Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 10:35

Les fractures de la Pologne


Dominique Lagarde, Bernard Przewozny


Les récentes élections locales l'ont prouvé: la vie politique reste instable, un an après l'arrivée au pouvoir d'une coalition conservatrice et populiste. Une tension qui reflète la rivalité, dans la société, entre partisans de la tradition et champions d'un pays ouvert sur l'Europe et sur le monde

Ses cheveux blonds et son acné lui donnent un air d'adolescent timide. Devenu l'an dernier le plus jeune député de Pologne et d'Europe, Krzysztof Bosak est pourtant, à 24 ans, un garçon bardé de certitudes. Président du mouvement Jeunesse de la Grande Pologne (MW) et membre de la Ligue des familles polonaises (LPR), il milite, depuis six ans, à l'extrême droite. Au nom des «valeurs catholiques», menacées, selon lui, par une Europe «cosmopolite et athée». «L'Union européenne, s'insurge-t-il, est imprégnée d'idées de gauche. Elle privilégie les homosexuels au lieu de soutenir les familles et distribue l'argent de nos impôts à des organisations féministes qui militent pour le droit à l'avortement.» Depuis les élections de l'automne 2005, les amis de Krzysztof Bosak sont au pouvoir: la Ligue est, avec les partis Droit et justice (PiS) et Samoobrona («Autodéfense de la république de Pologne»), l'une des trois composantes de la coalition gouvernementale. L'attelage, conservateur et populiste, est tiré par les frères Kaczynski. Lech est président et Jaroslaw, Premier ministre. Les jumeaux parlent d'une seule voix et promettent une «quatrième république» qui mette enfin un terme à dix-sept ans de «complot» postcommuniste et libéral. Leur mouvement est arrivé en deuxième position, dans la plupart des grandes villes, lors des élections locales du 12 novembre dernier.

Pour comprendre le débat qui anime aujourd'hui la classe politique, il faut revenir en arrière, à cette année 1989 où bascule le destin de la Pologne. Nul ne sait alors que le mur de Berlin tombera à l'automne; des troupes russes sont encore stationnées dans le pays. Pendant de longs mois, les représentants du syndicat Solidarité, du Parti communiste et de l'Eglise tentent de négocier le passage à la démocratie. La première table ronde a lieu le 6 février, mais il faudra attendre le début de l'été pour qu'un compromis soit finalement trouvé. Il passe par la cohabitation avec les ennemis d'hier. Une sortie de crise inventée par Adam Michnik, l'un des principaux intellectuels de Solidarité, qui signe en juillet, dans les colonnes du quotidien Gazeta Wyborcza, un éditorial intitulé Wasz Prezydent, nasz Premier («Votre président, notre Premier ministre»). «A l'époque, nous avions en tête la transition espagnole, confiait-il dix ans plus tard à L'Express (1). Une révolution sans guillotine, sans barricades ni effusion de sang. Cela impliquait aussi le rejet de la vengeance.»

Vers une «décommunisation» annoncée


Pour les frères Kaczynski, les négociateurs de Solidarité auraient, cette année-là, conclu un pacte avec les élites communistes, et cette collusion aurait empêché que soit ensuite «purgé» l'ordre ancien, notamment lors de la présidence de Lech Walesa, à partir de 1990. Une faute à laquelle il est, selon eux, grand temps de remédier.

Deux mesures phares viennent d'être adoptées qui vont dans le sens de la «décommunisation» annoncée: le démantèlement, effectif depuis le 30 septembre, des services de renseignement militaire, accusés de fourmiller d'anciens communistes; le vote, le 18 octobre, d'une loi étendant la portée - jusque-là assez limitée - des enquêtes sur le passé communiste de certains individus (la «lustration», selon l'expression utilisée ici). Désormais, hauts fonctionnaires, officiers de sécurité, juges, responsables de collectivités locales ou d'établissements scolaires, journalistes et administrateurs d'entreprises publiques - entre autres - devront produire un «certificat de non-collaboration», délivré par l'Institut de la mémoire nationale, qui abrite les archives de l'ancienne police secrète. La plupart des dirigeants des grandes administrations ou des entreprises publiques ont par ailleurs été changés ces derniers mois. «Pendant dix-sept ans, affirme Piotr Semka, un éditorialiste proche du PiS, la “génération de la table ronde” a monopolisé les postes. Elle a occupé tout l'espace politicomédiatique, tandis que les partisans, comme moi, d'enquêtes sur les crimes des communistes étaient marginalisés. Avec les frères Kaczynski, on assiste enfin à un véritable renouvellement des élites!»

