Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

4 juillet 2006 2 04 /07 /juillet /2006 13:30







Toutes ces femmes qui luttent pour une égalité réelle entre les sexes, qui sont ouvertes au monde sans renier le meilleur de leurs traditions, vivent un tournant dans leur culture et leur vie sociale.
Photo AFP


Les nouvelles Vietnamiennes

Véronique Couzinou

La Presse

Collaboration spéciale



Gracieuses sur leur moto, le rouge aux lèvres, les sandales à talon aux pieds, en pantalon de soie ou en jean et t-shirt moulant: les Vietnamiennes de Hanoi ou Hô Chi Minh-Ville ont l'air de jeunes femmes modernes, dans un pays où l'économie se libéralise à vitesse grand V. Mais le prix du féminisme est encore élevé dans une société toujours très machiste, surtout loin des villes.

La République socialiste du Vietnam est un pays de contrastes, entre tradition et modernité, comme bien des pays en voie de développement. Il faut dire qu'ici, la moitié de la population a moins de 20 ans! Le «Pays du dragon» a par ailleurs un taux de croissance économique fulgurant depuis les années 90. Autant dire que la révolution est en marche. Pas celle du communisme, non, mais plutôt du... capitalisme! Les Vietnamiens eux-mêmes le disent: ils vivent dans un pays «communiste libéral». La loi du marché devient aussi importante que les enseignements de Confucius. Les jeunes ont l'avenir devant eux, et il pourrait bien se traduire en un mot: émancipation.

«Les conflits de générations commencent», note Luce Cloutier, chargée à Hanoi du programme de lutte contre la traite des humains pour Oxfam Québec. «Les jeunes Vietnamiens, filles comme garçons, ont envie de vivre autre chose, de voyager, d'avoir une vie différente qui ne soit pas dirigée par la famille et soumise au poids de la tradition.» Ce n'est pas une mince affaire dans une culture où les relations sont toujours très cloisonnées. «Soyons honnêtes: les hommes sont encore très machos et les femmes soumises. Et il est courant pour les Vietnamiens d'avoir une maîtresse.» Dans les bars karaoké à la devanture fumée, les hommes ne font pas que pousser la chansonnette et les attentions des serveuses ne se traduisent pas seulement par de la courtoisie verbale... Mais la prostitution est interdite au Vietnam, bien sûr!


Si la société change peu à peu, du fait de sa jeunesse, les femmes pourront-elles prendre une place plus importante? «Actuellement, elles font énormément de choses: elles travaillent, elles s'occupent de la famille au sens large, c'est à dire des enfants mais aussi des parents et beaux-parents, et pourtant leur rôle dans la société est encore secondaire. Une chose est sûre, elles sont épuisées!» poursuit Luce Cloutier.

Et qu'arrive-t-il aux jeunes filles «recrutées» dans leur village pour aller travailler en Chine ou au Cambodge, avec la promesse d'un avenir meilleur? Sans forcément tomber dans la prostitution, elles deviennent au mieux des esclaves modernes, sans droits ni salaire décent, sans papiers, dans un pays qui n'est pas le leur; si elles arrivent à s'échapper pour rentrer chez elles, démunies, elles seront probablement rejetées par leur famille rongée par la honte.



Le prix de la liberté



Il est plus facile pour une citadine de s'en sortir. Dans les villes, il n'est plus si rare de voir des jeunes femmes parler des relations hommes/femmes sans tabou. Il suffit d'écouter Pham Kieu Phuc, une jeune entrepreneure de 36 ans qui a créé sa société d'exportation de produits artisanaux et de stylisme (www.dongphuonghouse.com). Son parcours ressemble à bien des égards à celui d'une Occidentale, mais elle vit au Vietnam, ce qui change beaucoup de choses: «Je suis styliste par passion. Je crée des vêtements inspirés par les minorités ethniques du Vietnam. Les femmes des montagnes font des broderies merveilleuses, et d'ailleurs, j'ai créé un atelier avec les femmes de Sapa, dans le nord du pays. Je fais aussi du design de meubles», raconte Phuc, qui s'exprime dans un français presque parfait, appris pendant cinq ans à l'université d'Hanoi.

Et sa vie affective, à quoi ressemble-t-elle? «Dans mon milieu, je suis un peu marginale parce que j'ai une petite fille de 6 ans que j'ai eu avec un homme de 32 ans mon aîné, sans être mariée». Son conjoint l'a quittée lorsqu'elle était enceinte. Depuis, pas d'homme dans sa vie et elle ne semble pas s'en plaindre car, dit-elle, cela lui confère une plus grande liberté de faire ce qui lui tient à coeur. Cette simple vision des choses est tout un défi dans un pays comme le Vietnam!

