Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 01:05

Libérées, oui mais…


TUNISIE - 27 août 2006 - par SAMY GHORBAL, ENVOYÉ SPÉCIAL

Prises en étau entre une modernité mal digérée et des traditions surannées, les femmes ne se sont toujours pas complètement affranchies.

On l’a assez dit, les Tunisiennes jouissent d’un statut sans équivalent dans le monde arabe. Elles sont aujourd’hui majoritaires sur les bancs des universités. Elles travaillent, conduisent, voyagent, et sont depuis longtemps devenues maîtresses de leur fécondité grâce à la contraception et à l’avortement. Coquettes, vivant à l’occidentale, elles ont parfois des audaces vestimentaires et comportementales qui en surprendraient plus d’un en Europe. Le recours à la chirurgie esthétique (liposuccion, lifting…) s’est banalisé. Et elles dépensent des fortunes pour soigner leur apparence afin de ressembler à ces stars de la pop libanaise, Nancy Ajram, Haïfa Wahbi et autres divas, refaites de A à Z, dont les clips à la limite de l’outrage aux bonnes mœurs passent en boucle sur les chaînes musicales arabes transmises par satellite.
Les Tunisiennes divorcent d’autant plus aisément que « la loi est de leur côté », ce dont se plaignent amèrement les hommes. Quant à l’âge moyen du mariage, il recule d’année en année, et frôle maintenant les 29 ans pour les filles. L’allongement de la durée des études n’est évidemment pas étranger à cette évolution. Mais ce n’est pas la seule explication. Le mariage tardif reste un phénomène davantage subi que voulu. « Un mariage coûte cher, il faut avoir les moyens de le financer, et, surtout, il faut qu’au moins un des deux conjoints - généralement le mari - ait une situation établie, raconte Saloua, Tunisoise de 26 ans, qui termine des études de lettres. Aujourd’hui, tout est plus difficile. Nous vivons dans uns société d’apparence, matérialiste, obsédée par l’argent et les signes de réussite sociale. Il faut posséder une voiture, un appartement. Mais d’un autre côté, on accepte plus difficilement l’idée de vivre sous le même toit que ses parents. »

Les jeunes de la tranche de 18 à 25 ans ressemblent de moins en moins à leurs aînés. Beaucoup de filles et de garçons ont pris une certaine distance par rapport à la religion et aux « règles élémentaires de bienséance en pays arabo-musulman ». Décolletés plongeants, consommation d’alcool, relativisme moral, début de permissivité sexuelle, l’été est la saison de tous les excès… Les autorités multiplient régulièrement les rappels à l’ordre en enjoignant, sous peine de fermeture, aux tenanciers de boîtes de nuit de Tunis et de Hammamet de refuser l’accès de leurs établissements aux mineurs et aux filles trop légèrement vêtues. Peine perdue ! « Ce que les filles ne peuvent plus montrer, elles le suggèrent, et on frise vraiment l’indécence », s’amuse Hela, une habituée de ce genre d’endroit.

Les sorties en discothèque, à cause de leur coût et de la rareté du nombre d’établissements fréquentables, sont un luxe réservé à une infime minorité. Mais, en Tunisie comme ailleurs, c’est la jet-set qui donne le ton… Autre signe - microscopique - de l’apparente libéralisation des mœurs : le port du string. Considéré, il n’y a pas si longtemps, comme l’apanage des femmes occidentales et l’indice de leur « corruption morale », il a aujourd’hui été adopté par les jeunes Tunisiennes. « C’est terriblement à la mode, et ça fait fureur, même dans les villes réputées conservatrices, à Sfax ou à Kairouan, constate Sihem, vendeuse dans une boutique de sous-vêtements non loin du « Centre X », à El-Manar II. Mais ça ne veut absolument rien dire. Il n’y a pas de revendication ou de message derrière. Ce n’est pas parce que vous portez un string que vous êtes plus libérée ou disposée à avoir des relations sexuelles avant le mariage… »