Figure emblématique de ces hommes neufs: le nouveau patron de la télévision publique, Bronislaw Wildstein. Journaliste, il avait été licencié du quotidien Rzeczpospolita pour avoir publié sur un site Internet une liste de plus de 240 000 noms d'agents présumés. «Jusqu'à l'arrivée au pouvoir des frères Kaczynski, commente Janusz Onyszkiewicz, ancien porte-parole de Solidarité, aujourd'hui vice-président (démocrate libéral) du Parlement européen, le champ politique était partagé entre les héritiers de Solidarité et les postcommunistes. Désormais, le débat se focalise sur la table ronde de 1989. La principale césure se produit entre ceux, ex-syndicalistes ou ex-communistes, qui considèrent qu'elle a changé la face de la Pologne et du monde et ceux qui estiment, au contraire, que la donne n'a pas vraiment été modifiée, parce que les élites sont restées les mêmes. Les premiers sont fiers de ce qu'ils ont réussi à l'époque, les seconds affirment que c'est maintenant que tout commence.»

A cette fracture politique s'en ajoute une autre, sociale celle-là. En Pologne comme ailleurs, le passage à l'économie de marché a creusé de nouvelles inégalités. «Beaucoup de gens ne se retrouvent pas dans la nouvelle réalité, en particulier les personnes âgées et seules», soupire Bogdan, un militant associatif d'une cinquantaine d'années, qui gère un relais social installé dans une ancienne chaufferie, derrière les voies ferrées de la gare de l'Est, à Varsovie. «Avant, poursuit-il, l'Etat était plus sécurisant. Aujourd'hui, même avec un travail, certains n'arrivent pas à s'en sortir parce que les salaires les plus faibles sont trop bas.»

Un pays en pleine transition, aux écarts de revenus énormes


Si les frères Kaczynski ont séduit les électeurs, il y a un an, c'est aussi parce qu'ils promettaient aux laissés-pour-compte de la transition une Pologne plus solidaire et plus propre, débarrassée du «libéralisme à l'usage des riches». Car les écarts de revenus sont énormes dans ce pays en pleine transition. Les cadres des entreprises multinationales bénéficient de rémunérations presque équivalentes à celles de l'Europe de l'Ouest, certes, mais des pans entiers de l'économie n'ont pas suivi. Le salaire moyen ne dépasse guère 650 euros et bien des salariés de petites entreprises doivent se contenter du salaire minimum, soit 250 euros environ. A l'échelle du pays, le produit national brut (PNB) par habitant équivaut à 50% de la moyenne européenne. Mais, à Varsovie, le taux atteint 75%. Tandis qu'il ne dépasse pas 35% dans l'est du pays, la région la plus pauvre.

Boguslaw Lesnodorski et Krzysztof Urbanowicz habitent l'un et l'autre une luxueuse résidence, avec centre de fitness et piscine, à Zoliborz, un quartier résidentiel de Varsovie. Le premier, ex-golden boy, est, à 32 ans, à la tête d'un gros cabinet d'avocats d'affaires. Le second, ancien journaliste, a créé une société de conseil et d'édition pour la presse d'entreprise et les sites Internet, aujourd'hui florissante. La Pologne des frères Kaczynski n'est pas la leur. «Ils ne connaissent rien à l'entreprise et moins encore à la finance!» fulmine Boguslaw Lesnodorski. «Ils ont été portés au pouvoir par les “bérets de mohair” [les toques de laine que portent les Polonaises l'hiver; l'expression désigne les traditionalistes], explique Krzysztof Urbanowicz. Une Pologne que nous méprisons.»

