Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

27 juin 2006 2 27 /06 /juin /2006 15:34

Marine Le Pen favorable à des unions «organisées» pour les couples homos

La vice-présidente du Front national, Marine Le Pen, s'est prononcée lundi 26 juin, contre le mariage des couples gay et lesbiens, tout en se déclarant favorable à une «organisation» des unions de personnes du même sexe, notamment pour résoudre les problèmes de transmission du patrimoine. Mais selon elle, le mariage ne doit être réservé qu'aux seuls hétérosexuels. «Si nous sortons de l'union homme-femme, nous pouvons ouvrir la porte à un bouleversement absolu de notre société», a-t-elle déclaré sur RMC. «Pourquoi n'accepterions nous pas [ensuite] la polygamie [...], qu'est ce qui pourrait l'interdire?», a-t-elle demandé. En revanche, Marine Le Pen a trouvé «assez normal» qu'il y ait une «organisation des unions entre homosexuels, parce que ceux-ci s'inquiètent de leur avenir, parce qu'ils voient qu'ils vieillissent en couple [...], qu'ils se demandent "qu'est ce que va devenir mon conjoint quand j'aurai disparu". Il est assez normal de leur permettre de se transmettre entre eux un patrimoine». Interrogée sur la position des homosexuels membres du FN, Marine Le Pen a répondu qu'ils n'étaient pas «favorables au mariage». D'après elle, «ils plaident pour le droit à l'indifférence».
(avec l'AFP)

 



par Sylvain Zimmermann

Source : http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=9754

Repost 0
27 juin 2006 2 27 /06 /juin /2006 15:30

Mariage et adoption pour les homosexuels : Nicolas Sarkozy confie une mission à Luc Ferry

Les questions du mariage et de l’homoparentalité seront au coeur de la prochaine campagne pour les élections présidentielles. Les uns après les autres, les partis politiques se positionnent, mais le Président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, temporise. Il a repoussé sine die une rencontre qu’il avait accordé aux associations homosexuelles quelques jours avant la Marche des Fiertés. Il joue encore la montre en confiant au philosophe Luc Ferry une mission de réflexion sur ces sujets, dont il trace les contours en ces termes :

Lettre de Nicolas SARKOZY, Président de l’UMP, à Luc FERRY, ancien Ministre de l’Education nationale, philosophe - juin 2006

Depuis plusieurs années, la société française est animée de débats portant sur les évolutions du droit de la famille et les nouvelles conditions dans lesquelles s’exerce la parentalité. Ces débats concernent les couples homosexuels, mais pas seulement. Dans les familles recomposées, par exemple, la relation entre les enfants et les beaux-parents est un fait social, qui demeure néanmoins mal connu du droit. Le Conseil d’analyse de la société a déjà été saisi de la question de l’homoparentalité.

En 1999, le Parlement a adopté le pacte civil de solidarité (PACS), qui a constitué un pas important vers la reconnaissance de la réalité de l’amour homosexuel. Les droits conférés par ce pacte ont été progressivement renforcés, notamment par l’actuelle législature. Depuis l’adoption du PACS, les mentalités ont beaucoup évolué et la société française se montre de plus en plus tolérante à l’égard des choix de vie de chacun. La France doit se montrer à la fois juste et équitable avec l’ensemble de ses concitoyens.

Si le PACS a constitué un progrès en son temps, il semble aujourd’hui ne plus répondre aux aspirations d’une partie de nos concitoyens, qui souhaiteraient voir s’atténuer et même disparaître les différences qui perdurent entre couples hétérosexuels et homosexuels. Au-delà des simples problématiques fiscale, patrimoniale ou financière, certains couples homosexuels voudraient être reconnus comme les couples hétérosexuels et élever des enfants. Ils revendiquent à cet effet le droit au mariage et à l’adoption. Ils soulignent que, d’ores et déjà, plusieurs milliers d’enfants sont élevés par des couples homosexuels, notamment lorsqu’un des membres d’un couple hétérosexuel se sépare pour vivre son homosexualité.

