Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 15:50

Ailleurs : Gay Prides pour le mariage et l'adoption en Europe du Sud

Des manifestations, rassemblements et concerts se sont déroulés un peu partout en Europe de sud à Lisbonne, Valence, Rome et Athènes

En Italie, plusieurs milliers de personnes étaient présentes samedi à la Gay Pride organisée à Rome une semaine après l'édition nationale organisée à Turin à laquelle avaient participé près de 50.000 personnes. Le premier travesti élu à la chambre des députés dans les rangs du Parti de la Refondation Communiste, Vladimir Luxuria, a défilé pour réclamer au gouvernement de gauche dirigé par Romano Prodi d'agir contre les discriminations et pour la liberté des individus. L'Eglise italienne a protesté contre cette manifestation.

Au Portugal, où il n'existe pas de statut pour les couples homosexuels, quelque 400 personnes ont participé samedi à une "marche nationale de la fierté LGBT" sur une des principales avenues de Lisbonne pour réclamer "l'égalité devant la loi et dans la société". Les homosexuels portugais ont demandé notamment la légalisation du mariage civil pour les couples gay et lesbiens, en refusant toute autre forme juridique "spéciale", et l'accès à l'homoparentalité.

En Espagne, une semaine avant une grande Gay Pride à Madrid, Valence organisait samedi soir son propre défilé qui anticipe la visite dans cette ville du pape Benoît XVI, les 8 et 9 juillet, à l'occasion de la Ve Rencontre Mondiale des Familles.
Les collectifs gay de Valence ont défilé placé sous le slogan: "Pour la diversité, toutes les familles comptent".
Les homesexuels espagnols célèbrent cet été le premier anniversaire de la légalisation du mariage gay, assortie d'un droit sans restriction à l'adoption.

En Grèce, seules quelques dizaines de personnes s'étaient rassemblées samedi après-midi sur une grande place d'Athènes pour fêter, pour la deuxième année consécutive, le "Festival de la Fierté". Un groupe d'extrême droite réclamant une "Athènes hellénique" a jeté des tracts sur la place réclamant "le départ des gays de la ville".

Mis en ligne le 26/06/06

Source : http://v2.e-llico.com/article.htm?rubrique=actu&articleID=13338

Repost 0
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 15:44

Brèves du 26/06/2006

Cameroun (ONG pour la dépénalisation de d'homosexualité) - Israël (Un député contre des gays au parlement) - Montpellier (La Maire, marraine des Franco Games) - Paris (Couscous au profit d'Act Up Paris et du GISTI)

Cameroun - Les ONG françaises demandent la dépénalisation du délit d'homosexualité : A l'occasion de la Marche des Fiertés parisienne, pleine période de revendications des droits LGBT et de sensibilisation au fléau de l'Homophobie, une vingtaine d'ONG françaises non gouvernementales, dont Warning, AIDES, et Solidarité Internationale LGBT, très préoccupée par la multiplication des attaques toujours plus virulentes contre les droits de personnes LGBT (lesbiennes, gay, bi et transsexuelLEs) au Cameroun, a écrit aux autorités du pays, affirmant son soutien à la revendication des associations et des activistes camerounais, et exigeant la dépénalisation du délit d'homosexualité, ainsi que la libération immédiate les personnes incarcérées en raison de leur orientation sexuelle.

Israël - Un député s'insurge contre la visite de jeunes gays au parlement : Selon le Jerusalem Post un député israëlien, Otniel Schneller membre de la Knesset de Kadima (le parlement israëlien), se serait violemment insurgé contre la programmation de la visite d'un groupe de jeunes homosexuels, prévue au parlement à l'occasion de la World Pride (du 6 au 12 Août prochain). Le 22 Juin dernier il écrivait une lettre à l'orateur Dalia Itzik, s'inquiétant de voir le bâtiment se transformer en « Sodome et Gomorrhe ».
Ronit Tirosh, un autre député, a profité d'une intervention radio, pour répondre qu'il était complètement abasourdi par une telle réaction. Il a déclaré : « Ces enfants pourraient être aussi bien les vôtres que les miens. Nous parlons d'êtres humains, s'ils veulent me rendre visite à la Knesset, ils sont les bienvenus. » Et il conclut : « le parlement doit agir en tant que modèle de tolérance, il n'y a aucune raison légale ou humanitaire qui permette de les interdire (les homosexuels) »

Montpellier - Hélène Mandroux, Maire de Montpellier, marraine des Franco Games : Madame Hélène Mandroux, Maire de Montpellier, a accepté d'être la marraine des Franco Games 2006. «Vous savez mon attachement aux valeurs de tolérance, de liberté et de citoyenneté et vous pouvez compter sur le soutien de notre Municipalité» a ainsi déclaré Hélène Mandroux aux organisateurs des rencontres nationales sportives lesbiennes, gays et friendly. Cette 5ème édition des rencontres sportives nationales lesbiennes, gaies et friendly se déroulera sur Montpellier et sa région du 1er au 3 septembre 2006, proposera 17 disciplines sportives, s'adressera à tous, sportives et sportifs homosexuel(le)s et friendly, quel que soit leur niveau. Les Franco Games Montpellier 2006 se veulent un grand moment sportif, convivial et inclusif à l'image des trois structures associatives (Chemin des Cimes, Los Valents et la Fédération sportive gaie et lesbienne) organisatrices de cette manifestation avec l'aide des collectivités locales, les associations et les commerçants locaux. Pour plus d'information : www.francogames.com

Paris - Couscous au profit d'Act Up Paris et du GISTI : Le Dellys organise un grand couscous le 2 juillet 2006 à partir de 19h. «Le Dellys est un bar merveilleux qui accueille toutes sortent de gens (des filles qui ont du chien, des filles qui ont des chats, des boys next door...) et toutes sortes de réunions militantes» annonce Act Up qui devant les difficultés financières rencontrées également par le Gisti, organise ce repas de soutien. Le Delyss ouvre exceptionnellement ses portes dimanche 2 juillet à partir de 19 heures pour faire un grand couscous au profit d'Act Up et du Gisti. Repas : 12 euros. Réservations au 01 40 34 90 74 (besoin de prévoir approximativement le nombre de repas). Le Dellys, 5 rue des 2 gares, Paris 10ème. Métro : Gare de l'Est ou Gare du Nord

Source : http://citegay.fr/ACTUALITES/GAY/00/00/245567/actualites_visu.htm

Repost 0
Published by Misfit - dans Divers
commenter cet article
25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 14:52

Marche des Fiertés : 800 000 personnes pour l'Egalité !

Succès participatif sans précédent pour une marche très politique et militante...

Retour aux sources ! C'est une Marche très militante qui s'est étendue de Montparnasse à Bastille samedi dernier alors que le mot d'ordre «Pour l'Egalité en 2007 !» et l'immixtion des questions LGBT dans la précampagne des présidentielles ont conduit les partis à se positionner et à déléguer des représentants en nombre, principalement pour les partis de gauche.

Ainsi, 800 000 personnes (600 000 selon la Préfecture de Police) ont défilé ou assisté à la Marche, la banderole de tête comptant l'Inter-LGBT, organisatrice de la Marche, Jean-Paul Huchon, Président PS de la Région Ile-de-France, Bertrand Delanoë, Marie PS de la capitale et sa première adjointe, Anne Hidalgo, François Hollande, toujours pour le Parti Socialiste, Yann Wehrling pour les Verts, le président du parti Aujourd'hui autrement, Jean-Luc Roméro. Le carré de tête comptait en outre les candidats à l'investiture Verte pour la présidentielle Dominique Voynet et Yves Cochet, l'ancien ministre socialiste Jack Lang, le député PS Patrick Bloche mais également Bruno Julliard, le président de l'UNEF, ceux de la LDH (Ligue des Droits de l'Homme) Jean-Pierre Dubois, du MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) Mouloud Aounit, mais aussi la chanteuse Marianne James ou le critique Henri Chapier comme le présidentiable socialiste Dominique Strauss-Kahn accompagné par Anne Sinclair. Le PCF était aussi représenté comme la plupart des syndicats qui affichaient une détermination commune à lutter contre les discriminations homophobes.

Comme l'année dernière, le cortège de près de 80 associations, commerces, syndicats et partis politiques, s'est arrêté à 16h où 3 minutes de silence ont été respectées en mémoire aux victimes du Sida et en solidarité avec les personnes touchées par le VIH.

L'ensemble des partis républicain avait été consulté par l'Inter-LGBT en prélude à la Marche, le PS, les Verts, le PCF, le PRG adoptant les revendications associatives dans leur ensemble (Le PS refusant toutefois les FIV aux couples lesbiens), l'UDF ayant été ouverte au dialogue même si elle refuse le droit à l'adoption et le mariage gay préférant avancer l'idée d'unions civiles, seul l'UMP étant en rupture de dialogue avec les associations, Nicolas Sarkozy ayant annulé in extremis l'entretien prévu originellement le jeudi précédent la manifestation.

L'UMP, présente pour la première fois avec un char de GayLib et des Jeunes Populaires, a lancé une opération déminage la veille de la Marche, Nicolas Sarkozy rendant publique une lettre de mission confiée au philosophe et ancien ministre Luc Ferry qui se voit confier la tache «de réfléchir, au cours des mois prochains, tant à la question de l'opportunité ou non d'ouvrir aux couples homosexuels le mariage civil, ou une autre forme d'union civile, qu'à la possibilité pour eux de se voir autoriser le recours à l'adoption», notamment en étudiant «les solutions retenues par nos voisins étrangers et procéder à de larges consultations». Sans majorité actuelle favorable à des avancées sociétales sur ces questions, l'UMP souhaite à la fois ne pas laisser le champ libre à la gauche sur ces sujets tout comme elle veut éviter de se retrouver ringardisée comme elle l'avait été lors des débats sur le Pacs alors que Nicolas Sarkozy joue le discours de la rupture.