A une centaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale, la bourgade assoupie de Starozreby appartient à cette «Pologne des bérets de mohair». Ses rues s'animent un peu le dimanche, lorsque les habitants des hameaux environnants se pressent dans l'église de brique rouge pour assister à l'une des trois messes dominicales, ou lorsqu'un concours de musique et de danses folkloriques est organisé dans la salle des fêtes de la caserne des pompiers. Quelque 8 000 habitants vivent sur le territoire de la commune, dont un grand nombre de retraités. A 77 et 74 ans, Maria et Jozef sont de ceux-là. Installés à 5 kilomètres du bourg, dans le village de Zdziar Maly, au bout d'une route de terre, ils ont cédé leurs 4 hectares de blé à leur fils, mais gardé leur maison, une petite ferme avec un puits dans la cour - ici, personne n'a l'eau courante - et quelques poules. Il dit qu'il touche 150 euros par mois. Elle ajoute que cela va, «sauf pour les médicaments».

Une vision manichéenne et xénophobe du monde


Pour le sociologue Edmund Wnuk-Lipinski, il existe bien «deux Pologne». «Une fermée et une ouverte», précise-t-il. Or c'est la première qui est aujourd'hui au pouvoir. Et l'ordre moral y règne. Les auditeurs de l'ultracatholique Radio Maryja ont massivement voté à l'automne 2005 pour le parti des frères Kaczynski, le PiS, ouvertement soutenu par la station. Créée par un rédemptoriste, le père Tadeusz Rydzyk, celle-ci assène chaque jour à ses quelque 2 à 3 millions d'auditeurs une vision manichéenne et xénophobe du monde et décrit une «nation polonaise» en danger, menacée par «l'Europe de Sodome et Gomorrhe». Porte-parole d'une fraction de l'Eglise polonaise qui n'a jamais tout à fait admis que le champ politique lui échappe, Radio Maryja a été récemment rappelée à l'ordre dans une lettre ouverte du nonce apostolique. Mais elle est soutenue par nombre de prêtres qui accueillent dans leurs églises ses clubs d'auditeurs. «Certains n'ont pas compris le concile Vatican II…», dit pudiquement Marcin Przeciszewski, patron de l'Agence catholique d'information.

La station du père Tadeusz Rydzyk relaie aussi le seul discours antieuropéen que l'on entende encore aujourd'hui en Pologne, entièrement centré sur la défense des «valeurs de la famille», contre une Europe jugée «décadente» car trop permissive en matière de mœurs et de sexe. Lors des négociations sur l'adhésion de leur pays à l'Union européenne, les Polonais avaient revendiqué - et obtenu - le droit de conserver leur législation, très restrictive, dans le domaine de l'avortement. Depuis un an, c'est sur la question de l'homosexualité que l'opposition à l'Europe s'est focalisée: «Les ultraconservateurs, résume l'intellectuelle féministe Agnieszka Graff, n'acceptent pas que s'exprime, à travers l'émergence d'un mouvement gay, la volonté de participer à une culture européenne pluraliste et tolérante. C'est cette culture qu'ils rejettent.»

Pour les plus jeunes, l'Europe va désormais de soi


Membre du bureau exécutif de l'Alliance de la gauche démocratique (SLD, postcommuniste) et président d'une association de lutte contre l'homophobie, Robert Biedron est, à 30 ans, le premier, au sein de la classe politique polonaise, à avoir osé reconnaître publiquement son homosexualité. «Nous sommes des boucs émissaires», dit-il. Seule réponse, à ses yeux: mettre un terme à l' «invisibilité» dans un pays dont seuls 17% des habitants disent avoir déjà rencontré un homosexuel ou une lesbienne. En Pologne, ce combat-là n'en est qu'à ses balbutiements. Ni la gauche traditionnelle, laminée par les élections de 2005, ni la droite libérale n'ont envie de s'engager sur ce terrain miné par les tabous. Pour autant, seuls 11% des Polonais regrettent aujourd'hui l'adhésion à l'Union européenne, alors que 80% s'en réjouissent, dont une écrasante majorité de ceux qui ont voté l'an dernier pour les frères Kaczynski. Aux yeux des plus jeunes, en particulier, l'Europe va désormais de soi. Au point que 1,5 million de jeunes femmes et hommes ont, depuis 2004, choisi d'aller tenter leur chance à Londres, Dublin ou Berlin. Ce sont eux, peut-être, qui combleront le fossé entre les deux Pologne.

(1) L'Express du 19 septembre 1999.

Source : http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=7147

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Divers
commenter cet article

commentaires