). La démarche des plaignants ne s'arrête pas ici".

La droite républicaine américaine parle quant à elle de "crise constitutionnelle autour de la protection du mariage traditionnel".

La quasi-totalité des 50 Etats américains disposent d'une "loi sur la défense du mariage", et la question est soumise à référendum lors des élections du 7 novembre dans huit Etats.

Source : http://www.e-llico.com/

Repost 0
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 19:37

Les candidats à l'investiture socialiste face au mariage gay

Laurent Fabius, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn se sont tous trois déclarés pour la légalisation du mariage homosexuel et la possibilité pour les homosexuels d'adopter des enfants, mardi soir à la télévision. Leur débat dans le cadre de l'investiture socialiste pour la présidentielle 2007 a aussi été l'occasion de mieux cerner leur adhésion personnelle à ces mesures.

Le mariage et l'adoption ouverts aux couples de même sexe font partie du programme du Parti Socialiste. Les trois postulants à l'investiture du parti pour la présidentielle ont tous fait leur ces mesures à des moments différents de leur parcours vers la déclaration de candidature. Ils ont aussi mis plus ou moins de conviction et d'ardeur à défendre le mariage gay et plus encore l'homoparentalité.

Leurs propos et leurs prises de positions sur le sujet a rarement eu lieu face à un large public et en direct. Qui plus est dans une situation de compétition comme mardi soir devant les caméras des chaînes parlementaires.

Le débat télévisé mettant aux prises Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius a abordé assez brièvement abordé les questions du mariage et de l'adoption pour les gays dans la première partie de l'émission consacrée à la famille.

Laurent Fabius d'abord a tracé une ligne de partage entre la droite et la gauche autour de la famille en estimant que "la droite aime LA famille" alors que "la gauche aime LES familles (...), familles homosexuelles, familles recomposées". Selon l'ex-Premier ministre, il faut "élargir le PaCS et avoir une politique d'égalité entre les couples hétérosexuels et homosexuels" en donnant le droit à ces derniers de se marier et d'adopter, car "l'Etat n'a pas à donner d'injonction sur le plan moral, à imposer un type de famille plutot qu'un autre".
"Il faudra en convaincre l'opinion, car ce ne sera pas facile", "on y viendra" et "c'est le rôle du président de la République de montrer les chemins de l'avenir", a-t-il ajouté parlant encore d'une question "d'égalité" et insistant sur la necéssité de donner un coup de projecteur sur les pays européens qui ont déjà légalisé le mariage homosexuel.

Ségolène Royal a mis beaucoup de temps à évoquer explicitement les deux mesures en question sur lesquelles les journalistes l'interrogeaient. La Présidente de Poitou-Charentes a cru utile d'exposer longuement ses "fondamentaux" sur la famille et sur la "transmission des interdits" qui structurent l'enfant avant de se contenter d'un "oui" -certes franc mais un peu court- à la légalisation du mariage gay en fin de temps de parole sur le chapitre. Elle avait auparavant rappelé que "l'homoparentalité est inscrite dans le projet" des socialistes. Une famille dont les parents sont homosexuels est une famille "comme une autre", a-t-elle dit.

Dominique Strauss-Kahn entend quant à lui "regarder la famille avec un oeil nouveau". Rappelant que sa position sur le mariage homosexuel remonte à l'hiver 2004, soit bien avant que le PS ne fasse sienne cette revendication, le maire de Sarcelles a indiqué que c'était le rôle des hommes politiques d'engager des mouvements d'opinion et de "convaincre" notamment que la France devait "adapter (sa) législation à une société qui bouge".
Clairement favorable à la légalisation du mariage gay, DSK considère que "le mariage, c'est aujourd'hui une déclaration d'amour entre deux personnes" et qu'à ce titre il doit s'ouvrir à tous les couples. De la même manière, il propose de "sortir de l'hypocrisie" sur la question de l'adoption car "on ne demande pas à un célibataire qui veut adopter s'il est hétérosexuel ou homosexuel".

Si tous trois se sont dits d'accord avec le mariage et l'adoption homosexuels, des sensibilités différentes face à la famille et l'homosexualité se sont exprimées. Les compétiteurs socialistes à l'investiture ont ainsi en quelque sorte confirmé, qui sa résolution tactique, qui son détermination et sa conviction, qui son embarras face à des mesures du projet du PS vis-à-vis desquelles il restera à voir comment ils entendent pratiquement les appliquer.

Mis en ligne le 25/10/06

Source : http://www.e-llico.com/

Repost 0
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 14:46

Parti Radical de Gauche : accord avec le PS pour le mariage gay et l'adoption en vue de 2007

Le mariage homosexuel et l'adoption pour les couples de même sexe figurent dans les engagements communs du PS et du PRG pour une plate-forme de gouvernement.

Le PRG (Parti Radical de Gauche), qui a renoncé‚ présenter un candidat … l'élection présidentielle de 2007 le week-end dernier, a convenu d'une première liste d'engagements pour une plate-forme de gouvernement avec le Parti Socialiste. Le mariage homosexuel et l'adoption pour les couples de même sexe figurent dans ces engagements communs PS-PRG.