Dans un communiqué, l'inter-LGBT constate que «Beaucoup de jeunes, garçons et filles, en particulier des banlieues, ont participé à la fête et ont partagé un mot d'ordre qui mettait en avant l'égalité. Ce samedi 24 juin, des barrières sont tombés, et des clichés ont volé en éclat.». L'Inter-assocaitive, forte de ce succès estime que «Cette Marche a démontré à tous les partis que la campagne électorale qui s'ouvre ne pourra contourner la question de la lutte contre toutes les discriminations et pour l'égalité des droits. Ainsi les promesses énoncées aujourd'hui à gauche devront être tenues dès les premières semaines de la législature, en cas de victoire. Quant à la droite, si elle persiste à ignorer la mobilisation record de ce samedi et à refuser le dialogue, l'Inter-LGBT ne s'interdit aucune question, y compris celle des conséquences à en tirer au moment du scrutin.»

Les questions LGBT vont subir la trêve estivale avant de revenir sur le devant de la scène politique et médiatique à la rentrée en constituant l'un des sujets de campagne électorale pour les échéances de 2007.

La dernière marche française est programmée pour samedi prochain à Marseille.

EN SAVOIR PLUS

Le site de la Marche : http://marche.inter-lgbt.org

Le communiqué complet de l'Inter-LGBT : Ici

Nos articles liés au sujet :
- Sarkozy confie une mission à Luc Ferry sur le mariage gay et l'adoption
- L'UMP à la Marche des Fiertés
- Nicolas Sarkozy, homme de rupture du dialogue pour les associations
- Ordre et programme de la Marche des Fiertés
- L'Inter-LGBT reçue par François Bayrou pour l'UDF
- L'UMP «majoritairement en faveur d'un père, une mère, un enfant»
- Semaine militante en prélude à la Marche nationale des Fiertés du 24 juin prochain
- Entente parlementaire UMP/UDF : «le déni de la différence entre les deux sexes»
- Après le Parti Socialiste, l'Inter-LGBT a rencontré le PCF lundi
- L'Inter-LGBT rencontre François Hollande avant Nicolas Sarkozy


Source : http://citegay.fr/ACTUALITES/GAY/00/00/245565/actualites_visu.htm

Repost 0
25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 14:00

Marche des fiertés: près de 800.000 personnes ont défilé à Paris pour l'égalité

Quel que soit le point de vue, c'était gigantesque. 800.000 personnes, selon les organisateurs, et 600.000 personnes selon la police, qui n'a pas compté mais simplement estimé les manifestants (400.000 dans le cortège, 200.000 spectateurs) venus défiler samedi 24 juin à Paris à l'occasion de la Marche des fiertés LGBT. C'est en tout cas davantage que l'an dernier, alors que la Gay pride prenait cette année une tournure plus politique que jamais: «Pour l'égalité en 2007» clamaient les manifestants, à quelques mois de la présidentielle. De nombreux élus de gauche étaient présents, parmi lesquels le numéro un du PS, François Hollande, venu réaffirmer que l'ouverture du mariage aux homosexuels était «un engagement du PS» et sera «demain une loi» si la gauche accède au pouvoir en 2007. Les socialistes Bertrand Delanoë, Dominique Strauss-Kahn, les Verts Dominique Voynet et Yves Cochet étaient là, mais pas Ségolène Royal. «Je suis content que les socialistes aient enfin surmonté certaines réticences. Si demain la droite se rallie, je ne m'en plaindrai pas», a assuré Jack Lang. Jean-Luc Romero était le seul élu de droite alors que l'Inter-LGBT, qui organisait la Marche, a réagi à la «réflexion» lancée par Nicolas Sarkozy sur le mariage et l'adoption (lire Quotidien du 23 juin): «au lieu de réfléchir tout haut»,  le président de l'UMP serait mieux inspiré de fournir des «réponses», a déclaré son porte-parole Alain Piriou, qui craint une «stratégie de contournement». Parmi les chars les plus applaudis samedi: les mariées et mariés de l'association David et Jonathan (photo) et la banderole «Sida: j'irai danser quand même» d'Act Up-Paris – un immense rainbow flag endeuillé noir et rose, de 45 mètres de long. Trois minutes de silence ont été respectées à 16 heures, «pour ne pas oublier le sida». Le défilé s'est terminé comme chaque année par une immense discothèque, place de la Bastille, rappelant qu'au-delà des revendications politiques, la Marche est aussi une fête et une occasion d'afficher notre fierté. Pour la deuxième année, une Marche des tordues plus radicale a pris le relais: 300 personnes ont marché jusqu'à Ménilmontant, revendiquant d'être «les forces du désordre» dans une société «hétéropatriarcale et réglée par les normes de genre».