La sincérité de l’amour homosexuel, les aspirations qui en découlent et la force du lien qui peut s’établir entre un couple homosexuel et l’enfant ou les enfants qu’il élève, ne sont pas contestables.

Cependant, les questions de mariage, d’autorité parentale et d’adoption constituent des fondements essentiels de la société. S’il est important de lutter contre les discriminations, il est également nécessaire de sauvegarder les équilibres sur lesquels repose en partie notre société, au premier rang desquels se trouvent la cellule familiale hétérosexuelle reconnue et protégée par le mariage et la recherche de l’intérêt de l’enfant.

L’importance des questions posées commande d’y réfléchir en toute sérénité, loin des pressions politiciennes, du seul souci de l’agitation médiatique ou des préoccupations électorales.

C’est pourquoi je souhaite vous confier une mission de réflexion et de propositions sur ce thème. Il s’agit de réfléchir, au cours des prochains mois, tant à la question de l’opportunité ou non d’ouvrir aux couples homosexuels le mariage civil, ou une autre forme d’union civile, qu’à la possibilité pour eux de se voir autoriser le recours à l’adoption.

Vous pourrez vous appuyer sur les nombreux travaux déjà menés sur ce sujet, en particulier ceux déjà effectués par le Conseil d’analyse de la société ainsi que le rapport de la mission parlementaire d’information sur la famille et les droits de l’enfant. Il me semblerait également utile d’étudier les solutions retenues par nos voisins étrangers et procéder à de larges consultations.

Au-delà des simples mécanismes juridiques, je voudrais surtout que votre travail s’inscrive dans une logique sociologique, philosophique et éthique, respectueuse de la personnalité de chacun comme de l’intérêt des enfants et de la société.

Les Français et les responsables publics ont besoin d’être éclairés sur les termes d’un débat aussi sensible que fondamental pour l’avenir de notre société. Votre indépendance et votre autorité intellectuelle font de vous une personnalité incontestable pour mener à bien cette réflexion.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de mes sentiments mes meilleurs.

Nicolas SARKOZY
Président de l’Union pour un Mouvement Populaire

Source : http://www.france.qrd.org/actualites/article.php3?id_article=2562

Repost 0
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 16:00

Mariage et adoption pour homosexuels : Sarkozy confie une mission à Luc Ferry

Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, a décidé vendredi de confier à Luc Ferry, philosophe et ancien ministre de l'Education, "une mission de réflexion et de propositions" sur les questions du mariage et de l'adoption pour les couples homosexuels.

Dans une lettre à Luc Ferry datée de vendredi, Nicolas Sarkozy affirme que "si le PaCS a constitué un progrès en son temps, il semble aujourd'hui ne plus répondre aux aspirations d'une partie de nos concitoyens qui souhaiteraient voir s'atténuer et même disparaître les différences qui perdurent entre couples hétérosexuels et homosexuels". "Au-delà des simples problématiques fiscale, patrimoniale ou financière, certains couples homosexuels voudraient être reconnus comme les couples hétérosexuels et élever des enfants", ajoute-t-il.

Pour Nicolas Sarkozy, "la sincérité de l'amour homosexuel, les aspirations qui en découlent et la force du lien qui peut s'établir entre un couple homosexuel et l'enfant, ou les enfants, qu'il élève, ne sont pas contestables". "Cependant, les questions de mariage, d'autorité parentale et d'adoption constituent des fondements essentiels de la société", ajoute le président de l'UMP. Et "s'il est important de lutter contre les discriminations, il est également nécessaire de sauvegarder les équilibres sur lesquels repose en partie notre société, au premier rang desquels se trouvent la cellule familiale hétérosexuelle reconnue et protégée par le mariage et la recherche de l'intérêt de l'enfant", estime-t-il.

