Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

15 août 2007 3 15 /08 /août /2007 16:28

Le pouvoir politique de l'amitié

 



Par Élaine Audet

Résumé

Y a-t-il toujours, en 2007, un déficit d'amitié entre les femmes, une déperdition d'amour de soi, de confiance, qui nous empêche de nous reconnaître comme essentielles les unes aux autres et de faire de cette co-naissance une force politique subversive? On évalue rarement la puissance de l’amitié en terme de valeur politique. Pourtant, au-delà de la nature personnelle du lien amical, il ne faudrait jamais sous-estimer le fait que l’amitié constitue une immense force de désagrégation des structures patriarcales. À l'aide d'exemples, cet article montre comment l'amitié met fin au stéréotype ancestral sur la rivalité innée des femmes entre elles, tout en leur permettant de reconnaître leur fondamentale communauté d’intérêts et d’être solidaires les unes des autres, tant dans la vie privée que dans le domaine politique.



Il y a sept ans paraissait Le Cœur pensant/Courtepointe de l'amitié entre femmes (Audet, 2000). Une spéléologie de l'amitié dont j'ai vécu la fin comme un véritable deuil après avoir côtoyé et aimé, durant toutes ces années de recherche, tant de femmes inspirantes. Aujourd'hui, la conquête du pouvoir politique par les femmes semble vouloir se concrétiser dans plusieurs pays leur permettant enfin de mettre en œuvre leur propre vision du monde comme l'ont fait les hommes depuis toujours. Faut-il conclure à la disparition des préjugés et des vieux réflexes d'exclusion envers les femmes et leurs relations d'amitié et de solidarité?

En France, lors de la récente élection présidentielle, 26% de femmes ont voté pour Ségolène Royal contre 32% pour Nicolas Sarkozy. Une majorité d'électrices ne faisaient pas confiance à Royal qui serait dévorée par l'ambition, trop féminine, trop rigide ou trop souriante, pas assez féministe. Elle n'a eu droit ni à l'erreur ni au lapsus, elle devait être parfaite. En bout de ligne, beaucoup de femmes ont préféré encore confier leur destin à un homme de droite, néolibéral et pour le moins autoritaire, même si la candidate socialiste se réclamait du féminisme et possédait à l'évidence toutes les compétences pour exercer le pouvoir.

On peut aussi se demander si, de son côté, Ségolène Royal a suffisamment recherché l'appui des femmes. Peut-être aurait-elle pu mettre davantage de l'avant les articles de son programme qui concernaient ses engagements en faveur de meilleures conditions de vie pour les femmes et les jeunes, contre le viol, la violence conjugale, la prostitution, l'exclusion et la pauvreté. « Le projet de représenter et d'être représentées en tant que femmes » est loin de faire consensus, selon la chercheuse Manon Tremblay qui a dirigé une vaste recherche sur la représentation politique des femmes couvrant 37 pays répartis sur les cinq continents. Face à celles qui croient nécessaires d'être présentes là où se prennent les décisions, d'autres pensent que les femmes ne forment pas un groupe monolithique et que la logique d'intérêt et de confrontation qui anime la sphère politique est étrangère à leur socialisation orientée vers la sollicitude et l'harmonie. Pour ces dernières, «la politique changerait les femmes bien avant que celles-ci ne parviennent à changer celle-ci» (Tremblay, 2005 :41).

Y a-t-il toujours, en 2007, un déficit d'amitié entre les femmes, une déperdition d'amour de soi, de confiance, qui nous empêche de nous reconnaître comme essentielles les unes aux autres et de faire de cette co-naissance une force politique subversive? On évalue rarement la puissance de l’amitié en terme de valeur politique. L'amitié permet pourtant aux femmes de reconnaître leur fondamentale communauté d’intérêts, d’être solidaires les unes des autres et de diminuer l'emprise des valeurs patriarcales sur leur vie.

L'expérience montre qu'il ne suffit pas aux femmes d’entrer massivement sur le marché du travail ou en politique pour mettre fin à la discrimination sexuelle. Il leur faut plutôt la dénoncer et la combattre au sein de toutes les institutions. Face à ce défi, l’amitié entre elles aide à créer un espace identitaire fondamental qui peut devenir le tremplin de leur liberté à toutes. Leur libération passe par la transformation quotidienne des liens qu’elles entretiennent entre elles avant qu’elles puissent réussir collectivement à vaincre leur oppression sociopolitique.

Les recherches ne font que commencer sur l’amitié entre femmes et sur le rôle qu’elle joue dans la transformation de leurs conditions de vie. Quelles sont les conséquences des récentes mutations sociales sur les relations qu’elles entretiennent entre elles? Certaines chercheuses, notamment Pat O’Connor (1992), arrivent à la conclusion que l’amitié entre femmes est d'abord une réalité sociale qu’on doit analyser dans le contexte des structures de classe responsables de la dépendance économique, politique, juridique et personnelle des femmes envers les hommes. Dans une telle optique, les confidences et les conversations entre femmes refléteraient leur position dans la société et mériteraient de faire l’objet d’analyses plus poussées. Les relations avec les hommes constituant toujours le principal centre d'intérêt de la plupart des femmes, il faudrait se demander jusqu'à quel point leurs amitiés peuvent être libératrices tant qu’elles ne consistent qu’à ventiler, par l’humour et par la tendresse, les effets débilitants des rapports sexuels de domination.

L’entrée des femmes sur le marché du travail a affecté profondément la façon dont elles vivent l'amitié. Cette mutation sociale rend petit à petit leur vie semblable à celle des hommes, sans pour autant qu’elles abandonnent les rôles dévolus aux membres de leur sexe. Ainsi, aujourd'hui, la poursuite d’une carrière rend plus complexe l’amitié entre femmes. Elles ont moins de temps à y consacrer et leurs conditions de travail différentes créent souvent un fossé entre elles. Beaucoup de femmes éprouvent envie, ressentiment et colère envers leurs amies à la suite des inégalités que cette mutation de leur rôle social crée soudain entre elles (Eichenbaum et Orbach, 1988). Dans le monde du chacune pour soi, les vieux systèmes d’entraide disparaissent parfois tragiquement, et le seul fait d’avoir du succès peut couper une femme de ses amies, celles-ci se sentant abandonnées ou même trahies.

Des études récentes montrent que la principale cause de rupture entre amies n’est plus la rivalité au sujet d’un homme, mais l’évolution divergente de leurs intérêts et de leurs conditions de vie. Les femmes remplacent petit à petit le modèle de fusion mère-fille, dans lequel l’une donne et l’autre reçoit, par la quête réciproque d’indépendance et de relations égalitaires. Aujourd'hui, plusieurs femmes osent exprimer les sentiments agressifs qu’elles éprouvent les unes envers les autres et réussissent ainsi à éliminer les effets destructeurs du non-dit.

De façon générale, les amies ont eu, à ce jour, plus de facilité à supporter leurs faiblesses respectives qu’à s’aider à développer leurs points forts pour transformer en critique sociale leurs peines personnelles et leur manque d’estime de soi. Il s’agit de plus en plus pour les femmes de trouver une nouvelle synthèse, une nouvelle façon d’être authentiques en étant complices et aimantes autant qu’autonomes et structurées. De reconnaître qu’elles n’ont pas à être semblables pour s’aimer, mais libres et aimantes indissociablement.

Fières d'être de la lignée des femmes ou d'avoir pris leur place au sein des bastions masculins, les femmes ont prouvé qu’elles peuvent vivre l’amitié aussi authentiquement et intensément que les hommes. Elles n’éprouvent malheureusement pas toutes le même degré de responsabilité et de solidarité envers l’ensemble de leurs semblables. Celles qui accèdent au pouvoir et à la renommée adoptent souvent les valeurs masculines et perpétuent les divisions entre les femmes et les différents rapports de force dans la société. Elles se contentent de tirer leur épingle du jeu.

Au plan politique, l’aliénation joue pour les femmes le même rôle que pour les membres des classes opprimées ou des pays colonisés, les poussant à se haïr entre elles et à révérer leur oppresseur. Depuis leur plus tendre enfance, on a encouragé les femmes à se méfier les unes des autres. Les traces historiques de leurs amitiés ayant été détruites, chaque génération de femmes est contrainte de toujours recommencer à zéro. La plus grande réussite du patriarcat est, sans contredit, d’avoir convaincu les femmes qu’elles étaient par nature rivales et ennemies, donc, incapables d’être amies, solidaires et de changer collectivement leur destin.

Le pouvoir patriarcal ne pardonne pas à celles qui ont décidé d’être indépendantes, de choisir leur devenir et de réaliser pleinement leur potentiel créateur. Elles ont résisté à la violence, à la dérision, à l’exclusion, à tous ceux qui voulaient les soumettre et elles ont apporté une contribution importante à cette chaîne infrangible d’amitié et de solidarité entre femmes qui traverse les siècles. Plusieurs savent désormais que les femmes ont été exclues de l’histoire simplement parce que les hommes ont jugé insignifiante toute autre expérience que la leur.

Dans un des livres les plus importants consacrés à l'amitié entre femmes, A Passion for Friends, Janice G. Raymond rappelle que, dans la Grèce antique, la tradition masculine de l'amitié était indissociable de la politique, de l'art et de la philosophie dont elle constituait à la fois la base et l'aboutissement (Raymond, 1986: 85). De nos jours, plusieurs femmes politiques, en voulant défendre leurs propres priorités, mettent au centre de leurs préoccupations le sort des femmes et recherchent leur appui. Pour Raymond, être féministe ne consiste pas seulement à lutter contre la domination masculine et la violence qu'elle engendre, mais en la capacité de s'aimer soi-même et d'établir des liens profonds et durables avec d'autres femmes.

Toute une pente à remonter

Il faut dire que les femmes viennent de loin. Il n'y a pas longtemps, elles ne pouvaient voter et avaient besoin de la signature de leur mari pour ouvrir un compte bancaire ou subir une intervention médicale. La culture androcentrique qualifiait leurs liens amicaux et leurs associations féministes ou politiques d'insignifiantes et frappées du sceau des rivalités interpersonnelles. Pour vivre et définir leurs propres conceptions de l’amitié, les femmes ont dû apprendre à surmonter le dénigrement constant dont elles n’ont cessé d’être victimes de la part des hommes de pensée et de loi, des intellectuels aux théologiens, en passant par les juges et les médecins. Aujourd’hui, la plupart des hommes sont incrédules quand on leur parle de la constance de cette pensée réductrice et méprisante à l’égard des femmes de la part de ceux que toutes les générations ont situés au panthéon de la connaissance et de la sagesse humaine.

Contrairement aux hommes, les femmes n’ont pas cherché à théoriser le sentiment et l’expérience de l’amitié, mais elles ont vécu passionnément l’amitié au féminin, ainsi qu’en témoignent leurs lettres, leurs journaux intimes et leurs œuvres littéraires. Elles n'ont pas vécu l'amitié sur fond d’héroïsme guerrier ou de prouesses philosophiques et politiques, mais en fonction de la perpétuation et de l’entretien de l’espèce humaine. On n’a jamais considéré leurs valeurs et leurs contributions socioculturelles comme des apports essentiels à l’évolution de la civilisation. Un système définissant les femmes uniquement en fonction de leurs liens avec les hommes a tout intérêt à décourager la formation de relations incontrôlables entre elles.

Pourquoi l’amitié entre hommes est-elle depuis Aristote invariablement qualifiée de noble et d’exemplaire, alors que l’amitié entre femmes ne serait qu’un lien banal et dépourvu de toute grandeur? Les hommes semblent incapables de percevoir les femmes sans eux. Sans hommes, des femmes ensemble dans un lieu public ne seraient que des femmes « seules ». Si amitié il y a, ce ne pourrait être qu’en attendant l’arrivée d’un homme qui donnera un sens à leur vie!

Virginia Woolf a raconté dans Une chambre à soi la difficulté qu’elle a éprouvée à trouver dans la littérature une tradition d’amitié entre femmes. Pourtant, les femmes sont amies depuis des millénaires. Elles ont été l’une pour l’autre la meilleure amie, la parente, la compagne de vie, la pourvoyeuse économique et affective ou l’amante incomparable. S’il n’en avait pas été ainsi, elles n’auraient pu survivre dans un monde où elles ont été si dévalorisées. Mais, il n’existe à peu près pas de documentation sur ce sujet (Barkas, 1985).

Contrairement à ce que certains prétendent, il existe une différence entre les liens d’amitié entre femmes et le lesbianisme qui est le choix fait par certaines d'entre elles de partager exclusivement avec une femme tous les aspects de leur être et de leur vie. En amitié, la quête de fusion importe moins que la reconnaissance lucide de la singularité de l’autre et de son autonomie, alors que la passion amoureuse est surtout marquée par l'exclusivité et le désir. Personnellement, je crois que l’amitié dépasse toute tentative de catégorisation, sexuelle ou autre, et qu’elle naît simplement, pour paraphraser Montaigne, parce que c’est toi, parce que c’est moi.