Photo Paul Parant

Source : http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=9749

 

par Paul Parant
Repost 0
25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 13:06

 

Gay Pride 2006

 

La marche de Paris : le reportage photo de FGL

 

 

La marche des Fiertés LGBT de Paris 2006

Avec 800.000 personnes comment cela fonctionne et comment est-ce la première manifestation politique française sans aucun incident.

C’est le résultat d’un travail d’une année du conseil des associations, de la commission marche et de la commission inter associative. Un conseil d’association des commissions de bénévoles qui se réunissent chaque mois pour faire avancer chaque points :
-  le slogan,
-  le parcours,
-  l’arrivée,
-  les relations avec la préfecture,
-  la mobilisation des bénévoles pour assurer la sécurité, la gestion de l’octroi,
-  la mise en place du carré de tête,
-  les prises de paroles,
-  l’inscriptions des associations et des commerces,
-  toute la logistique,

Mais la marche c’est aussi toute une matinée de préparation pour des chars mégalomaniaques jusqu’au plus modestes.

(JPEG)

C’est vers 13 heures que le char de l’inter-lgbt s’ébranla vers la place montparnasse.

(JPEG)

Les Mélo’Men et les Gais Musette chantaient et dansaient pour le plaisir de tous.

(JPEG)

Vers 13 heures vinrent les prises de paroles. initiées par Alain Piriou porte parole de l’inter lgbt qui rappela les nécessités de la vie dans la république française et entre autre l’égalité.

(JPEG)

Les prises de paroles sont réservées aux associations qui soutiennent le slogan de l’inter-lgbt. Nous entendrons ainsi :
-  Hugues Drapier et Edouard de l’Ardhis,

(JPEG)

-  Hélène Boulanger de la coordination lesbienne française

(JPEG)

-  Franck Tangui de l’APGL, plaide pour l’adoption et bien sur le mariage,

(JPEG)

-  Christian Saoult d’AIDES, nous rappelle que 10% des homosexuels sont séropositif et que le taux de séroconversion est inflationiste.

(JPEG)

-  Jean Pierre Dubois de la Ligue des Droits de l’Homme, est un fidèle de la marche et le restera tant que les droits fondamentaux ne seront pas respectés.

(JPEG)

-  Stéphane Corbin de l’Interpride, nous annonce que nous sommes le pays européen qui marche le plus.

(JPEG)

Bien sûr, comme chaque année toutes les interventions ont été traduites en langage des signes.

(JPEG)

Enfin le carré de tête se met en place. Un vrai travail de stratégie politique et de gros bras.

(JPEG)

Mais cette année une meute de journaliste et de photographe mis une pression très forte sur la sécurité. Une véritable émeute pris forme car les entrées étaient comptées. Des mouvements de foules s’en suivirent et je fus pratiquement piétiné. Il s’en fallut de peu, un mouvement du service d’ordre pour me rattraper. C’est la première année qu’une telle pression existe. Des nom d’oiseaux furent échangés malheureusement.

(JPEG)

Jack Lang, sagement, se tint à l’écart et trouva dans la foule sa popularité légendaire.

(JPEG)

Les motards se mirent en place pour ouvrir la marche, les moteurs ronflèrent.

(JPEG)

Il fallut attendre trois quart d’heure avant de pouvoir entrer dans le carré de tête, et encore, en usant de complicité.

François Hollande était déjà parti, un vrai papillon. Mais il avait eu le temps de déclarer à TF1 que "le mariage gay serait une loi si la gauche revenait au pouvoir".



 

Il restait Dominique Strauss Kahn, Romero n’était plus visible non plus



et Dominique Voynet, des Verts.

Et tout cela pour s’entendre dire par la préfecture de paris qu’aucun comptage ne sera fait car la manifestation n’est pas politique. Jamais le carré de tête ne fut aussi plein de personnalités.

Après l’émeute, la marche pu démarrer.

On pouvait y voir :



l’ASB l’association du syndrome de Benjamin qui aide les trans.


L’autre cercle, auteur d’un rapport sur les droits des LGBT dans le monde du travail


Des étudiants assez directs qui s’engagent pour le safersexe.


les théatreux de cour et jardin


le parti communiste français


le Long Yang Club qui fut le char le plus populaire de la marche.


beaucoup de femmes étaient présentes


beaucoup de musique vivante, ici les percissionistes du PASTT,


Act-up cette année s’est illustré par sa sobriété, pas de char seulement un grand voile de cinquante mètres de long et un slogan typiquement act-upien : "sida j’irai danser quand même".


les Arméniens et les Libanais de France


quelques char un peu trash "tolérance on se la fout dans le cul",
JPEG - 17.1 ko


beaucoup de chars de d’étudiants de grandes écoles, dont certains très engagés dans la prévention comme le LMDE.
  • les panthères roses, plus queer que jamais,

La suite du reportage Reportage photo - suite

 

Pierre Léonard



 

Source :  http://www.france.qrd.org/events/article.php3?id_article=2571

Les photographies de la photothèque du mouvement social : http://www.phototheque.org/200.html