"L'importance des questions posées commande d'y réfléchir en toute sérénité, loin des pressions politiciennes, du seul souci de l'agitation médiatique ou des préoccupations électorales", affirme également Nicolas Sarkozy. "C'est pourquoi", écrit-il à Luc Ferry, "je souhaite vous confier une mission de réflexion et de propositions sur ce thème". "Il s'agit de réfléchir, au cours des mois prochains, tant à la question de l'opportunité ou non d'ouvrir aux couples homosexuels le mariage civil, ou une autre forme d'union civile, qu'à la possibilité pour eux de se voir autoriser le recours à l'adoption", explique-t-il. Dans cette optique, il est "utile d'étudier les solutions retenues par nos voisins étrangers et procéder à de larges consultations", estime Nicolas Sarkozy.

Mis en ligne le 26/06/06

Source : http://v2.e-llico.com/article.htm?rubrique=actu&articleID=13339

Repost 0
22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 13:36

 

 Sondages contradictoires sur le mariage gay et le droit à l'adoption

Un sondage TNS Sofres-Le Nouvel Observateur fait état de 51% de français hostiles au mariage gay alors qu'un autre Ipsos-Têtu recueille 61% d'opinions favorables...

Être ou ne pas être favorable au mariage entre personnes de même sexe et au droit à l'adoption par les couples homosexuels ? Ce sont en substance les deux questions principales posées par deux instituts de sondages, TNS Sofres (1) et Ipsos (2) pour le compte respectif des mensuels Le Nouvel Observateur et Têtu à des échantillons représentatifs, selon la formule consacrée.

Deux sondages consécutifs sur le même sujet, lors de la même période, dont les résultats sont révélés la même semaine, on pourrait légitimement se dire qu'enfin nous allons avoir une image sincère de l'opinion française sur ces questions sociétales à quelques jours de la Marche des Fiertés et alors que les partis républicains se prononcent au fur et à mesure sur le sujet. Que nenni !

Selon le sondage réalisé par TNS Sofres pour Le Nouvel Observateur, 51% des personnes interrogées se déclarent opposées au mariage homosexuel, chiffre supérieur à une même enquête datant de l'an dernier. A l'opposé, selon le sondage réalisé par Ipsos pour le magazine Têtu, ces mêmes français seraient 61% à être favorable au mariage Gay, même 4 points de plus qu'un même sondage réalisé en mai 2004 et 13 points de plus qu'en septembre 2000.

Concernant le sondage TNS Sofres pour Le Nouvel Observateur, ce différentiel de résultats résiderait dans le fait que la question sur le mariage gay n'a pas été abordé sous le même angle rapporte le mensuel : «Ce chiffre, inférieur à d'autres enquêtes récentes, s'explique sans doute en partie par la formulation de la question. Quand il est abordé sous l'angle des discriminations ou de l'égalité des droits, le mariage gay enregistre un meilleur score, "au nom des grands principes," explique Anne-Hélène Mangin de TNS Sofres.» .

Sur le droit à l'adoption la tendance générale à une opposition de l'opinion publique à une telle ouverture se retrouve dans les deux enquêtes mais ave des taux sensiblement différents : pour le sondage paru dans Le Nouvel Observateur60 % des personnes interrogées restent opposées à l'adoption d'enfants par des couples gays (36% y sont favorables) et 54% se disent hostiles à la possibilité, pour les couples de femmes, de recourir à l'insémination artificielle (42% sont pour). Concernant l'enquête révélée par Têtu, 55% des personnes interrogées sont opposés à la possibilité pour un couple homosexuel d'adopter.

Outre le fait qu'un effort pédagogique à l'attention de l'opinion publique sur ces questions doit prévaloir, les clivages politiques, sociologiques et d'age se retrouvent dans les deux enquêtes.

