Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 01:10

Dorra Bouzid : Première journaliste tunisienne


TUNISIE - 27 août 2006



Béchir Ben Yahmed avait créé le 23 mai 1955 dans le numéro 5 de l’hebdomadaire L’Action (futur Afrique Action puis Jeune Afrique) une rubrique, « Leila vous parle », rédigée par lui et ses collaborateurs. M’ayant rencontrée à Paris, étudiante en pharmacie, militante nationaliste, féministe et journaliste en herbe dans La Voix de l’étudiant, BBY avait reconnu en moi, parmi les deux ou trois étudiantes tunisiennes à l’étranger, celle qui allait donner sa concrétisation féminine à cette deuxième « Leila ». Il me demanda alors de prendre la relève à partir de Paris, toujours sous le pseudonyme de « Leila ».
J’acceptai avec fougue, malgré les risques, grands à une époque où les femmes étaient brimées et occultées par les Tunisiens autant que « les Arabes » l’étaient par les colons, et commençai dès le numéro 8, le 13 juin 1955, avec ce titre provoquant : « Appel pour le droit à l’émancipation ».

C’est ainsi que, tout en terminant mes études de pharmacie, un an avant l’indépendance et le code du statut personnel, seule fille de l’équipe du journal, je me lançai passionnément et bénévolement dans la bataille médiatique féministe. De Paris, je bombardais la rédaction de billets incendiaires où je tirais à bout portant contre tout ce qui était rétrograde et aliénait ma liberté et celle de mes sœurs opprimées.

Combien de fois n’ai-je pas entendu tonner les injures et les menaces contre cette maudite « Leila » qui osait réclamer des choses subversives insupportables et à qui, si on la tenait, « on ferait un sort ». Mon courrier - le plus abondant du journal - oscillait entre la haine hargneuse et la solidarité admirative. « Leila vous parle » devint très vite une page féministe professionnelle, la première de l’histoire de la Tunisie et du monde arabo-africain, « L’action féminine ».

J’y réclamais l’émancipation, la monogamie, le droit de disposer de son corps, le droit au travail, à l’instruction… Bref, l’égalité totale. J’y saluais la première élection de femmes au Néo-Destour, l’abolition du voile dans les écoles et, enfin, le révolutionnaire code du statut personnel, du 13 août 1956, « offert à nous, écrivais-je dans une double page spéciale, et qu’il fallait mériter, imposer et appuyer » (n° 65, 3 septembre 1956).

J’ai eu l’immense joie de vivre ce fabuleux « 13 août » non seulement comme une jeune fille libérée brusquement des atroces jougs ancestraux, mais aussi comme journaliste. Folle de joie comme toutes mes sœurs de tous âges, je suis descendue avec elles dans la rue pour acclamer et appuyer cette promulgation - scandaleuse pour les âmes bornées. Et pour témoigner, dans une double page spéciale demeurée célèbre, sous le titre général : « Les femmes tunisiennes sont majeures ». Tout d’abord, un éditorial soulignait la collaboration à l’élaboration du CSP de… deux cheikhs, Abdelaziz Djaït et le recteur de la Zitouna, Tahar Ben Achour : « Le code est-il incompatible avec la religion ? » Sous leur photo, les deux cheiks déclaraient : « Nous sommes dans une période qui doit montrer que la religion peut s’adapter : l’essentiel est l’évolution. Et respecter l’esprit de l’islam. » Une mémorable polémique devait suivre !

Un grand reportage rapportait les réactions des filles et des garçons qui sillonnaient la ville en chantant. Il y avait aussi ceux qui étaient interloqués, inquiets. Celles qui étaient, hélas, « indifférentes », ou seulement « bien contentes… ». Et celles qui auraient « préféré que “Si Lahbib” donne du travail à leur mari ».

Quant à nous, les nouvelles libérées, nous vivions ce moment comme une révolution. En ce 13 août fabuleux, quelque cinq mois seulement après la première libération, celle de l’Indépendance, nous abordions avec ivresse cette seconde délivrance : fini la tutelle masculine, l’horrible épée de Damoclès de la répudiation et de la polygamie, le cauchemar des mariages imposés, etc.

Avec ce nouveau code révolutionnaire, mes vœux les plus chers étaient comblés. Le combat devait se déplacer, répétais-je, vers un féminisme constructif : « On nous a offert la liberté sur un plateau, écrivais-je. Maintenant, il faut la mériter, l’imposer et l’appliquer. Tout est à faire. » La Tunisie est toujours le seul pays arabe qui reconnaît l’égalité des sexes. Mais la vigilance doit rester. Les retours en arrière sont toujours possibles. Les mentalités rétrogrades ne sont jamais totalement éradiquées. Et dans notre CSP, il y a des lacunes. Encore des droits à établir…



Source : http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp?art_cle=LIN27086dorradizuob0

Partager cet article

Repost 0

commentaires