Les photographies de Fabrice Keck (38 pages) :  http://fabrice.keck.free.fr/lgpride/

Les photographies de Kianouch Renard (11 pages) : http://www.kianouch.com/category.php?cat=27&start=0

Celles du Nouvel Observateur : http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060625.OBS3019.html

 

 

Repost 0
24 juin 2006 6 24 /06 /juin /2006 16:12

Une "Marche des fiertés" homosexuelles sur fond de débat politique


LEMONDE.FR | 24.06.06 | 18h17 • Mis à jour le 24.06.06 | 18h17







Avec pour mot d'ordre "l'égalité en 2007", la Gay Pride parisienne s'est déroulée, samedi 24 juin, sur fond de débat présidentiel, les organisateurs voulant amener les futurs candidats à se prononcer sur l'ouverture du mariage et de l'adoption aux homosexuels.

De nombreuses personnalités socialistes - n'incluant pas Ségolène Royal - ont ainsi participé à cette "marche des fiertés" homosexuelles qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes à travers Paris, de Montparnasse à la Bastille.


"Il se trouve que l'approche d'échéances politiques fait qu'on y trouve plus de gens que d'habitude", a commenté l'ancien ministre socialiste Dominique Strauss-Kahn, lors du défilé. "Eh bien, c'est tant mieux qu'il y ait des ralliements, c'est une bonne chose".

Les Verts et notamment leur secrétaire national Yann Wehrling ont déclaré être "fiers de marcher pour une revendication qu'ils ont été les premiers, à gauche, à mettre en œuvre, sous les huées et parfois les injures des autres forces de gauche à l'époque". Les deux candidats à l'investiture des Verts, Dominique Voynet et Yves Cochet, étaient également présents.

La préfecture de police n'a pas effectué de comptage. En 2005, elle avait dénombré 300 000 participants et presque autant de spectateurs. Le Parti socialiste a pour la première fois inscrit la reconnaissance de l'homoparentalité dans son projet pour l'élection présidentielle de 2007. Ségolène Royal, après des années de réticences, s'est elle aussi engagée récemment à réformer le code civil au nom de l'égalité des droits.

"Il est certain qu'il faudra attendre 2007, que les électeurs eux-mêmes se prononcent. En votant pour le candidat ou la candidate socialiste en 2007, ils savent sur quoi nous nous engageons, il n'y aura pas de surprise", a expliqué le premier secrétaire du PS, François Hollande, lors du défilé. "Je suis content que les socialistes aient enfin surmonté certaines réticences. Si demain la droite se rallie, je ne m'en plaindrai pas", a ajouté Jack Lang, militant de longue date.

Pour l'heure, le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, a confié au philosophe et ancien ministre Luc Ferry une "mission de réflexion" sur le sujet. "Les questions de mariage, d'autorité parentale et d'adoption constituent des fondements essentiels de la société", a-t-il indiqué. Les jeunes de l'UMP ainsi que deux mouvements associés au parti majoritaire, GayLib et les Jeunes actifs (30-45 ans) étaient présents dans le défilé, autour du char de GayLib. L'UDF était officieusement représentée par Entr'égaux, une association défendant les droits des homosexuels dont les membres sont sympathisants ou adhérents du parti.

L'Interassociative lesbienne, gay, bi et trans (Inter-LGBT) juge qu'au lieu de "réfléchir tout haut" le président de l'UMP serait mieux inspiré de fournir des "réponses", disant craindre une "stratégie de contournement".

L'interassociative lesbiennes, gaies, bi et trans, qui fédère une soixantaine d'associations et qui organise cette manifestation, revendique l'ouverture du mariage aux couples de même sexe et la possibilité d'adopter pour tous les couples non mariés.

LES RÉTICENTS

Le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers a affiché à l'inverse vendredi sa volonté de "ne pas céder aux lobbies", réaffirmant son opposition au mariage des homosexuels et à l'adoption d'enfants par deux personnes de même sexe.

Le Front national a fait savoir qu'il "n'irait pas car il n'a pas été invité".

Source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-787891,0.html?xtor=RSS-3208