Une consolation finalement, TNS Sofres pour Le Nouvel Observateur révèle qu'un sondé sur trois ne serait pas gêné d'apprendre que son fils est homosexuel. (8% en 1986 ; 3% en 1973) et que les revendications LGBT (mariage, adoption, FIV pour les couples de femmes) rencontrent, chez les moins de 34 ans, un soutien largement majoritaire.

Mariage gay et le droit à l'adoption sont les thèmes majeurs des revendications qui seront portées lors de la Marche des Fiertés ce samedi.

(1) Sondage TNS Sofres pour Le Nouvel Observateur réalisé les 7, 8 et 9 juin 2006 auprès d'un échantillon de 1.000 personnes interrogées en face-à-face, représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 et plus.
(2) Sondage Ipsos pour Têtu réalisé auprès de 1.016 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, interrogées par téléphone les 19 et 20 mai 2006, selon la méthode des quotas.

EN SAVOIR PLUS

Le site Nouvel Observateur : Ici

Le site de Têtu : Ici

Source : http://citegay.fr/ACTUALITES/GAY/00/00/245524/actualites_visu.htm

Repost 0
22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 13:31

Les positions des politiques sur le mariage gay

NOUVELOBS.COM | 21.06.06 | 14:38





Voici les positions de certaines personnalités politiques sur le mariage des homosexuels.

Les "pour"

Ségolène Royal, candidate probable à l'investiture socialiste pour la présidentielle de 2007, s'est engagée clairement en faveur du mariage des homosexuels et l'adoption par des couples de même sexe. "En tant que parent, qui peut refuser à l'un de ses enfants de vivre son libre choix si un jour il ou elle lui dit: 'je veux me marier avec une personne du même sexe'? Il faut donc que la loi le permette, mais sans l'imposer comme norme. Cette revendication d'égalité des droits me semble cohérente avec l'émergence de libertés nouvelles. L'ouverture du mariage aux couples de même sexe est dans le projet du PS. Si je suis en situation, des avancées se feront, c'est sûr", assure la socialiste, pour qui "derrière la question du mariage, il y a la question essentielle des discriminations au sein de la République. Cela signifie que l'homosexualité n'est plus en marge, et que les homosexuels ne sont plus considérés comme des citoyens de seconde zone. Que les parents soient homosexuels ou hétérosexuels, l'adoption, c'est avant tout un projet familial.

Ce qui compte, c'est la qualité de ce projet". (Têtu, mercredi 21 juin)

Jack Lang, Dominique Strauss-Kahn, Laurent Fabius et François Hollande, députés PS, se sont prononcés pour l'instauration de l'égalité des droits homos-hétéros sur le mariage et l'adoption. (Déclarations, 2006)

Lionel Jospin, ancien Premier ministre socialiste, a exprimé ses réserves sur le mariage gay à plusieurs reprises. "Le mariage est, dans son principe et comme institution, 'l'union d'un homme et d'une femme'". (Déclaration, mai 2004)

Jean-Luc Romero, président d'"Aujourd'hui, Autrement" (parti associé à l'UMP),
a demandé à Dominique de Villepin " que la pension de réversion soit attribuée au conjoint pacsé comme elle l'est naturellement au conjoint marié. C'est une mesure d'équité minimum et très attendue des 409.848 actuels bénéficiaires d'un Pacs". (Lettre à Dominique de Villepin, mardi 20 juin)

Pascal Clément, ministre de la Justice, a déclaré qu'il "ne serait pas le second ministre du gouvernement (après Jean-François Lamour, ndlr)" à s'y déclarer favorable. (Canal +, jeudi 15 juin)


Les "contre"

Valérie Pécresse, porte-parole de l'UMP : "L'UMP est aujourd'hui majoritairement en faveur d'un père, une mère, un enfant. Concernant le mariage des couples homosexuels, "il n'y a pas encore de prise de position officielle de l'UMP dans son ensemble. Un certain nombre de parlementaires UMP est contre" et "en tant que rapporteure de la mission famille, je m'étais prononcée aussi plutôt contre". (Point presse, lundi 19 juin)

François Bayrou, président de l'UDF, "s'oppose à ce jour à l'ouverture du mariage civil proprement dit aux couples du même sexe. François Bayrou a indiqué que l'UDF travaillait à une proposition sur une union civile signée devant le maire, aux droits équivalent à ceux ouverts par le mariage, mais s'oppose à ce jour à l'ouverture du mariage civil proprement dit aux couples de même sexe. Le président de l'UDF s'est déclaré opposé à l'ouverture de l'adoption conjointe par les couples de même sexe, mais souhaite qu'il ne soit pas allégué de l'orientation sexuelle d'une personne célibataire candidate à l'adoption pour lui refuser l'agrément".
François Bayrou soutient une réforme de l'autorité parentale qui permettrait, avec l'accord des parents biologiques, un partage de l'autorité parentale avec un tiers, dans des conditions plus larges que celles actuellement prévues par la loi. Il condamne par ailleurs la signature par des députés UDF de la pétition des parlementaires contre l'homoparentalité". (Communiqué de l'Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans, mercredi 21 juin)

Source : http://permanent.nouvelobs.com/politique/20060621.OBS2628.html

Repost 0
20 juin 2006 2 20 /06 /juin /2006 20:19

61% pour le mariage gay, 55% contre l'adoption



NOUVELOBS.COM | 20.06.06 | 12:18

Les Français se sont déclarés majoritairement favorables au mariage des homosexuels, mais restent opposés à l'adoption par les couples gays.



Selon un sondage Ipsos qui paraîtra mercredi 21 juin dans le magazine Têtu, les Français approuvent le mariage homosexuel à 61%, mais sont contre l'adoption par des couples gays à 55%. Cette étude indique un changement dans les mentalités en ce qui concerne l'union des homosexuels : "six Français sur dix (61 %) sont favorables au mariage, soit 4 points de plus qu'en mai 2004 et 13 points de plus qu'en septembre 2000".
Têtu relève aussi une progression sur le sujet de l'adoption : (on) "observe une évolution similaire en ce qui concerne l'adoption par des couples homosexuels : 44 % des Français y sont favorables soit 4 points de plus qu'en mai 2004". Un progrès nuancé par l'hostilité "encore majoritaire sur ce sujet (55 %; - 1 point par rapport à mai 2004)", selon le magazine.
Réalisé il y a un mois auprès de 1.O16 personnes, les résultats de ce sondage apparaissent à quelques jours de l'ex-Gay Pride, rebaptisée "marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans", qui se tiendra le samedi 24 juin à Paris.

Source : http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060620.OBS2398.html

Repost 0
20 juin 2006 2 20 /06 /juin /2006 20:11

Espagne (Mariage)
1.275 mariages de couples homosexuels ont été célébrés l'année dernière

En 2005, 1.275 mariages de couples lesbiens et gays ont été célébrés en Espagne. Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur le mariage des homosexuels en juillet 2005, 923 couples d'hommes et 352 couples de femmes sont passés devant leur maire pour officialiser leur situation. Ce sont principalement dans les grandes villes que ces mariages ont eu lieu, ce qui peut laisser penser que la population gay et lesbienne vit plutôt dans les grandes agglomérations : il y a eu 238 unions à Madrid, 216 à Barcelone, 139 à Valence et 57 à Alicante. «Se marier, c'est réellement faire son coming-out. Il faut le dire à ses compagnons de travail, explique Beatriz Gimeno, présidente de la fédération espagnole des lesbiennes, gays et transsexuels (FELGT). Il faut donner des explications à la famille. Dans les grandes villes, c'est plus facile de passer inaperçu. Mais se marier dans des petits villages, c'est aussi possible. Ce sont des mariages qui se remarquent plus. Il y a peu, nous avons assisté à un mariage près d'Almería, où 300 femmes du village ont été témoins». Les mariages homos représentent 0,6% du total des mariages célébrés en 2005. Dans quatre provinces, Burgos, Soria, Lugo et Ourense, il n'y a eu aucune union enregistrée. Cela pourrait s'expliquer, selon les associations, par le fait que ces régions sont plus traditionnelles et que les juges y auraient exercé une plus forte pression sur les couples homosexuels pour empêcher leur mariage. Il n'en demeure pas moins que la loi a permis à de nombreuses personnes désireuses de mener une vie commune officialisée de trouver en Espagne un espace de tolérance.