«Je crois que je suis trop Occidentale pour les Vietnamiens et trop Vietnamienne pour les Occidentaux!» lance Phuc avec humour. «J'ai plus de liberté mais plus de difficultés aussi. Il faudrait que je cache le fait que j'ai une fille si je voulais avoir une relation avec un homme. Et ça, je ne le veux pas. De toute façon, tout est plus compliqué pour la femme, ici. Neuf fois sur 10, tu tombes sur un homme trop autoritaire qui t'empêche d'être autonome.» À moins de rencontrer un Occidental qui acceptera facilement la situation. C'est souvent ce qui redonne le goût d'une relation aux mères célibataires, ou à celles qui ont mis de côté leur vie de femme pour s'occuper de leur famille.



Pas de bisous en public



Gilles Boutin, un autre Québécois travaillant pour Oxfam, en sait quelque chose: installé à Hanoi depuis de nombreuses années, il a épousé une Vietnamienne. Elle travaille à l'ambassade du Canada et lui a simplifié bien des démarches administratives - toujours compliquées au Vietnam - lorsqu'il est arrivé. Elle était alors dans la quarantaine et ne s'était jamais mariée. Sa famille a mis du temps à accepter son mari «blanc». «C'est aujourd'hui plutôt bien vu de se marier avec un Occidental mais il y a quelques années encore, c'était tout un défi pour une femme vis à vis de sa famille!», explique Gilles Boutin. Pas question d'avoir des gestes tendres ou de s'embrasser en public, par exemple.

Nguyen Hoai Thu, 43 ans, a elle aussi choisi un «Blanc». Agente de voyages, elle a épousé le Canadien Wayne Sjöthun, originaire de Vancouver et qui possède le Cafe Thyme, dans le coeur du vieux Hanoi. «Je n'étais pas heureuse avec les hommes vietnamiens», dit-elle. «J'ai été mariée à un médecin qui me voulait soumise. Moi, je voulais aller à l'université, apprendre le français, voir la vie! Lui voulait que je travaille dur, que je reste à la maison et que je sois là quand il rentrait.» Elle est restée mariée huit ans. «C'était très difficile de décider de partir, par rapport à ma famille et à la sienne», reconnaît-elle. Son ex-mari a retrouvé une femme, tandis que Thu a aujourd'hui deux petites jumelles avec son époux canadien. «Les Vietnamiens veulent de grandes familles vivant dans de grandes maisons, moi je veux découvrir des choses, aller à l'opéra ou au cinéma quand je veux, voir mes amies», dit-elle.



«Aux femmes de changer ça»



Luce Cloutier croit à la détermination des Vietnamiennes pour acquérir un statut plus égalitaire. «Il n'y a qu'elles qui pourront changer ça, en discutant entre elles, en imposant peu à peu leur point de vue face aux hommes», songe-t-elle. Mme Tran, 46 ans, fiscaliste au gouvernement, a connu son mari à l'université et coule avec lui des jours heureux, sans vagues, dit-elle. Sans doute est-ce parce qu'il n'a pas voulu la confiner à la maison. Avec fierté, elle raconte que leur fils de 19 ans est parti étudier aux États-Unis. Elle a économisé pour cela et ne nie pas le fait que bien souvent, les mères poussent davantage les garçons pour qu'ils fassent de longues études, idéalement en Occident. Mme Tran est pourtant une exception en la matière. Elle a pu apprendre le français à l'Alliance française d'Hanoi et à la maison, car son père avait vécu en France. Lorsqu'elle a reçu une bourse pour aller étudier à Paris plus d'un an, elle n'a pas hésité à laisser son fils en bas âge pour saisir cette chance; elle le lui rend aujourd'hui en lui permettant d'étudier en Amérique.

Treize mois de séparation, c'est énorme... mais imaginez presque 18 ans! C'est ce qu'ont vécu les parents de Mme Tran, une situation impossible à concevoir aujourd'hui. «En 1939, mon père est parti travailler en France. Il y est resté jusqu'en 1956. Ma mère n'a pas eu de nouvelles pendant tout ce temps mais elle est restée fidèle à son mari. Quand mon père est revenu, c'était comme s'il était parti la veille.»

Les temps changent, bien sûr, et toutes ces femmes qui luttent pour une égalité réelle entre les sexes, qui sont ouvertes au monde sans renier le meilleur de leurs traditions, vivent un tournant dans leur culture et leur vie sociale. Les femmes des campagnes vietnamiennes n'en sont pas encore là, elles. Pas plus que celles qui ont arrêté l'école tôt, dans les villages comme dans les villes. Vaillantes ouvrières (elles travaillent de 12 à 14 heures par jour), ce sont elles que l'on voit draguer de lourdes charges de sable dans les rivières, s'occuper des travaux publics dans les rues ou repiquer le riz le dos courbé à longueur de journée. Et pendant la guerre du Vietnam, ce sont des femmes que l'armée avait enrôlées, au péril de leur vie, pour reconstruire au fil des bombardements la piste Hô Chi Minh qui traverse le pays sur 2000 km de long. Frêles mais fortes, les Vietnamiennes. À tout point de vue.


Source : http://www.cyberpresse.ca/article/20060703/CPACTUEL/607030632/1015/CPACTUEL

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires