Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

10 octobre 2006 2 10 /10 /octobre /2006 14:01
 
L'article de Libération :

Despentes remontée


Ne pas confondre féminisme et féminité : la violence karateka de Virginie Despentes.


Par Pierre MARCELLE
QUOTIDIEN : Jeudi 5 octobre 2006 - 06:00
Virginie Despentes King Kong Théorie Grasset. 158 pp., 13,90 €.



Sûr qu'à dire ainsi du bien de la môme Despentes, on va finir, étant homme, par s'exposer au soupçon de se faire sur son oeuvre une bonne conscience néoféministe. Tant pis. C'est d'ailleurs moins de féminisme que de féminité ( «Je crois bien qu'elle n'existe pas», annonce d'emblée l'auteur (1), qui finira par l'assimiler à «de la putasserie» ), que traite King Kong Théorie . L'opus est franc comme sa jaquette où, au sommet de l'Empire State building, s'inverse le jeu de rôles et se redistribue la division du travail sexué entre le primate et la poupée ; d'une image où celle-ci tient celui-là dans sa main, on dira qu'elle est manifeste.


King Kong Théorie, avec sa violence karateka, n'est pas un roman, ni une autobiographie, ni un faux roman faussement autobiographique tel que la mode en accouche vingt par saison, dont le nombril locuteur serait le héros générique. KKT évoque plutôt un récit initiatique, juste une mise aux poings sur les plus rudes images de la vie de Virginie, vierge et putain ayant, dans la gémellité de ces deux états, empiriquement appris, puis théorisé, que la séduction «n'est un sport de haut niveau que dans très peu de cas» . C'est qu'elle parle d'ailleurs : si, selon la formule fameuse de Flora Tristan (non référencée, en annexe, dans une épaisse bibliographie de genre sur les avatars de la domination féminine), la femme est «le prolétaire du prolétaire même», la femme violée, prostituée et littéralement pornographe Virginie Despentes serait alors à son modèle la prolétaire du prolétaire du prolétaire. De cet ailleurs, elle constate ainsi et surtout, avec une autorité particulièrement légitime, que «les filles qui touchent au sexe tarifé [...] doivent être socialement exclues» ; énonce (p. 105) cette évidence : « C'est la lutte des classes» ­ évidence qui situe son discours à mille lieues de celui de toute chochotte de magazine ou d'académies qui parlerait d'en haut ; et, pour filer la métaphore d'un esclavage à peine salarié équivalent véritablement à un sport de combat, assène ceci : «L'équivalent du X, pour les hommes, c'est la boxe. Il faut qu'ils fassent montre d'agressivité et prennent le risque de démolir leur corps pour divertir un peu les riches. Mais les boxeurs, même noirs, sont des hommes. Ils ont droit à cette minuscule marge de mobilité sociale. Pas les femmes...»


C'est une drôle de Despentes, moins en boule qu'en coup de boule, que nous révèle aujourd'hui KKT . On la savait rude et droite dans ses Doc Martins (celles de la route) ou ses «Converses basses rouges» (celles du viol), quand le rock-kepon lui tenait lieu de culture, au sens le plus vaste du terme et le plus pratique du monde ; à sa collection de godasses, elle a ajouté quelques paires de Rangers politiques et d'escarpins sociologiques. Sur les chemins de traverse qu'elle arpente (qu'elle emprunte, plutôt) désormais, son écriture s'est affermie et acérée, qui ne bégaye plus le verlan ni le SMS comme procédé ou comme ersatz. Sans fioritures stylistiques (« J'ai 22 ans, je travaille dans un supermarché»), elle désigne désormais l'ennemi dans un état social où s'épousent harmonieusement Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, et cadre d'entrée carré. Introït : «Depuis quelque temps, en France, on n'arrête plus de se faire engueuler, rapport aux années 70. Et qu'on a fait fausse route, et qu'est-ce qu'on a foutu avec la révolution sexuelle, et qu'on se prend pour des hommes ou quoi [...]. On se fait engueuler parce que les hommes ont peur. [...] C'est tout de même épatant, et pour le moins moderne, un dominant qui vient chialer que le dominé n'y met pas assez du sien ...» Une fois balayés les «nouveaux hommes», il se découvre «salement révélateur», le bilan de «la révolution féministe des 70's» : «On est restées dans le même état d'artisanat. [...] Le collectif est resté un mode masculin.»


Mais les hommes tout court, dans tout ça ? Les hommes, Despentes ne les hait point en soi. Et même pas «les tocards à petite bite du coin qui se sentent obligés de me défier pour montrer à leurs copains comment ils ont osé venir me remettre à ma place», dit la sorcière. Les efforts («Limiter les mouvements, physiquement, préférer les gestes doux. Ralentir la diction. Privilégier ce qui ne fait pas peur. Devenir blonde. Refaire mes dents. Me mettre en couple, avec un homme plus vieux, plus riche, plus connu. Vouloir faire un enfant [...]. Me fondre un peu dans leur décor. [...] Arrêter de boire. [...] Porter du rose et des bracelets brillants.» ), elle les a faits jusqu'à plus soif et perdre haleine, jusqu'à «apprendre à renier [sa] classe sociale». C'était, dit-elle, «un affaiblissement consenti» dont elle semble bien revenue, elle qui pose que, aliénation pour aliénation, pour les hommes et pour les femmes, c'est du pareil au même. A conclure que «le féminisme est une révolution, pas un réaménagement des consignes marketing, pas une vague promotion de la fellation ou de l'échangisme, il n'est pas seulement question d'améliorer les salaires d'appoint», Despentes s'est mise en situation de se faire haïr par les philosophes autant que par les psys, et par les dames patronnesses autant que par les chiennes de garde. Le bonheur, quoi...


(1) Pas dupe, la Despentes ne marche pas dans la petite combine lexicale consistant à instrumentaliser le langage pour promouvoir dans «l'écrivaine» ou «l'auteure» une sous-catégorie écrivante que son genre définirait. L'auteur de «Baise-moi» (1 bis) laisse ça à «la gauche subtile», à l'heure où, «dans la merde judéo-chrétienne, mieux vaut être prise de force que prise pour une chienne».


(1 bis) Contrairement à ce qu'insinue le «Du même auteur», de «KKT», «Baise-moi» ne fut pas d'abord édité par Grasset en 1999, mais constitua, en 1994, le premier titre des éditions Florent-Massot, «petit éditeur» qui déposa son bilan en 1998.

Source : http://www.liberation.fr/culture/livre/208725.FR.php

 

Je n'ai pas encore lu cet ouvrage, mais je compte le faire bientôt, en attendant, j'ai posté cet article de Libé.

Voir aussi les commentaires sur l'échange entre Gisèle Halimi et Virginie Despentes : http://lezzone.over-blog.com/article-3953800-6.html#anchorComment

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Livres
commenter cet article

commentaires