par Martine Audusseau

Source : http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=9705

Repost 0
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 15:35

Des Espagnols célèbrent le vote par le Parlement de la loi autorisant le mariage homosexuel le 21 avril 2005, à Madrid. | AP/MANU FERNANDEZ

AP/MANU FERNANDEZ

Des Espagnols célèbrent le vote par le Parlement de la loi autorisant le mariage homosexuel le 21 avril 2005, à Madrid.

 

Les unions légales entre homosexuels sont moins fréquentes dans les pays nordiques

 
LEMONDE.FR | 19.06.06 | 07h53 • Mis à jour le 19.06.06 | 07h56




L'enregistrement des unions homosexuelles est moins fréquent dans les pays nordiques, pourtant "très ouverts sur la question", que dans des pays comme la France, où le PACS accorde assez peu de droits, relève une étude de l'Institut national d'études démographiques (INED), rendu publique lundi 19 juin.


Une douzaine de pays européens "ont institué une forme de partenariat, voire un mariage, entre personnes de même sexe", constate l'auteur de l'étude, Patrick Festy, qui explique que les droits et avantages accordés par ces nouveaux statuts varient sensiblement d'un pays à l'autre. Ainsi, en France, le PACS (pacte civil de solidarité) offre seulement 55 % des privilèges associés au mariage hétérosexuel (matériels, parentaux, etc.), alors que la proportion dépasse 80 % dans d'autres pays, voire 90 % en Suède et aux Pays-Bas, relève l'auteur, citant les résultats d'une étude néerlandaise.

Mais "curieusement, les pays nordiques, qui égalisent les droits pour tous les types de couples et dont les opinions publiques demeurent très ouvertes sur la question, enregistrent moins fréquemment les unions homosexuelles que des pays comme la France ou la Belgique", indique-t-il. L'explication de ce paradoxe tient au fait que "la légalisation des unions apporte le plus de droits nouveaux aux couples homosexuels dans ces derniers pays, alors qu'elle n'en ajoute guère dans les pays nordiques où les couples jouissent déjà de fait de droits importants".

DROITS PARENTAUX

Ainsi, en Belgique, où la légalisation des unions apporte un nombre important de droits nouveaux aux couples homosexuels, il y a plus de 40 unions homosexuelles légalisées pour 100 000 habitants, contre à peine plus de 6 en Suède. En France, les seuls chiffres disponibles émanent des "décomptes sauvages" des greffiers des tribunaux d'instance, en raison de mesures de protection de la vie privée, regrette le chercheur. Selon ces chiffres, il y aurait entre 12 à 13 PACS homosexuels pour 100 000 habitants.

L'étude de l'INED relève par ailleurs que les unions entre femmes, "très minoritaires à l'origine du processus de légalisation (...), tendent désormais à rattraper les unions entre les hommes, voire à les dépasser, comme c'est le cas au Danemark et Finlande". "L'intérêt croissant des lesbiennes pour l'enregistrement de leur union tient sans doute à l'évolution du débat public et de l'activité législative autour de la question-clé des droits parentaux", juge l'auteur. "Au début des années 2000, quatre pays nordiques ainsi que les Pays-Bas ont permis d'adopter l'enfant du conjoint quelle que soit son origine (union antérieure, insémination, ou adoption préalable par le partenaire)", indique-t-il.

Parmi les pays qui reconnaissent des unions autrement que par le mariage, certains réservent ces nouveaux statuts aux unions homosexuelles (Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Suède, Allemagne, Royaume-Uni), tandis que d'autres (France et Luxembourg) ont créé un partenariat accessible à tous. Aux Pays-Bas et en Belgique, ces partenariats sont également ouverts à tous, mais ces pays permettent aussi aux homosexuels de se marier. L'Espagne vient, elle, "d'autoriser directement le mariage des homosexuels, sans passer par une formule de partenariat".


Avec AFP

Source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-785044,0.html?xtor=RSS-3208

Repost 0
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 15:33

La révolution LGBT de Ségolène Royal

Dans un entretien à paraître dans le magazine Têtu, la pré-candidate PS s'engage sur le mariage gay et le droit à l'adoption...

L'élue des Deux-Sèvres fait sa révolution rose dans un entretien exclusif à paraître dans le magazine Têtu cette semaine. Sur les sujets LGBT, Ségolène Royal se déclare dorénavant favorable au mariage gay et à l'homoparentalité mais avait récemment nuancé ses propos sur la méthode à adopter.

L'ancienne ministre de la Famille du gouvernement Jospin, qui refusait comme le Premier ministre de l'époque, que le mariage soit ouvert aux couples homosexuels est désormais favorable à une telle idée, portée au motif de lutter contre les discriminations et à dessein de voir s'ériger une «République du respect».

En ce sens, la favorite des sondages estime que «L'essentiel, c'est l'égalité des droits et des dignités et la possibilité donnée à chacun d'assumer sa liberté», répétant qu'elle préfère le terme d'«Union» à celui de «mariage». Prenant acte du projet présidentiel de son parti, Ségolène Royal acte le fait que «Si une majorité de gauche est élue (en 2007), elle votera un texte mettant en application ce projet», nuançant la symbolique d'une telle modification du code civil en estimant que le mariage homosexuel doit être permis«mais sans l'imposer comme norme».

Adepte de l'union libre, elle s'étonne «que cette institution dite bourgeoise soit revendiquée», voyant dans cette demande «un effet assez original de l'évolution des moeurs».

Egalement favorable aux autres revendications LGBT (droit d'asile personnes LGBT, amélioration du Pacs, régime égalitaire en matière successorale et fiscale.), Ségolène Royal rejoint les autres prétendants à l'investiture socialiste sur les questions du droit à l'adoption et liées à l'homoparentalité en se fondant sur «la qualité du projet familial» et en soulignant que «A partir du moment où on reconnaît la famille homoparentale comme une famille, cette famille a le droit de concevoir un projet familial».

Les militantEs socialistes doivent débattre et voter cette semaine le projet du principal parti d'opposition. Gageons que nous verrons samedi prochain Ségolène Royal et les principaux éléphants du PS à la Marche des Fiertés, ce qui constituera une première pour la présidente de région.

EN SAVOIR PLUS

Nos articles liés au sujet :
- Présentation demain de la proposition de loi socialiste sur le mariage gay
- Nuance Royal sur le mariage gay
- L'Inter-LGBT rencontre François Hollande avant Nicolas Sarkozy
- La réponse du Parti Socialiste aux associations
- Le PS interpellé par les associations LGBT
- Les verts invitent le PS à prendre des engagements clairs sur les questions LGBT

Source : http://citegay.fr/ACTUALITES/GAY/00/00/245473/actualites_visu.htm

Repost 0
15 juin 2006 4 15 /06 /juin /2006 13:32

Entente parlementaire UMP/UDF : «le déni de la différence entre les deux sexes»

Les quelques 300 parlementaires de droite dénoncent une nouvelle fois les propositions de mariage gay et de droit à l'adoption...

L'Entente parlementaire constituée de presque 300 députés et sénateurs UMP et UDF est-elle un organe commun des deux partis ayant voix à communiquer et prendre une position officielle sur les sujets liés au mariage gay et à l'homoparentalité ?