Sonia, 25 ans, décoratrice et mannequin à ses heures, est une « bent Menzah VI » (une fille de Menzah VI, un des quartiers résidentiels cotés de Tunis). Libérée et s’assumant comme telle. Libérée ? « Libre dans ma tête, répond-elle. Et libre dans mes choix. J’ai fait celui de perdre ma virginité à 18 ans, et je ne m’en porte pas plus mal. Je sors avec un étranger, un Français. Je m’habille comme je l’entends. Je suis “sensuelle” sans être vulgaire. Le regard réprobateur de la rue ? À El-Menzah ou en banlieue nord, il n’y a pas de problème, car on est entre personnes du même milieu. Mais je ne vais pas me mettre en tenue de camouflage sous prétexte que j’ai une course à faire en centre-ville ou dans un quartier populaire. Il faut s’assumer. Et les gens ne sont pas idiots. À Kélibia par exemple [une petite ville du cap Bon, très attachée aux traditions], les femmes ne se baignent pas en bikini. Moi si. Quand les gens me voient dans cette tenue, ils froncent les sourcils, mais, au fond d’eux-mêmes, ils savent très bien que je suis une fille de Tunis, et que, pour moi, c’est normal de me baigner en deux-pièces. Cela dit, je n’ai aucun mérite. J’ai reçu de mon père une éducation très libérale. Je n’ai pas eu à me battre ou à me rebeller. »

Si émancipée qu’elle soit, Sonia veille cependant à ne pas franchir certaines limites. Elle ne fumera pas et ne boira pas en présence de son père. Question de respect. Et, comme l’écrasante majorité des Tunisiennes célibataires, elle vit toujours chez ses parents. Même si elles peuvent jouir d’une liberté de mouvement impensable dans beaucoup d’autres pays arabes ou musulmans, les jeunes femmes restent dans le cocon familial jusqu’au mariage. Habiter seule ? Cela ne se fait pas ! « Est-ce un mal ou un bien, s’interroge Senda, une fille des beaux quartiers, aujourd’hui stagiaire dans un cabinet d’avocats ? L’environnement protecteur a aussi des vertus. J’ai été choquée par l’essor de la prostitution occasionnelle aux abords du campus où j’ai fait mon droit. C’était des filles de l’intérieur du pays, montées à Tunis pour les études, livrées à elles-mêmes, qui vivaient seules dans les foyers étudiants. Des filles perdues, au sens propre du terme, aveuglées par l’argent facile. »

Yasmina, la trentaine, célibataire, cadre dans une grosse multinationale, est marocaine et vit à Casablanca. Elle a fait ses études secondaires et supérieures à Tunis, où elle a gardé de fortes attaches et où elle revient en vacances. « Entre les Marocains et les Tunisiens, il n’y a pas photo, dit-elle en riant. Mes compatriotes sont beaucoup plus machos ! Les femmes tunisiennes sont bien plus respectées et bien plus libres, même si les rapports humains sont sans doute plus hypocrites en Tunisie. Mais il y a une chose que les sociétés des deux pays ont en commun, c’est leur difficulté à accepter l’idée qu’une femme puisse vouloir vivre seule par choix. On passe pour des martiennes, et à la longue c’est pesant. »

Près de cinquante ans après la promulgation du Code du statut personnel, le décalage entre des attitudes et des comportements résolument modernistes et des pratiques reflétant une vision très traditionnelle du rôle et de la place de la femme est toujours aussi grand. La législation tunisienne, globalement égalitariste et à bien des égards exemplaire, abonde cependant en bizarreries et anachronismes qui témoignent de cette troublante ambivalence. Ainsi les couples n’ont-ils pas le droit de partager une chambre dans un hôtel s’ils ne sont pas mariés. Et ils s’exposent aux pires désagréments s’ils sont surpris en train de batifoler à la sauvette en voiture ou dans une forêt - ce qui est le lot commun des couples illégitimes. Le concubinage reste officiellement interdit.

« Les droits - juridiques, politiques, économiques, sociaux - accordés aux femmes [ont été] tracés par les hommes et dans la mesure où les femmes acceptent de refouler leur identité individuelle et sexuelle, écrit Iqbal el-Gharbi, professeur de psychologie et des sciences de l’éducation à l’université de la Zitouna de Tunis. En contrepartie, les femmes sont obligées de prouver qu’elles sont loyales et vertueuses. » Dès lors, comment s’étonner que même si elles transgressent de plus en plus volontiers « l’interdit », les Tunisiennes continuent à porter un regard puritain sur l’activité sexuelle ? D’après différentes enquêtes compilées par les services de psychiatrie de l’hôpital Razi, il ressort que plus de 85 % des femmes continuent à affirmer que la virginité est « une règle sociale à sauvegarder ». Le mythe de la pureté virginale, tapi dans les recoins de l’inconscient communautaire, rôde toujours, mais personne n’est dupe. « Sans exagérer, on peut dire que la reconstitution des hymens constitue l’activité principale des gynécologues », assène le professeur Saïda Douki, chef de service de psychiatrie à Tunis.

Les résultats de la dernière étude Papfam (Projet pan-arabe pour la santé de la famille) coordonnée par la Ligue arabe et qui a porté sur un échantillon de 6 000 personnes font apparaître que 6 Tunisiennes sur 10 peuvent être qualifiées de « traditionnelles ». Les préjugés ont la vie dure. 62 % des interrogées estiment qu’une femme seule est « inférieure » à une femme mariée. Et elles sont encore 62 % à considérer qu’une femme qui n’a pas de garçons est « inférieure » à celle qui a apporté un fils à son mari. Autre enseignement de l’étude : seules 4,4 % des femmes envisagent de porter plainte et de demander le divorce en cas de violences conjugales. Cela ne signifie évidemment pas que les femmes tunisiennes sont battues et heureuses de l’être, mais cela en dit long sur l’état des mentalités. Enfin, toujours selon cette enquête, il apparaît que 70 % des mariages sont « arrangés » par les familles (ce qui, là encore, ne signifie pas « forcés »).

Cette étrange schizophrénie culturelle, qui n’a rien de très original dans le monde arabo-maghrébin, est accentuée par un phénomène récent - il remonte à la toute fin des années 1990 - mais massif : la résurgence du voile. Symbole par excellence de la domination masculine, il avait pratiquement disparu. La nouveauté, c’est que ce voile, qui se veut islamique, mais qui est surtout réactionnel, résulte le plus souvent d’un choix volontaire des femmes elles-mêmes. Les explications s’additionnent et se superposent. Il y a, d’abord, une indiscutable part de « retour du refoulé », de retour à une mythique authenticité arabo-islamique de la Tunisie gommée par la politique bourguibienne d’inspiration laïque et moderniste. L’influence des chaînes télévisées du Golfe, qui ont supplanté toutes les autres dans les foyers, n’est pas étrangère à cette « orientalisation » de la Tunisie. Le contexte international post-11-Septembre (guerres d’Afghanistan et d’Irak, seconde Intifada puis massacres en Palestine, guerre du Liban) constitue une explication complémentaire.

Mais, fondamentalement, le port du voile et la piété ostentatoire qui va avec s’interprètent en premier lieu comme une tentative de « bricolage identitaire ». Comme une réponse improvisée à un processus d’acculturation enclenché par une modernisation sociale accélérée, et à une angoisse provoquée par la dissolution des valeurs et des repères traditionnels mis à mal, notamment, par l’émancipation de la femme !

Ce retour du voile s’observe dans les cités populaires comme dans les quartiers chic. Les Tunisiens et plus encore les Tunisiennes ne cessent de s’interroger sur sa signification et ses implications. S’agit-il d’une crise passagère ou du point de départ d’une dangereuse régression ? Ici, les avis divergent. Sonia, qui n’a que faire des grandes idées, ne veut pas se laisser impressionner : « Les femmes sont libres. Si elles veulent se voiler, c’est leur problème ! Moi, tant que la loi sera de mon côté, je me sentirai protégée. » Elle risque un parallèle… osé : « Le voile, c’est comme le string, il est à la mode maintenant ! Les Tunisiennes sont si conformistes ! Et puis beaucoup de filles qui n’ont pas été des saintes dans leur jeunesse vont le mettre pour jouer aux vertueuses et trouver un mari… »

Plus réservée, la psychiatre Saïda Douki estime, elle, que le chemin qui mènera les Tunisiennes à une liberté assumée est encore long. « Les femmes de mon pays ne se sont pas battues pour leur liberté. Ce sont les hommes, Tahar Haddad, Bourguiba, Ben Ali, qui la leur ont octroyée. Mais le Code du statut personnel est devenu aujourd’hui une composante fondamentale de notre identité et n’est plus combattu par aucune faction. Il a aboli la polygamie et, ce faisant, a permis l’émergence du couple. Et ça, ça change tout ! Le couple démocratise les rapports entre les sexes, implique l’égalité et la réciprocité. C’est un puissant élément de modernisation sociale. En 1993, le législateur a parachevé son œuvre en introduisant la notion de coresponsabilité parentale sur les enfants et en faisant perdre ses derniers privilèges juridiques au père. À terme, je veux croire que cela fera la différence et rendra impossible tout retour en arrière. »



Source : http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp?art_cle=LIN27086libresiamiu0

Partager cet article

Repost 0

commentaires