Je me suis toujours intéressée à la passion de l’amitié chez les femmes, indépendamment de leurs relations amoureuses ou, lorsque c’est le cas, en tant qu’une des composantes essentielles de cet amour. La culture lesbienne, qui n’est pas subordonnée aux relations avec les hommes, fournit une source incontournable de documentation sur l’amitié entre femmes. En raison de sa marginalisation sociale, la communauté lesbienne a, de plus, tendance à vivre des liens de solidarité, d’affection et de loyauté solides et profonds. Les recherches montrent que les amitiés entre lesbiennes durent au-delà des relations amoureuses ou se développent indépendamment d’elles.

Je suis d’accord avec la définition d’Adrienne Rich qui a l’avantage de n’exclure aucun aspect de l’amitié en embrassant

les multiples formes de rapports intenses et privilégiés entre femmes, y compris la capacité de partager leur vie intérieure, de faire front contre la tyrannie masculine, de donner et recevoir un soutien pratique et politique (Rich, 1981 :32).

La négation de l’amitié entre femmes constitue une énigme aussi importante que ce qui a fait exclure les femmes de chaque nouveau mode de communication parce qu’elles pouvaient en faire un outil de libération. On se rappelle qu'il n'y a pas si longtemps, on interdisait aux femmes d'apprendre à lire et à écrire. De tout temps, les hommes ont fait de l’amitié féminine un ghetto insignifiant, désespéré ou pervers. Une simple relation d’appoint pour les femmes en attente de l’essentielle rencontre avec l’homme de leur vie! Leurs amitiés, fussent-elles exemplaires et passionnées, ont été exclues de l’histoire.

La tradition philosophique de l'amitié

Un bref retour sur les auteurs qui ont traité le thème de l’amitié, Aristote, Cicéron, Montaigne, Kant, Rousseau, Nietszche, Blanchot, Foucault, parmi tant d'autres, met en évidence qu’aucun de ces philosophes ne peut prétendre à l’universalité quand ils excluent systématiquement de leurs analyses la vision et l'expérience des femmes, si ce n’est pour en souligner l’inexistence. Rien n’est négligé dans l’histoire pour expulser de fait les femmes de ces bastions masculins que sont la philosophie et les sciences, ni la force, ni le ridicule, ni les critiques réductrices, et surtout pas une pauvreté chronique qui maintient l’existence des femmes au niveau de la survie.

La société patriarcale a appliqué aux femmes, plus qu’à tout autre groupe social, la politique éprouvée du « diviser pour régner ». Dans un monde fait par et pour les hommes, on les incite à une lutte sans merci pour éclipser leurs rivales et ainsi obtenir l’approbation masculine, seul gage de réussite sociale ou amoureuse. Un comportement qui tend à rendre dérisoires les liens qu’elles créent entre elles. Mais il y a toujours eu des irréductibles qui s’entêtent à se choisir envers et contre tous, qui refusent tous les chemins menant à la haine de soi et des autres femmes. Elles ne revendiquent pas leurs droits en fonction de l’égalité avec les hommes, mais plutôt en fonction de leurs propres choix, de leurs besoins d’autonomie, de leur fierté d’être femmes, de leurs affinités et de leur solidarité entre elles.

En dépit de leurs constantes proclamations sur la noblesse de leurs amitiés, il me semble que ce que les hommes appellent « amitié » est le plus souvent constitué d’un intérêt partagé pour la conquête militaire, économique et féminine; ou d’ambition, de soif de pouvoir et de possession, et non, tel que le prétend Aristote, de cette bonté qui consiste à vouloir pour l’ami tout ce qu’on désire pour soi-même. Si « l’œuvre de la politique consiste surtout, de l’avis général, à faire naître l’amitié » (Aristote, 1994) et si, depuis toujours, seuls les hommes ont une aptitude pour la politique et l’amitié, n’y aurait-il pas lieu de s’interroger sur cette conception en voyant l’état actuel de déperdition du monde et la difficulté croissante pour les êtres d’aimer et de faire confiance, quand seules la concurrence et la performance sont privilégiées? Constituant une exception notable, le philosophe Jacques Derrida, dans Politique de l'amitié, a su mettre en évidence le caractère non-démocratique de toute la tradition philosophique par son exclusion systématique des femmes comme sujets ou objets de l'amitié :

Pas femme qui vive. Un désert peuplé, certes, un plein désert en plein désert, et même, diront certains, un désert noir de monde : oui, mais des hommes, des hommes, des hommes, depuis des siècles de guerre, et des costumes, des chapeaux, des uniformes, des soutanes, et des guerriers, des colonels, des généraux, des partisans, des stratèges, et des politiques, des professeurs, des théoriciens du politique, des théologiens. Vous chercheriez en vain une figure de femme, une silhouette féminine, et la moindre allusion à la différence sexuelle (Derrida, 1994 :179).

Montaigne (1533-1592), dont les écrits font autorité sur la question de l'amitié, a repris la pensée d’Aristote en excluant à son tour les femmes d’un idéal aussi sublime : « leur âme ne semble pas assez ferme pour soutenir l’étreinte d’un nœud si pressé et si durable. [...] Ce sexe par nul exemple n’y est encore pu arriver, et par le commun consentement des écoles anciennes en est rejeté » (Montaigne, 1972 :267). Pourtant, Marie de Gournay (1565-1645), sa « fille d’alliance », morte octogénaire, réussissait à vivre de sa plume et elle a même laissé des réflexions sur l’amitié, fait exceptionnel à son époque. Montaigne a dû reconnaître qu’elle serait capable un jour « des plus belles choses, et entre autres de la perfection de cette très sainte amitié où nous ne lisons point que son sexe ait pu monter encore» (cité par Sarde et Blin, 1997 :235).

La conception qu’a Montaigne de l’amitié reflète le désir de tout être humain. Qui ne voudrait éprouver cet état où les âmes « se mêlent et confondent l’une en l’autre, d’un mélange si universel, qu’elles effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes » (Montaigne, 1972 :268)? Pourquoi les femmes feraient-elles exception, elles qui, depuis toujours, ont nourri de leur amour inconditionnel l’humanité tout entière dont elles ont tissé le devenir dans leur corps?

