Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 01:20
L’Iran et les 2 visages du « féminisme musulman »
08.11.2006

Il se tient actuellement à Barcelone le 2e Congrès international du « féminisme musulman ». Les nouvelles parues ont toutes évoqué les paroles d’une certaine Nayereh Tohidi qui représentait les iraniennes. Au même moment en Iran, Shadi Sadr, militante des droits des femmes, a lancé une campagne pour demander aux ayatollahs d’abroger la loi sur la lapidation pour adultère. | Décodages |

Il se tient actuellement à Barcelone le 2e Congrès international du « féminisme musulman ». Les nouvelles parues ont toutes évoqué les paroles d’une certaine Nayereh Tohidi qui représentait les iraniennes.

Tohidi n’habite pas l’Iran, elle est basée à Los Angles où elle fait du lobbying pour introduire Shirin Ebadi en tant que modèle de la femme iranienne. Ce qu’elle a dit à ce 2e Congrès international du « féminisme musulman » est riche d’enseignements et peut être utilisé par ceux qui veulent démasquer ces faux opposants, faux défenseurs de libertés, et authentiques lobbyistes pour relativiser la situation des droits de l’homme et de la femme en Iran.

Nayereh Tohidi n’est pas une femme libre : elle ne peut pas exprimer des idées qui soient déviantes vis-à-vis des doctrines du régime des mollahs ou contraires à ce qu’affirme le ministère iranien des affaires étrangères. Et l’on retrouve les mêmes arguments chez tous ces « dissidents réformateurs ».

Nayereh remet en cause uniquement « une lecture sexiste des textes sacrés du Coran » et non pas l’intrusion dans la vie sociale féminine d’un texte écrit il y a 1400 ans par un homme sans aucune connaissance des attentes d’une femme en 2006. Là s’arrêtent les revendications militantes de Nayereh Tohidi. Le reste de ses déclarations sont de nature politisée et dans la ligne des revendications du ministère iranien des affaires étrangères : « Les femmes en Iran, comme dans la majorité d’autres pays musulmans, sont confrontées à différents défis, mais l’incertitude et l’insécurité face à une attaque militaire potentielle contre l’Iran ont encore aggravé la situation. »

En d’autres termes, ce ne sont pas les mollahs qui maltraitent les femmes, mais « une attaque militaire potentielle contre l’Iran ». Il ne faut pas chercher à creuser ses paroles afin de faire une surinterprétation de ses propos car comme tous les agents de lobby du régime, la première phrase est suivie par ce qui serait son explication.

Le combat pour les femmes en Iran est « très délicat et il doit être mené par des femmes et par l’élite du pays, des réformistes de l’intérieur (c-à-d : mollah Khatami, milicien Ganji et Shirin Ebadi) », car selon Nayereh Tohidi, « la démocratie et les droits de l’homme ne peuvent pas être exportés ».

Décodages | « la démocratie et les droits de l’homme ne peuvent pas être exportés », il s’agit d’une condamnation de la politique de Grand Moyen-Orient démocratique de George Bush. Mais cette prise de position est choquante car par définition les pensées, les idées ou la démocratie doivent circuler en toute liberté sinon la déclaration universelle des droits de l’homme n’aurait aucun sens.

Si on ne pouvait pas exporter ses idées et en importer, si on ne pouvait pas renier une idée et en adopter une autre, le combat civique pour plus de droits n’aurait pas lieu d’être. Contrairement à ce que dit Nayereh Tohidi : la démocratie et les droits de l’homme peuvent être importés, imités, débattus et améliorés.

Cependant, Nayereh Tohidi n’est pas une idiote, elle connaît cette nécessité régénératrice, mais elle a été dépêchée au 2e Congrès international du « féminisme musulman » afin de plaquer un discours politiquement correct sur la négation même de la libre circulation des idées et surtout celles qui parlent de l’universalité.

Si Nayereh Tohidi admettait que la démocratie et les droits de l’homme pouvaient être importés là où ils font défauts, elle devrait nécessairement remettre en cause le Coran, texte figé, et se montrer universaliste et admettre aussi la nécessité de l’apport de soutiens extérieurs. Mais ceci sous-entendrait que l’on admette l’apport et le soutien des exilés, des opposants séculiers ou laïques ou encore l’ingérence humanitaire. L’opinion exprimée par Nayereh Tohidi est le discours politiquement correct qui justifie le refus de tout apport extérieur :

« Le combat pour les femmes en Iran est très délicat et il doit être mené par des femmes et par l’élite du pays, des réformistes de l’intérieur ». C’est tout de même la première fois que des défenseurs des droits de l’homme dans un pays refusent de l’aide.

« Laissez-nous entre musulmans, ne critiquez pas notre livre sacré, seuls les mollahs modérés peuvent nous aider, notre société évolue à son rythme, la démocratie ne s’importe pas »… et pourquoi donc l’Islam s’exporterait-il alors ?

Parallèlement 2e Congrès int. du « féminisme musulman » et exactement à ce moment, des Iraniennes militantes des droits des femmes ont lancé une campagne pour demander aux autorités d’abroger la loi sur la lapidation pour adultère. La nouvelle a été diffusée par une agence officielle du régime ILNA, proche des réformateurs !
 Cette campagne nécessaire mais mensongère est lancée par Shadi Sadr, la nouvelle fausse dissidente du régime qui récupère tout, recycle tout. Pour ce faire elle a un statut particulier : elle est à la fois avocate et journaliste, militante des droits des femmes et militante politique en faveur de Moïn, un universitaire (islamiste) réformateur.

Shadi Sadr (33 ans) existe sur la scène médiatique depuis 2003 (l’année de la nobélisation d’Ebadi), avant rien. Elle n’évoque que très rarement le cas de Zahra Kazemi (pourtant tuée en 2003) ou des viols en prisons par les Pasdaran. Elle ne dépasse pas les lignes rouges. Elle se contente de faire remarquer les progrès de la condition féminine sous Khatami (18 cas de lapidation ont été recensés sous Khatami).

Depuis peu, Shadi (Joie – ndlr) s’occupe de tous les cas médiatiques : cas de pendaisons de mineurs ou de lapidations rendus célèbres par les ONG occidentales. En dehors de ces cas surmédiatisés, elle est peu active et ne se manifeste qu’après les évènements : elle se les approprie, les recycle en « combats des réformateurs contre les conservateurs ». Que dire ?

Il faut se mobiliser afin que les affaires ne puissent pas devenir les moyens de combattre l’ingérence humanitaire des ONG, il faut proposer à cette femmes de se positionner sur la Charia et non sur une moratoire de certaines clauses de la Charia car ceci sera « du Tariq Ramadan ». L’Iran et les iraniens méritent mieux qu’un Tariq Ramadan en Jupon. Il faut que vous nous y aidiez.

Exemple | Shadi Sadr est l’avocate de Nazanin et selon certaines informations que nous avons reçues [1], dans le compte-rendu du deuxième procès, on ne peut lire que les déclarations de Nazanin, de sa nièce Samieh, et de son père, mais pas un mot de l’avocate, comme s’il n’y avait que sa famille pour la défendre... Nous essaierons de vous apporter des éclaircissements sur ce dossier, afin d’apporter le plus possible de soutien à Nazanin afin que cette avocate médiatique soit contrainte de la sauver réellement. Pour l’heure, Nazanin est utile pour Sadr et ses amis et nous essaierons de jouer le jeu tout en dénonçant les manquements professionnels.

WWW.IRAN-RESIST.ORG

| Recherche Par Mots Clefs : Misogynie Institutionnelle |

Les amis de Shadi Sadr :
-  
A propos de la manifestation féministe du 12 juin
-  
(27.06.2006)

Une autre Tariq Ramadan en Jupon :
-  
Fariba Adelkhah : le Fascisme en jupon
-  
(23.04.2006)

Source : http://www.iran-resist.org/article2774

Partager cet article

Repost 0

commentaires