Repost 0
22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 14:26

OU ALLONS-NOUS



Oh ne t'y trompe pas toi qui sais ma blessure


toi qui palpes la plaie ouverte de l'enfant


qui perçois la plainte toujours à contre-chant


marque au fer rouge sais-tu n'est pas flétrissure


mais stigmate d'âme qui ne se rendit point


aux jeux du casse-pipe enjeux à coups de poing


au mâlement viril héros de ces bavures


qui toute honte bue et par guerres et paix


argue du génocide en parfait foutriquet


force notre univers à d'insolents parjures

 
se gausse de la femme qu'il craint en secret


depuis que le prophète a rendu ses arrêts


juché sur le perchoir d'éternelle nature


sur ses ergots dressé tel ce coq cabotin


en mal d'autorité le gaulois calotin


se targue de splendeur dans la mâle posture


la femme en esclavage à l'homme se soumit


à l'ombre de son maître elle devint fourmi


et tut la majesté de la noble imposture


partout en galaxie le racisme fleurit


filles canines femmes gélines bécri


du viol de la violence coq fit pâture


il ne sentit plus mais n'ouvrit pas le bec


la queue chancie d'un paon ou plutôt d'un blanc-bec

 
il déploya céans mythe d'une gageure


d'un plumage mité se para nonobstant


mésusa de la trame aux truismes à l'encan


s'empara de la foudre et clama l'envergure


de l'aigle impérial pour dérober l'essor


aux vaillants combattants qui discutent du sort


de ceux se massacrant sous leurs propres augures

 
Ô vainqueurs arrogants planqués contre le flanc


de l'aveugle Taureau crachotant et soufflant


héros à deux phallus et bovine figure


phallus de chair d'acier cataplutant la mort


colts and Co tous voués à même malemort


ruminante face que rien ne transfigure


grisaille ensanglantée de cadavres meurtris


de trophées trop exquis et de fange flétris


où gît la vérité dans ce tas de souillures

 
femme entre les femmes et sphinge de surcroît


je quêterai patiente inerme et sans effroi


les gemmes qui luisent dans les ternes ordures


je plierai la magie à l'éveil séculier


pour nous le portail s'ouvre au temple familier


l'alchimie de l'amour nous servira d'épure


femmes nous construisons notre espace vital


nous obstinées fourmis oeuvrons dans le cristal


du passé millénaire où les comptes s'apurent

 



Jeanne Talbot-David, Les Délices de Pradoux, Poèmes, Les Editions Geneviève Pastre, Collection les Octaviennes, Paris, 1995.

Photographie : Gabina

Repost 0
22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 13:41

Nicolas Sarkozy, homme de rupture du dialogue pour les associations

A J-2 de la Marche des Fiertés, l'Inter-LGBT dénonce «une gifle donnée aux militant-e-s de la lutte contre les discriminations»...

Alors que la Marche des Fiertés devrait réunir ce samedi 24 juin au moins 500000 personnes dans les rues de Paris avec pour mot d'ordre «Pour l'égalité en 2007 !», l'Inter-LGBT, structure qui réunit la plupart des associations militantes pour l'égalité des droits et qui organise la manifestation, dénonce par communiqué l'annulation, «sans explication ni excuse», de l'entretien qu'elle devait avoir aujourd'hui avec Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, malgré des demandes répétées depuis plusieurs mois et une promesse de rencontre.

Ces trois dernières semaines, l'Inter-LGBT rappelle dans son communiqué qu'elle «a rencontré la direction de tous les partis politiques de gouvernement, et, pour le PS, l'UDF et Les Verts, les discussions ont eu lieu au plus haut niveau. Demandé depuis janvier 2006, l'entretien prévu ce jeudi à 10 heures entre le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, et l'Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans a été annulé».

Au surplus, elle estime que «cette annulation sonne comme une gifle donnée aux militant-e-s de la lutte contre les discriminations» alors qu'à ses yeux «Jusqu'au bout, l'Inter-LGBT a voulu maintenir ouvertes les portes du dialogue, mais le président du parti de la majorité a préféré les lui claquer au nez. Pourtant, une clarification aurait été nécessaire, face à la mobilisation de nombreux parlementaires de l'UMP autour d'une pétition contre l'homoparentalité et l'ouverture du mariage aux couples de même sexe. Il faut se rendre à l'évidence : la parole de l'UMP est aujourd'hui portée par ses éléments les plus réactionnaires, aujourd'hui confortés par le silence calculé de Nicolas Sarkozy».

Accusant le ministre de l'Intérieur et président du principal parti de la majorité de louvoyer entre visées politiques personnelles et manque de volonté politique sur le sujet, l'Inter-LGBT estime que «En refusant la confrontation démocratique avec une organisation représentative, Nicolas Sarkozy fait non seulement preuve de désintérêt et de mépris, il se révèle dans l'incapacité de briser certains tabous. Sur les questions de société, il n'est en fait plus guère question de "rupture", mais bien de continuité conservatrice.».

Souvent dénoncée comme trop «molle» par les militants radicaux, l'Inter-LGBT déclare que «Cette résurgence du clivage droite-gauche ne (la) réjouit pas» et qu'elle «aurait préféré le consensus, ou du moins le dialogue républicain avec l'ensemble des partis politiques.».

On ne sait quel accueil sera réservé aux militantEs de GayLib, mouvement associé à l'UMP, lors de la Marche alors qu'ils disposeront d'un char et que dans l'ensemble, les revendications portées par l'Inter rejoignent celles des militants LGBT de droite sur le mariage, le droit à l'adoption, l'homoparentalité...