On aurait pu croire qu’avec la Révolution française, à laquelle les femmes ont participé massivement, du début à la fin, que les choses allaient changer pour elles. Il n’en est malheureusement rien. Au contraire, les hommes ont eu vraiment peur devant ces femmes libres et talentueuses qui réclamaient des droits égaux dans tous les domaines. Pour endiguer ce courant irréversible d’émancipation, il leur a fallu faire tomber quelques têtes pour l’exemple et, plus tard, instaurer le Code Napoléon qui soumet complètement les femmes aux pères ou aux maris pourvoyeurs.

D'hier à aujourd'hui, les femmes ont dû vivre leurs amitiés dans une atmosphère plus ou moins clandestine, et toujours dans une perspective, consciente ou non, de délinquance et de rébellion envers l’ordre masculin. « Si tombait l’un des trois piliers de l’universalité – le contrôle des mots, des biens, des femmes – c’est tout un monde de représentation qui s’écroulerait, tout un mode de rapports sociaux qui s’effriterait », constate l'écrivaine québécoise Madeleine Ouellette-Michalska (1987 :64).

Les femmes et la Révolution

Michelet (1798-1874), auteur de Les femmes de la Révolution (1853), fait preuve d’intérêt et d’amour envers les femmes, mais il n’en écrit pas moins : « Le mot sacré du nouvel âge, Fraternité, elle [la femme] l’épelle, mais ne le lit pas encore » (Cité par Derrida, 1994 :254). Les femmes, ces donneuses de vie, seraient incapables d’amitié parce qu’elles refusent l’inimitié et cherchent sans cesse le consensus plutôt que la guerre qui massacre leurs enfants, alors que pour les frères, l’amitié représente le plus haut moment de la fraternité qui les unit « comme un seul homme » contre l’ennemi commun. La logique de la fraternité est simple : qui n’a pas d’ennemis n’a pas d’amis.

Pour Michelet, elles sont attendrissantes par leur faiblesse et leur fragilité, médiatrices entre la nature et l’homme. Il reconnaît leur intelligence et leurs dons, mais, dans le même souffle, il affirme que leur tempérament passionné corrompt tout ce qu’elles touchent. Il admet quelques exceptions : Jeanne d’Arc, dotée comme les hommes des « deux sexes de l’esprit », ou Manon Roland qui, «avec sa richesse de hanches et de seins, ses beaux yeux gris, est un grand homme » (Michelet, 1988 :10 et 11) !

Bref, pour lui, les femmes sont dangereuses en politique : « Ce n’est pas notre faute si les femmes ne sont pas comme nous, si la nature les a faites non pas faibles, comme on dit, mais infirmes ». Il se plaint de leur influence fatale en politique et dans toute révolution, il les voit «intrigantes, violentes, bien souvent plus coupables que les hommes » (Michelet, 1988 :11). Combien de fois n'entendons-nous pas aujourd'hui encore à propos des femmes politiques cette affirmation péremptoire: « Elles sont pires que les hommes »?

En dépit de toutes ses déclarations condescendantes, Michelet n’en demeure pas moins le premier à admettre que les femmes ont une histoire et à tenter de la raconter. On y voit que les révolutionnaires français ont su critiquer les mœurs aristocratiques, mais se sont avérés incapables d’instaurer un art de vivre véritablement révolutionnaire tel que les y invitaient nombre de femmes héroïques qui ont payé de leur vie la contestation de l’ordre patriarcal. La Révolution française a non seulement détrôné les femmes qui jouaient un rôle intellectuel et artistique important en ce siècle de mutations, mais elle les a nivelées, en détruisant les réseaux culturels qu’elles s’étaient créés. En l’espace de trois semaines, Marie-Antoinette est exécutée, suivie par Olympe de Gouges et Manon Roland. Le 20 octobre 1793, soit quatre jours après l’exécution de la reine, tous les clubs de femmes sont dissous.

Olympe de Gouges (1755-1793) est une écrivaine au style flamboyant qui s’était d’abord fait connaître par ses nombreuses pièces de théâtre. Féministe dans l’âme, elle affirme que « l’oubli et le mépris des droits de la femme sont la seule cause des malheurs publics ». Les représentants de la nation étant des hommes, ils opposent une fin de non-recevoir aux revendications des femmes et leur refusent, à elles et aux esclaves, le droit de vote et de citoyenneté, dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, base de la Constitution révolutionnaire de 1789.

Olympe de Gouges participe activement aux nombreux clubs de femmes, à Paris et en province, où sa déclaration obtient un immense succès, bien qu’elle reste lettre morte sur le plan juridique. Refusant l’échec, elle en appelle à Marie-Antoinette pour soutenir la cause des exclues, argumentant de façon prophétique, quand on sait que, bientôt, elles mourront toutes deux guillotinées : « Une femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la Tribune « (Gouges, 1993). Après la mort d’Olympe de Gouges, les rassemblements de femmes sont interdits et, en dépit de leur soutien fervent à la Révolution, elles n’y gagnent aucun droit politique.

Il y a heureusement des exceptions parmi les hommes. Charles Fourier (1772-1837) élabore une utopie de la société future, où l’opposition entre l’amour et le travail serait dépassée, où les femmes seraient libres de devenir tout ce qu’elles désirent être, « où tout doit marcher de front : industrie, plaisir et politique sociale » (Fourier, 1975 :14). Ce philosophe accorde à la liberté des femmes une place centrale dans la réalisation de «l’Harmonie», appelant « régions boursouflées de la philosophie » celles qui tentent de justifier leur assujettissement. Fourier, qui a utilisé le terme «féministe» dès 1837, constate, avant Marx, que « l’extension des privilèges des femmes est le principe général de tous les progrès sociaux « (Fourier, 1975 :118).

D’une grande perspicacité, Fourier note au passage le rôle de l’aliénation dans la persistance de l’oppression des femmes qui, à l’instar de toutes les classes opprimées, se haïssent entre elles et révèrent le sexe oppresseur. Il ne ménage pas ses compatriotes français qui, plus que tout autre peuple, empêche les femmes d’accéder aux fonctions publiques et les ridiculise quand elles s’illustrent. Il se serait délecté en suivant la campagne de Ségolène Royal. Il reproche aussi aux femmes arrivées de n’avoir pas produit, au lieu d’écrivains, des libératrices capables de tirer leur sexe de l’asservissement. Et il conclut en disant que « la femme, en état de liberté, surpassera l’homme dans toutes fonctions d’esprit ou de corps qui ne sont pas l’attribut de la force physique » (Fourier, 1975 :117).