Signataires d'un «Manifeste parlementaire pour la défense du droit fondamental de l'enfant d'être accueilli et de s'épanouir dans une famille composée d'un père et d'une mère» les parlementaires s'en prennent cette fois ci au Parti Socialiste qui a inclus dans son projet présidentiel l'ouverture du mariage civil aux couples homosexuels et le droit à l'adoption. Pour l'Entente il s'agit d'une proposition relevant de «l'imposture socialiste fondée sur le déni de la différence entre les deux sexes». Au déni fantasmé par les parlementaires, ces derniers préfèrent le déni des familles homoparentales et celui des couples et unions de personnes homosexuelles.

Jean-Marc Nesme, député UMP et coordinateur de l'Entente, estime que le «PS ne peut pas construire une société équilibrée sur un mensonge. Ériger en normes ce qui relève des choix individuels affectivo-sexuels fragilise la République qui, certes, protège la liberté individuelle mais exclut toutes les formes de communautarisme».

Au-delà, et niant les réalités de l'inégalité entres couples homosexuels et hétérosexuels, le même ajoute que «sous prétexte de lutter contre une discrimination supposée entre adultes hétérosexuels et homosexuels, il n'est pas acceptable d'en créer une autre entre les enfants. Le PS bafoue l'intérêt supérieur de l'enfant tel qu'il est défini par les conventions internationales signées par la France et donne une image déplorable de la France aux 19 pays de l'Union européenne et aux 185 pays de l'Onu qui refusent cette révolution anthropologique fondée sur une "neutralisation" des sexes».

Alors que le Président de l'UMP, principal parti de la majorité, Nicolas Sarkozy, doit recevoir la semaine prochaine les représentants de GayLib le 19 juin prochain, à la veille d'une rencontre avec l'Inter-LGBT, pour exposer ses projets et sa position sur ces questions, la communication et la prise de position de 300 parlementaires de droite opposés à toute évolution n'est pas un signe rassurant pour les associations et au-delà pour les homosexuelLEs.

Les mêmes parlementaires avaient devancé le calendrier démocratique en s'exprimant quelques jours avant la publication du rapport de la commission parlementaire sur la famille et alors même que cette Entente ne débat au sein d'aucune institution républicaine mais se limite à un groupe lobbyiste réactionnaire et conservateur visant tant à donner des gages à un électorat traditionnel de la droite qu'à faire pression au sein des partis de la majorité pour qu'il n'y ai aucune évolution sur ces sujets. Nicolas Sarkozy et François Bayrou ont déjà dénoncé mollement sur la forme cette Entente.

Sauf à adhérer eux-mêmes à ce manifeste, ils devront condamner ces positions, sauf à ne pas vouloir clarifier leur position sur ces sujets. L'Inter-LGBT, s'exprimant ce matin en prélude de la Marche des Fiertés, déplore que «Sarkozy reste silencieux» et s'interroge de savoir si cela «préfigure le programme» électoral du principal parti de la majorité. Devant être reçus la semaine prochaine par le locataire de la Place Beauvau, les associations espèrent qu'ils auront la position officielle du candidat non déclaré aux présidentielles et président de l'UMP sur le sujet.

EN SAVOIR PLUS

Nos articles liés au sujet :
- Action contre les parlementaires signataires du manifeste contre l'homoparentalité
- Condamnation par le PCF de l'Entente parlementaire contre l'homoparentalité
- François Bayrou critique sur la forme le manifeste UMP-UDF contre l'homoparentalité
- Réactions politiques suite à l'Entente Parlementaire
- Le Manifeste parlementaire contre l'homoparentalité dans le texte
- Pour l'Inter-LGBT, trop c'est trop !
- Entente parlementaire contre l'homoparentalité

Source : http://citegay.fr/ACTUALITES/GAY/00/00/245423/actualites_visu.htm

Repost 0