S'il est besoin, rappelons tout de même que cette marche est démocratique et doit demeurer digne quant aux formes de revendications militantes et qu'il convient de dénoncer, d'être vigilants et de refuser toute dérive qui pourrait avoir lieu pendant la manifestation à l'encontre des militantEs de GayLib. Si GayLib joue trop souvent les pompiers de services pour éteindre avec un verre d'eau des incendies allumés par des responsables ou parlementaires de l'UMP, toute atteinte ou frein à leur participation seraient un échec au débat démocratique que réclame les associations. GayLib a prévenu par ailleurs l'Inter-LGBT qu'elle tiendra responsable les organisateurs de toute dérive éventuelle, point que l'interassociative ne souhaite nullement.

Plus légèrement, l'Inter conclut son communiqué par une «mauvaise nouvelle pour les conservateurs : la météo s'annonce excellente !».

CitéGAY est une nouvelle fois partenaire de la Marche des Fiertés.

Marche des Fiertés LGBT de Paris - samedi 24 juin 2006
Départ à 13h30 : Montparnasse - Place du 18 juin 1940,
Boulevards Montparnasse, St-Michel, St-Germain, et Henri-IV
Arrivée : Place de la Bastille.



EN SAVOIR PLUS

Le site de la Marche : http://marche.inter-lgbt.org

Nos articles liés au sujet :
- Ordre et programme de la Marche des Fiertés
- L'Inter-LGBT reçue par François Bayrou pour l'UDF
- L'UMP «majoritairement en faveur d'un père, une mère, un enfant»
- Semaine militante en prélude à la Marche nationale des Fiertés du 24 juin prochain
- Entente parlementaire UMP/UDF : «le déni de la différence entre les deux sexes»
- Après le Parti Socialiste, l'Inter-LGBT a rencontré le PCF lundi
-
-
Inscriptions ouvertes pour la Marche des Fiertés 2006
- Inscriptions ouvertes pour la Marche des Fiertés 2006
- Calendrier prévisionnel des Marches et GayPride

Source : http://citegay.fr/ACTUALITES/GAY/00/00/245525/actualites_visu.htm

Repost 0
Published by Misfit - dans Divers
commenter cet article
22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 13:36

 

 Sondages contradictoires sur le mariage gay et le droit à l'adoption

Un sondage TNS Sofres-Le Nouvel Observateur fait état de 51% de français hostiles au mariage gay alors qu'un autre Ipsos-Têtu recueille 61% d'opinions favorables...

Être ou ne pas être favorable au mariage entre personnes de même sexe et au droit à l'adoption par les couples homosexuels ? Ce sont en substance les deux questions principales posées par deux instituts de sondages, TNS Sofres (1) et Ipsos (2) pour le compte respectif des mensuels Le Nouvel Observateur et Têtu à des échantillons représentatifs, selon la formule consacrée.

Deux sondages consécutifs sur le même sujet, lors de la même période, dont les résultats sont révélés la même semaine, on pourrait légitimement se dire qu'enfin nous allons avoir une image sincère de l'opinion française sur ces questions sociétales à quelques jours de la Marche des Fiertés et alors que les partis républicains se prononcent au fur et à mesure sur le sujet. Que nenni !

Selon le sondage réalisé par TNS Sofres pour Le Nouvel Observateur, 51% des personnes interrogées se déclarent opposées au mariage homosexuel, chiffre supérieur à une même enquête datant de l'an dernier. A l'opposé, selon le sondage réalisé par Ipsos pour le magazine Têtu, ces mêmes français seraient 61% à être favorable au mariage Gay, même 4 points de plus qu'un même sondage réalisé en mai 2004 et 13 points de plus qu'en septembre 2000.

Concernant le sondage TNS Sofres pour Le Nouvel Observateur, ce différentiel de résultats résiderait dans le fait que la question sur le mariage gay n'a pas été abordé sous le même angle rapporte le mensuel : «Ce chiffre, inférieur à d'autres enquêtes récentes, s'explique sans doute en partie par la formulation de la question. Quand il est abordé sous l'angle des discriminations ou de l'égalité des droits, le mariage gay enregistre un meilleur score, "au nom des grands principes," explique Anne-Hélène Mangin de TNS Sofres.» .

Sur le droit à l'adoption la tendance générale à une opposition de l'opinion publique à une telle ouverture se retrouve dans les deux enquêtes mais ave des taux sensiblement différents : pour le sondage paru dans Le Nouvel Observateur60 % des personnes interrogées restent opposées à l'adoption d'enfants par des couples gays (36% y sont favorables) et 54% se disent hostiles à la possibilité, pour les couples de femmes, de recourir à l'insémination artificielle (42% sont pour). Concernant l'enquête révélée par Têtu, 55% des personnes interrogées sont opposés à la possibilité pour un couple homosexuel d'adopter.

Outre le fait qu'un effort pédagogique à l'attention de l'opinion publique sur ces questions doit prévaloir, les clivages politiques, sociologiques et d'age se retrouvent dans les deux enquêtes.

Une consolation finalement, TNS Sofres pour Le Nouvel Observateur révèle qu'un sondé sur trois ne serait pas gêné d'apprendre que son fils est homosexuel. (8% en 1986 ; 3% en 1973) et que les revendications LGBT (mariage, adoption, FIV pour les couples de femmes) rencontrent, chez les moins de 34 ans, un soutien largement majoritaire.