Des liens tricotés serrés

On entend peu parler des trois féministes américaines Susan B. Anthony (1820-1906), Elizabeth Cady Stanton (1815-1902) et Matilda Joslyn Gage (1826-1898), toutes trois intrépides, déterminées, brillantes. Lors d’une réunion historique à Seneca Falls en 1848, elles fondent l’Association nationale pour le suffrage des femmes et réclament l’accès à l’éducation et à tous les emplois, le contrôle de leur corps, le droit de signer des documents juridiques, d’administrer leurs épargnes et leurs propriétés. Elles ne veulent rien de moins que changer le monde, et, pour ce faire, lient étroitement l’égalité de droits des femmes à la justice sociale et à l’abolition de l’esclavage.

Ces trois amies, si différentes et si proches à la fois, ont, parallèlement à leur inlassable militantisme, écrit une Histoire du suffrage des femmes en six volumes, énorme somme de documentation, couvrant tout le mouvement des femmes pour le droit de vote jusqu’au tournant du siècle. L’amitié exemplaire, unissant Susan B. Anthony et Elizabeth Cady Stanton pendant cinquante ans, donne tort aux préjugés voulant que des femmes soient incapables de travailler ensemble sans rivalités et conflits. Comparant leur relation à celle « de mari et femme », Stanton affirme qu’il n’y a pas eu une heure de jalousie, d’envie ou de rupture dans leur amitié les empêchant de planifier ensemble l’agitation à venir :

Nous avons immédiatement été amies, en pensée et en compréhension nous ne faisons qu’une, et dans la division du travail, nous nous complétons parfaitement. Pour écrire, nous réussissons mieux ensemble que chacune de notre côté. Alors qu’elle est lente et analytique, je suis rapide et synthétique. (Citée par Spender, 1982 :930)

Dès sa plus tendre enfance, Elizabeth Cady Stanton prend conscience de l’injustice subie par les femmes. L’événement déclencheur de sa prise de conscience est la mort de son frère, dont son père ne se remettra jamais. Elle avait alors onze ans. Dès lors, elle s’applique à remplacer le garçon que son père aurait voulu. Elle s’occupe des chevaux et devient une écuyère hors pair. Mais, lorsqu’elle remporte le premier prix de Grec, plus qu’inusité pour une femme de son époque, il a pour seule réaction de regretter qu’elle ne soit pas un garçon. La conscience que seul le sexe détermine la valeur d’un être fait très tôt d’elle une radicale.

Pour Stanton, même si les femmes accomplissaient la même chose que les hommes, dans n’importe quel domaine, leurs conditions ne se transformeraient pas fondamentalement. Avocate passionnée des droits des femmes, elle sait qu’un véritable changement viendra seulement quand chaque femme prendra conscience que ce n’est ni la nature, ni Dieu, ni les extra-terrestres qui sont responsables de ses conditions de vie et de son exclusion sociale, mais des hommes, depuis toujours, et personne d’autre. Constat difficile et douloureux, puisque chaque femme est intimement liée à plusieurs hommes : père, frère, mari, fils, ami, compagnon de travail, etc.

Comment réagir? Pour Stanton, la création entre femmes de liens indéfectibles et la libération de toute dépendance et de toute peur des hommes constituent les premiers pas vers l’autonomie absolue. Alors qu'on cherche à l'intimider et à la faire taire, elle appelle chaque femme à l’insoumission, à l’estime de soi, à la valorisation de ses propres besoins, à l’abandon du sacrifice, de l’effacement de soi, de la culpabilité, l’invitant à exprimer sa juste colère. Rien ne peut la faire reculer, pas même les menaces de son père de la déshériter. Avec six enfants et un mari, en plus d’écrire abondamment, elle prononce des conférences critiquant le mariage et prône l’adoption d’une nouvelle loi sur le divorce. La source principale de son énergie lui vient de l’amitié des femmes qui l’entourent et de l’aide inconditionnelle de la part de Susan B. Anthony, toujours prête à s’occuper des enfants pendant qu’elle lui écrit des discours.

Elle sait que le succès de leurs revendications ne peut leur venir d’une attitude plus déférente envers les hommes ou d’une soudaine générosité de la part de ces derniers. Elle est fermement convaincue que les femmes ne peuvent compter que sur elles-mêmes. Elle écrit à son amie :

L’établissement des femmes à leur juste place est la plus grande révolution que le monde ait jamais connue ou connaîtra jamais. Faire qu’elle arrive n’est pas un jeu d’enfants. Toi et moi n’avons pas oublié la lutte, des deux dernières décennies, avec les moqueries, les persécutions, les dénonciations, les calomnies et l’amertume pour lot (Citée par Spender, 1982 :259).

L’énergie de cette femme, aujourd’hui méconnue hors des États-Unis, est sans limites. Ses analyses, ses critiques et ses propositions novatrices sont encore valables. Jamais satisfaite de ses contributions à la lutte, elle se lance avec sept autres femmes, dont Matilda Gage, dans la révision de la Bible qu’elle considère à juste titre comme l’une des principales armes du patriarcat contre les femmes. Selon elle, « on a interprété la Bible de façon à justifier l’intempérance, l’esclavage, la peine de mort et l’assujettissement des femmes » (Citée par Spender, 1982 :286).

Stanton veut que les femmes pensent par elles-mêmes et voient le monde, non pas en fonction des hommes, mais d’elles-mêmes. Il lui semble important de les convaincre que la Bible n’est pas la parole de Dieu, mais une série d’écrits d’hommes, une compilation de la mythologie et de l’histoire hébraïques. Selon elle, ce livre est le reflet d’anciennes attitudes patriarcales auxquelles les hommes n’ont jamais renoncé.

Elle a 83 ans quand le livre est publié et ne semble toujours pas près de se ranger et d’en finir avec cette folie de jeunesse que serait son féminisme. Stanton est remarquable en raison de sa haute estime de soi, de son ouverture d’esprit, de sa capacité de changer, de repenser, de réanalyser ses positions. Face à sa nature flamboyante, ses ennemis parlent de complexe de supériorité, de narcissisme et d’élitisme. Ils ignorent que le secret de son incroyable force provient des femmes qui l’ont soutenue tout au long de sa vie. En 1869, elle écrit à Susan B. Anthony que : « aucun pouvoir au ciel, en enfer ou sur terre ne peut nous séparer, parce que nos cœurs sont mariés éternellement ensemble » (Citée par Spender, 1982 :290).