Dans un communiqué, Eddie Aït, Secrétaire national du PRG aux questions LGBT se félicite de l'accord survenu et des engagements retenus. "Ils témoignent d'une volonté commune du PS et du PRG de garantir l'égalité réelle aux personnes LGBT" selon lui.

L'accord PS-PRG prévoit également 36 circonscriptions réservées par le PS pour le PRG. Dans ce cadre, Eddie Aït est investi par le PS et le PRG sur la 12ème circonscription des Yvelines, contre Jacques Masdeuarus, député UMP et signataire du Manifeste contre l'homoparentalité.

Mis en ligne le 24/10/06

Source : http://www.e-llico.com/

Repost 0
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 14:25

Sondage: les Irlandais en faveur de l'égalité pour les couples homos

Une majorité d'Irlandais, 64%, estime que les couples homosexuels devraient avoir accès aux mêmes droits légaux que les couples hétérosexuels, selon un sondage publié dimanche 22 octobre dans le journal Sunday Tribune. Pourtant, le sondage révèle aussi que 50% de la population s'oppose à l'adoption d'enfants par des couples homos, tandis que seuls 37% des sondés sont en sa faveur. Par ailleurs, le sondage n'indique pas si la majorité des Irlandais favorise l'ouverture pure et simple du mariage aux couples du même sexe, ou si elle prône un compromis sur le modèle britannique du civil partnership. Le gouvernement irlandais est en train d'étudier la possibilité de réformes législatives pour donner une reconnaissance légale aux couples homos. Un groupe de travail doit rendre son rapport ce mois-ci. Par ailleurs, cinq couples homos ont signé des civil partnerships à l'ambassade du Royaume-Uni à Dublin. Pour effectuer une telle démarche, il suffit que l'un des «mariés» soit britannique. Aucun de ces cinq couples ne comptait d'Irlandais, selon le service de presse de l'ambassade. Copyright tetu.com

par Mike McDonough

Info du 2006-10-24

Source : http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=10410

Repost 0
19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 14:12

Italie :  Le pape appelle l'Eglise italienne à s'opposer à tout pacte d'union civile

Benoît XVI a appelé jeudi à Vérone l'Eglise catholique italienne à combattre avec "détermination" toute loi qui affaiblirait la famille traditionnelle, visant le PaCS que les parlementaires de gauche veulent instaurer pour les couples non mariés quel que soit leur sexe.

Le pape, qui s'exprimait devant le congrès de l'Eglise italienne, a appelé les catholiques à "affronter avec détermination et clarté le risque de choix politiques et législatifs contredisant les valeurs fondamentales" de la nature humaine.

Il faut "éviter d'introduire dans l'organisation publique d'autres formes d'union qui contribueraient à déstabiliser" la famille fondée sur le mariage, a-t-il déclaré.

La coalition de gauche au pouvoir avec Romano Prodi envisage l'instauration d'un pacte d'union civile pour les couples non mariés, homosexuels ou hétérosexuels.

Benoît XVI a mis sur le même plan d'importance la lutte contre de tels choix politiques et législatifs avec l'engagement des chrétiens contre "la guerre, le terrorisme, la faim, la soif ou les épidémies".

Mis en ligne le 19/10/06

Source : http://v2.e-llico.com/article.htm?rubrique=actu&articleID=14157

Repost 0
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 16:27

États-Unis  : La loi californienne sur le mariage des homos ne serait pas contraire à la Constitution

Contrairement à ce qu'avait décidé le 14 mars 2005 un juge de première instance de Californie (lire Quotidien du 15 mars 2005), la cour d'appel de Californie a estimé le 5 octobre dernier que la loi californienne qui n'autorise que le mariage entre personnes de sexes différents, et qui avait été adoptée par référendum en 2000, n'était pas contraire à la Constitution de Californie. Devant la cour, Christopher Krueger, vice-ministre de la Justice de Californie, avait soutenu que la question du mariage des couples homosexuels ne devait pas être tranchée par un tribunal, mais par le parlement. Rappelons qu'entre temps, le 6 septembre 2005, le parlement de Californie a adopté une loi autorisant le mariage des couples gay et lesbiens (lire Quotidien du 8 septembre 2005), mais que cette loi a été bloquée par le gouverneur républicain, Arnold Schwarzenegger (lire Quotidien du 30 septembre 2005). C'est à présent la cour suprême de Californie qui devra se prononcer sur la question. Par ailleurs, dans une décision du 10 octobre dernier, la cour suprême fédérale, basée à Washington, a refusé de se prononcer sur la constitutionnalité de la loi de Californie de 2000. Conformément aux usages, la cour n'a pas à motiver son refus. Le couple homosexuel qui avait intenté son action devant les tribunaux fédéraux, contrairement à ce que souhaitaient plusieurs organisations de défense des droits des LGBT (lire Quotidien du 27 janvier), devra donc attendre la décision de la cour suprême de Californie.
Copyright tetu.com

par Alexis Delano

Info du 2006-10-16

Source : http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=10364

Repost 0