Mariage gay et le droit à l'adoption sont les thèmes majeurs des revendications qui seront portées lors de la Marche des Fiertés ce samedi.

(1) Sondage TNS Sofres pour Le Nouvel Observateur réalisé les 7, 8 et 9 juin 2006 auprès d'un échantillon de 1.000 personnes interrogées en face-à-face, représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 et plus.
(2) Sondage Ipsos pour Têtu réalisé auprès de 1.016 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, interrogées par téléphone les 19 et 20 mai 2006, selon la méthode des quotas.

EN SAVOIR PLUS

Le site Nouvel Observateur : Ici

Le site de Têtu : Ici

Source : http://citegay.fr/ACTUALITES/GAY/00/00/245524/actualites_visu.htm

Repost 0
22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 13:31

Les positions des politiques sur le mariage gay

NOUVELOBS.COM | 21.06.06 | 14:38





Voici les positions de certaines personnalités politiques sur le mariage des homosexuels.

Les "pour"

Ségolène Royal, candidate probable à l'investiture socialiste pour la présidentielle de 2007, s'est engagée clairement en faveur du mariage des homosexuels et l'adoption par des couples de même sexe. "En tant que parent, qui peut refuser à l'un de ses enfants de vivre son libre choix si un jour il ou elle lui dit: 'je veux me marier avec une personne du même sexe'? Il faut donc que la loi le permette, mais sans l'imposer comme norme. Cette revendication d'égalité des droits me semble cohérente avec l'émergence de libertés nouvelles. L'ouverture du mariage aux couples de même sexe est dans le projet du PS. Si je suis en situation, des avancées se feront, c'est sûr", assure la socialiste, pour qui "derrière la question du mariage, il y a la question essentielle des discriminations au sein de la République. Cela signifie que l'homosexualité n'est plus en marge, et que les homosexuels ne sont plus considérés comme des citoyens de seconde zone. Que les parents soient homosexuels ou hétérosexuels, l'adoption, c'est avant tout un projet familial.

Ce qui compte, c'est la qualité de ce projet". (Têtu, mercredi 21 juin)

Jack Lang, Dominique Strauss-Kahn, Laurent Fabius et François Hollande, députés PS, se sont prononcés pour l'instauration de l'égalité des droits homos-hétéros sur le mariage et l'adoption. (Déclarations, 2006)

Lionel Jospin, ancien Premier ministre socialiste, a exprimé ses réserves sur le mariage gay à plusieurs reprises. "Le mariage est, dans son principe et comme institution, 'l'union d'un homme et d'une femme'". (Déclaration, mai 2004)

Jean-Luc Romero, président d'"Aujourd'hui, Autrement" (parti associé à l'UMP),
a demandé à Dominique de Villepin " que la pension de réversion soit attribuée au conjoint pacsé comme elle l'est naturellement au conjoint marié. C'est une mesure d'équité minimum et très attendue des 409.848 actuels bénéficiaires d'un Pacs". (Lettre à Dominique de Villepin, mardi 20 juin)

Pascal Clément, ministre de la Justice, a déclaré qu'il "ne serait pas le second ministre du gouvernement (après Jean-François Lamour, ndlr)" à s'y déclarer favorable. (Canal +, jeudi 15 juin)


Les "contre"

Valérie Pécresse, porte-parole de l'UMP : "L'UMP est aujourd'hui majoritairement en faveur d'un père, une mère, un enfant. Concernant le mariage des couples homosexuels, "il n'y a pas encore de prise de position officielle de l'UMP dans son ensemble. Un certain nombre de parlementaires UMP est contre" et "en tant que rapporteure de la mission famille, je m'étais prononcée aussi plutôt contre". (Point presse, lundi 19 juin)

François Bayrou, président de l'UDF, "s'oppose à ce jour à l'ouverture du mariage civil proprement dit aux couples du même sexe. François Bayrou a indiqué que l'UDF travaillait à une proposition sur une union civile signée devant le maire, aux droits équivalent à ceux ouverts par le mariage, mais s'oppose à ce jour à l'ouverture du mariage civil proprement dit aux couples de même sexe. Le président de l'UDF s'est déclaré opposé à l'ouverture de l'adoption conjointe par les couples de même sexe, mais souhaite qu'il ne soit pas allégué de l'orientation sexuelle d'une personne célibataire candidate à l'adoption pour lui refuser l'agrément".
François Bayrou soutient une réforme de l'autorité parentale qui permettrait, avec l'accord des parents biologiques, un partage de l'autorité parentale avec un tiers, dans des conditions plus larges que celles actuellement prévues par la loi. Il condamne par ailleurs la signature par des députés UDF de la pétition des parlementaires contre l'homoparentalité". (Communiqué de l'Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans, mercredi 21 juin)

Source : http://permanent.nouvelobs.com/politique/20060621.OBS2628.html

Repost 0