Il est impossible de parler aussi longuement de Susan B. Anthony et de Matilda J. Gage sans répéter plus ou moins les mêmes choses qu’à propos d’Elizabeth Cady Stanton. Qu’il suffise d’ajouter qu’Anthony reste célibataire par choix. Pour elle, si on se marie avec un pauvre, on devient une femme de peine (dans tous les sens du terme); si c’est avec un riche, on devient une poupée. Cette perspective ne l’intéresse absolument pas. Pour elle, son choix est politique parce qu’il lui est « impossible de concevoir que l’homme aimé, décrit dans la Constitution comme homme blanc, citoyen américain de souche, en pleine possession de soi et éligible au poste de président de la grande République, puisse unir sa destinée par mariage à une esclave politique, de surcroît une paria » (Citée par Spender, 1982 :299). Sachant que faire du célibat un mode de vie positif pour les femmes ébranle les fondements du patriarcat, elle ne manque jamais de se présenter avec défi comme une célibataire heureuse. À ce jour, il existe encore très peu de portraits de femmes célibataires dans la littérature.

Matilda J. Gage représente le meilleur exemple de la façon dont les historiens ont ignoré l’expérience des femmes, cette femme géniale n’ayant jamais existé pour eux. Mary Daly, probablement la première à l’avoir découverte, est pleine d’admiration pour cette écrivaine érudite, passionnée, audacieuse, intelligente et fière d’être femme. Pour Daly, les historiens ont ignoré le travail de Gage parce qu’elle a choisi une perspective gynocentrique. Après avoir critiqué l’entrée que lui consacre Notable American Women, où il est fait beaucoup plus mention de l’influence de son père et de son mari que de son œuvre, Daly ajoute :

On nous informe que Gage n’a jamais égalé les réalisations d’Elizabeth Cady Stanton et de Susan B. Anthony et c’est littéralement vrai. Gage était une penseuse révolutionnaire qui n’a pas « égalé » mais plutôt dépassé de loin ces réformistes par l’originalité et la créativité de sa pensée (Daly, 1990 :219).

En plus de ses nombreux discours, Gage est aussi l’auteure de deux chapitres du premier volume de History of Women Suffrage et d’une somme féministe, Woman, Church and State. Sa documentation sur les réalisations passées des femmes n'est pas un simple ajout à son analyse des institutions patriarcales, mais elle en constitue une part essentielle, la preuve que les hommes n’ont jamais cessé de voler le travail des femmes et de s’en servir à leurs propres fins. Non contents de profiter du travail gratuit ou moindrement rémunéré des femmes, ils leur ont également volé leur énergie créatrice, spirituelle et intellectuelle.

Son radicalisme et son absence totale de compromis éloignent d’elle des femmes qui cherchent à éviter la confrontation et préfèrent miser sur la persuasion pour obtenir les réformes souhaitées. Dans les années 1880, Susan B. Anthony accepte de travailler avec des organisations de femmes conservatrices et chrétiennes et se dissocie de Gage. Celle-ci paie cher son audace, son analyse radicale et son refus de tout conservatisme quand, au nom de la réalisation du plus large consensus possible en faveur de l’obtention du suffrage féminin, elle se retrouve seule après quarante ans de militantisme.

Le Québec n’est pas en reste quant aux militantes qui conjuguent politique et amitié. Une vingtaine d’années après les Américaines, Marie Gérin-Lajoie, Idola Saint-Jean, Thérèse Casgrain et de nombreuses délégations de femmes vont, jusqu’en 1940, à l’Assemblée nationale, à Québec, réclamer le droit de vote. Chaque fois, le projet de loi présenté sera défait. Les hommes ne manquent jamais de se servir de l’arme du ridicule envers ces femmes indépendantes, particulièrement contre Idola Saint-Jean dont le choix de rester célibataire suscite la hargne masculine.

L’Église et les politiciens, ces deux forces que Matilda Gage avait dénoncées avec virulence, se donnent la main, au Québec comme ailleurs, pour barrer la route au vote des femmes et à la conquête de leur totale autonomie. Henri Bourassa, directeur du quotidien Le Devoir, fustige « l’introduction du féminisme sous sa forme la plus nocive, la femme-électeur [...] pour tout dire en un mot : la femme-homme, le monstre hybride et répugnant qui tuera la femme-mère et la femme-femme » (Cité par Jean, 1974 :312).

Toutes les femmes ne répondant pas au «rôle grandiose d’épouse et de mère que Dieu leur a attribué » seront traitées de monstres, de « femmes enculottées »! Pour le journaliste Olivar Asselin, ce serait accorder le droit de vote à des « milliers de cervelles d’oiseaux ». Pour Mgr Paquet « sous le nom de féminisme, un mouvement pervers, une ambition fallacieuse entraîne hors de sa voie la plus élégante moitié de notre espèce, et menace les bases mêmes de la famille et de la société » (Cité par Jean, 1974 :195). Les déclarations de plus en plus virulentes des politiciens et du clergé feront que le Québec sera la dernière province canadienne à donner le droit de vote aux femmes en 1940.

Le début d'un temps nouveau

Que ce soit Flora Tristan, Rosa Luxemburg, ou plus près de nous, Eleonor Roosevelt, Simone Veil, Françoise Giroud et, au Québec, Lise Payette, Pauline Marois, Louise Beaudoin, Liza Frulla, Françoise David, on voit des femmes politiques puiser auprès de leur groupe d’amies une inépuisable énergie et la force nécessaire pour résister aux multiples vexations dont elles sont l’objet de la part des médias et de leurs opposants. Dans une passionnante biographie d’Eleonor Roosevelt (Wiesen Cook, 1992), on apprend que, malgré son intelligence, son éducation, sa fortune et son statut social, elle aurait pu être écrasée par une famille dysfonctionnelle, un mari adultère, une belle-mère autoritaire, si elle n’avait su trouver auprès de ses amies une communauté non conventionnelle où elle a pu se sentir libre et s’épanouir.

Révolutionnaire allemande d’origine polonaise, Rosa Luxemburg (1870-1919) est docteure en droit et en économie politique, auteure d’une œuvre considérable, une oratrice hors pair parlant plusieurs langues et une théoricienne de tout premier plan. « Un aigle », selon Lénine. Dès 1907, elle fonde avec Clara Zetkin, sa meilleure amie, l’Internationale socialiste des femmes qui, quatre-vingts ans plus tard, réunira cinquante-neuf associations dans le monde. Leur amitié indéfectible fait penser à celle de Madeleine Parent et Léa Roback, deux indomptables syndicalistes féministes, dont la vie demeure une ardente inspiration pour les Québécoises.

L’amitié de Zetkin et de Luxemburg est inséparable de leur lutte pour la justice sociale et l’émancipation des femmes. Tendresse et ardeur révolutionnaire sont indissociables chez ces deux femmes exceptionnelles, conscientes d’être égales et ayant une confiance totale en leurs capacités respectives. De même que dans toutes les grandes amitiés, elles n’ont pas besoin d’explications. Rosa écrit à Clara : « On a décidé d’éditer un supplément hebdomadaire d’un demi-placard en guise de journal féminin. C’est toi qui dois le rédiger. Fais comme tu l’entends. » Et ainsi fut fait!

Au fil des ans, Rosa confie à Clara tout ce qu’elle ne peut dire à la plupart des personnes de son entourage, ses doutes, ses peines et sa joie de vivre chaque instant comme s’il était le dernier. Elle peut critiquer Clara, tant sur le plan politique que sur le plan personnel, mais elles savent toujours résoudre harmonieusement leurs divergences. « Mon unique! Est-ce que cette lettre, est-ce que mon amour pourront t’atteindre encore? », lui écrit Clara, alors qu’on a déjà assassiné Rosa et qu’on ne retrouvera son corps, jeté dans le canal, que deux mois plus tard. Quand elle apprend la nouvelle, elle s’écroule, inconsolable, ne comprenant pas comment la vie pourra continuer et comment elle pourra vivre sans son amie de toujours. Elle lui sera fidèle, tout le long de sa vie et ce, en continuant leur action parmi les femmes et en se consacrant à la publication de l’œuvre complète de Luxemburg.

En 1934, alors que Hitler vient d’accéder au pouvoir en Allemagne, Simone Weil écrit : « Rosa n’a pas restreint sa vie aux limites de l’action politique. Elle fut un être complet, ouvert à toutes choses et à qui rien d’humain n’était étranger. Son action politique n’était qu’une des expressions de sa nature généreuse » (Citée par Marseille et Laneyrie-Dagen, 1993 :262). Pour Weil, les désaccords avec les Bolcheviks, et plus particulièrement avec Lénine, viennent sûrement d’une différence d’attitude intérieure à l’égard de l’action révolutionnaire. Il est vrai que Rosa Luxemburg a toujours privilégié une vie intérieure intense, tant dans l’amitié que dans les remous de son action politique.

Nul doute que certains ont dû juger petite-bourgeoise la lettre suivante, adressée à Sonia Liebknecht : « J’espère mourir à mon poste dans une bataille de rues ou dans un pénitencier. Mais, dans mon for intérieur, j’appartiens plus aux mésanges qu’à mes camarades » (citée par Badia, 1995 :38). Rosa Luxemburg a été assassinée dans une bataille de rues, tel qu’elle l’avait prévu. Depuis lors, sauf pendant le Troisième Reich, chaque année, le troisième dimanche de janvier, des milliers de Berlinoises et de Berlinois vont fleurir la tombe de celle qui n’a jamais appris à haïr et qui a fait de l’amitié un art de vivre, une forme de résistance à l’oppression et surtout une manière privilégiée d’insuffler du bonheur dans les plus petites choses.

En France, on considère Simone Veil comme la plus importante femme politique pour avoir promulgué en 1975 une loi reconnaissant aux femmes le droit à l'interruption volontaire de la grossesse (IVG). Françoise Giroud et elle ont fait la preuve qu'il est possible d'accéder au pouvoir politique et d'y promouvoir les droits des femmes. À titre de secrétaire à la Condition féminine, Giroud met en marche « cent une mesures » pour favoriser l’insertion des femmes : autonomie, droits propres, élimination des discriminations, diffusion de l’information, situation des veuves, divorcées, mères célibataires, formation à des métiers dits masculins. En dépit de certaines réussites, elle ne sera jamais tout à fait acceptée par les féministes, qui la considèrent bourgeoise, trop solidaire du pouvoir masculin et indifférente envers la perpétuation des rapports de domination hommes/femmes.

Cette pionnière politique a dit souvent combien les femmes lui avaient donné force et confiance. D’abord, c’est de sa mère et de sa sœur qu’elle reçoit la première reconnaissance, celle qui fonde la personnalité : « J’ai été une petite fille tant aimée par ma mère, par ma sœur aînée, Douce, qu’il m’en est resté quelque chose : je crois que les femmes m’aiment, et je les aime en retour. » (Giroud, 1997 :32-33) Élevée dans le besoin, dans la peur constante de ne pas joindre les deux bouts, elle dit que d’avoir été aimée est sa seule richesse. « On m’a seulement donné, pour le voyage de la vie, ce viatique sans prix d’où j’ai tiré pour toujours confiance dans la générosité de cœur, la tendresse rustique, la solidité des femmes. Sur elles, on peut compter. S’appuyer » (Giroud, 1990 :23).

Françoise et Douce feront partie de la Résistance durant l’occupation nazie. En 1943, la Gestapo arrête et déporte Douce à Ravensbrück. Elle revient, un jour de mai 1945, dans sa robe rayée, fantôme d’elle-même, et elle disparaît peu après, prématurément usée. Françoise est anéantie, rien ne pourra combler une telle perte. Giroud ne voit plus quelle foi, quelle philosophie, quel espoir dans l’humain peuvent tenir face à l’horreur des camps. La mort de Douce lui inspire de belles pages sur leur amitié si puissante, mais qui n’a pas été assez forte pour retenir sa sœur tant aimée :

Le jour où elle est morte, mon enfance s’est envolée. Ainsi, il n’y aura plus personne pour me dire :

« Tu es bête... Tu es bête comme tout ! » Il n’y aurait plus personne pour se soucier de mon confort, dont je n’ai jamais su prendre soin. [...] Je n’aurais plus personne pour parler de ce dont on ne parle à personne. Tous mes souvenirs allaient être veufs. [...] Nous disions en plaisantant : « Quand nous serons vieilles, nous serons de vieilles dames indignes... Nous boirons du whisky et nous serons débarrassées des hommes. Ce sera le paradis (Giroud, 1997 :81-82) !

Face aux femmes, Françoise Giroud sera toujours ambiguë. Se sentant pareille à un homme parmi les hommes, elle est exigeante envers les femmes croyant que, si elle est arrivée là où elle est, toutes le peuvent. Mais la réalité se charge parfois de lui rappeler que le patriarcat imprègne tout le corps social. Lorsqu’elle devient enceinte sans l’avoir désiré et ne peut se faire avorter, elle se rend compte qu’elle est en train de rejoindre les autres femmes, absorbées dans des problèmes, inextricables à l’époque, de lait et de layette. Pour elle, il s’agit de la fin de la fille-garçon, de la liberté et de l’absence de responsabilités.

Mais elle échappe le plus souvent aux contraintes de son sexe et navigue, heureuse, dans un monde où, selon elle, seuls quelques rares misogynes et forcenés troublent parfois les eaux calmes :

C’est très confortable, très doux. Je vais, entourée par une pléiade de jeunes femmes dont la vigilante amitié me tient le cœur au chaud, et, quelquefois, je m’émerveille de ce privilège. Toujours j’ai eu confiance dans le courage des femmes, dans leur jugement. Je les ai vues avec passion commencer à secouer leurs chaînes, et pour le peu que j’y ai contribué, j’en suis fière (Giroud, 1997 :33).

Au moment de faire le bilan de sa vie, Françoise Giroud mentionne cependant la misogynie, tranquille et tolérée, du milieu intellectuel et politique qu’elle fréquente, de Mauriac à Malraux. Elle admet avoir été « fabriquée, formée, instruite, construite par des hommes » (Giroud, 1990 :216). Mais, finalement, c’est de sa mère, qui lui a donné une morale du courage, qu’elle estime avoir reçu le don le plus précieux. Elle constate que très peu de femmes ont influencé son destin. La cause en serait l’amitié exclusive pour sa sœur et le fait qu’à l’époque, il n’y avait pas beaucoup de femmes dans les milieux professionnels. Pourtant, c’est aux femmes qu’elle pense avoir le plus transmis quand elle s’interroge sur ce qu’elle laissera derrière elle :

Aux hommes, je ne sais pas. Peut-être rien. Aux femmes, quelque chose de plus, peut-être malaisé à définir. [...] Ce que j’ai tenté de transmettre, c’est une certaine façon de se conduire comme femme dans un milieu majoritairement masculin, de gouverner des hommes en s’affirmant différente, sachant se tenir et assurée de sa plume (Giroud, 1997 :33).

Louise Beaudoin, ancienne ministre influente du Parti québécois, est une autre « guerrière du pouvoir féminin », comme elle appelle celles qui veulent prendre leur place dans la société :

Née dans une vieille famille bourgeoise de Québec, où l'agressivité, le courage et la compétitivité étaient des valeurs traditionnellement réservées aux hommes, je me suis vite insurgée contre ce mode de pensée. Toute jeune déjà, en constatant les différences d'éducation entre mon frère et moi, j'avais pressenti que l'avenir lui appartenait (Beaudoin, 1996).

Beaudoin reconnaît l’influence de plusieurs femmes, dont les écrivaines Anne Hébert, Gabrielle Roy, Marguerite Yourcenar, la militante politique Thérèse Casgrain et Simone de Beauvoir dont Le Deuxième sexe, qu’elle a lu à quatorze ans, la marquera à jamais. Pour elle, l'autonomie économique est la première condition de la liberté. Après avoir conquis le pouvoir sur leur propre corps, pense-t-elle, la plus belle victoire des femmes, est d'avoir gagné le droit d'exercer leur volonté, non seulement dans ce domaine éminemment intime et personnel, mais aussi dans d'autres sphères telles que la politique.

Déterminée dès l’adolescence à se donner les moyens de choisir, elle canalise toutes ses énergies pour être l'égale des hommes, dit-elle encore, pour s'affirmer sur leur propre terrain et pouvoir les affronter dans n’importe quelle compétition. En privilégiant les valeurs masculines, en modelant son comportement sur celui des hommes, elle s’avoue incapable de s’occuper des tâches domestiques et refrène continuellement ses émotions parce qu’elle doit mener une bataille très dure et, qu'aux yeux de ses confrères, certaines façons de réagir, pleurer par exemple, sont inacceptables.

Dans un monde qui définit les femmes d'action selon deux modèles stéréotypés, les «matrones» dépourvues de tout attribut féminin et les femmes qui réussissent en utilisant le côté «pervers» de leur féminité, pour Beaudoin :

D'un côté comme de l'autre, nous étions piégées. Rien de surprenant, donc, si la séduction intellectuelle m'est très vite apparue comme étant le moyen le plus astucieux d'éviter ce piège, en me permettant d'intégrer ma féminité à ces valeurs masculines qu'au fil des ans j'avais réussi à faire miennes, notamment la confiance en moi et l'agressivité sur le terrain (Beaudoin, 1996).

Chose certaine, elle ne manque, de son propre aveu, ni de l'ambition ni de l'opiniâtreté nécessaires pour gravir les échelons. Elle se définit comme une personne en quête d’un pouvoir qu’elle est certaine d'exercer un jour. Quand on lui reproche son « ambition effrénée », elle répond que ce n’est pas un tort de désirer un poste et d'user des moyens nécessaires pour l'obtenir. Les hommes font ça très couramment et personne n’y trouve à redire. L’unique moyen de retrouver nos propres valeurs et d’échapper au moule masculin serait, pour cette femme d’action, de parvenir un jour à atteindre une masse critique, en politique comme dans les autres sphères publiques. En attendant, conclut-elle, on se retrouve donc dans un cercle vicieux, car comment changer la nature même du pouvoir quand la plupart des femmes ne s'intéressent pas à la politique et ne s'y engagent pas ?

Titulaire de plusieurs ministères dans le gouvernement du Parti québécois dont celui des Relations internationales et de la francophonie de 1998 à 2003, Louise Beaudoin fait partie d'un solide réseau d'amies parmi lesquelles Liza Frulla qui, comme elle, fut ministre de la Culture et, avant d'être défaite aux élections de 2006, ministre responsable de la Condition féminine. Conscientes du rôle important joué par leur amitié dans leur vie, elles ont écrit ensemble un livre d'entretiens (Frulla et Beaudoin, 2007) sur la force d'un lien qui jamais ne se rompt en dépit de leurs options politiques opposées, la première étant pour l'indépendance du Québec, l'autre pour le fédéralisme canadien.

... suite au

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires

labat 28/09/2007 23:50

Passionnant  merci