Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 08:51

SURRÉALISME ET SEXUALITÉ

de XAVIÈRE GAUTHIER

© Édition Gallimard 1971

§ HOMOSEXUALITÉ FÉMININE

"L'homosexualité féminine est ressentie très différemment et ne provoque pas les mêmes réactions que l'homosexualité masculine. Nous avons des tableaux de Picasso, de Masson, où deux femmes font l'amour. Dans Palaestra de Tanning, des petites filles, aux joues rouges et brûlantes de désir, aux vêtements en désordre, déchirés, chemise déboutonnée jusqu'au nombril, s'enlacent, se chevauchent, s'envolent, grimpent les unes sur les autres. Leurs corps sont pris dans un violent tourbillon et leurs cheveux s'érectent parfois jusqu'au plafond. L'une d'elle à cheval sur toutes les autres, complètement nue, fait sa prière.


De l'univers pictural de Fini, le mâle est le plus souvent absent et les femmes sont seules, " entre elles " dans une atmosphère teintée d'homosexualité. D'un jour à l'autre (1939, Léonor Fini) représente un très grand nombre de femmes qui se baignent dans une sorte de piscine. Un vent de folie semble passer sur les visages, tordre les cheveux et les corps. Dans Le radeau (1940, Léonor Fini), ce sont deux femmes seules dans l'eau. Leurs seins sont nus. La plus jeune pose sa main sur la cuisse de l'autre ; ses cheveux sont mouillés et pendent lamentablement. La plus âgée, plus digne, plus " reine ", à la robe majestueuse et à l'abondante chevelure ondulée, n'a pas été atteinte par l'eau, par la sexualité

.
Un peu partout dans les dessins de Bellmer, sur un chapeau, dans la tête d'un homme, des couples de fillettes dénudées, l'une agenouillée devant l'autre, se caressent ou pratiquent la fellation. Aragon, dans Le libertinage, fait voir " la petite fille du voisin qui entre pour une bonne raison. Les sœurs l'ont assise entre elles, l'ont caressée. " Les peintures de Svanberg, où l'homme n'apparaît presque jamais, se chargent parfois de corps de femmes qui se mêlent et s'enlacent et dont les longs bras caressent les visages ou les seins fleuris. Le baiser est celui de deux femmes, bouches accolées. Le sein de l'une, au mamelon pointu cille le bec acéré d'un oiseau, pénètre le sein de l'autre, dont le mamelon s'ouvre en forme de bouche. Ces femmes sont si semblables qu'on pourrait croire qu'il y en a une seule, dont le visage se reflète dans un miroir. Plutôt que l'amour lesbien, c'est la duplication de la femme aimée qu'évoque l'œuvre de Svanberg.


De toute façon, les manifestations érotiques entre femmes ne choquent pas autant que la pédérastie. De tout temps, les peintres ont représenté des femmes nues sur un lit, enlacées, sans trop provoquer de scandale. Les hommes trouvent le spectacle charmant, délicieux, attendrissant. C'est que l'excitation manuelle ou linguale n'est pas véritablement considéré comme un acte sexuel : ce n'est qu'un préliminaire au coït. Si celui-ci n'est pas pratiqué, il n'y a qu'une innocente distraction qui montre bien la douceur, la grâce de ces petits êtres " instinctifs " que sont les femmes. Deux objets de désir qui se désirent entre eux, c'est amusant, voire troublant un peu, ce n'est pas sérieux.
Une autre façon de considérer la lesbienne, puisqu'elle se permet de désirer, de choisir, de conquérir, c'est de penser qu'elle essaie de jouer le rôle du mâle. Cette attitude provoque chez Aragon une sorte de sifflement admiratif. " Cette particularité n'a pas été sans contribuer au succès de Victoire. Elle s'est attaché un peuple de filles, qui n'ont d'autre désir que la grandeur de sa maison. On a un certain respect dans la région pour cette singularité qui ne se cache guère et qui semble être une vertu. Elle a fait pas mal pour le prestige de Victoire, que les hommes ont considérée comme une égale et une égale redoutable. " (Le Con d'Irène) Mais l'intérêt de cette " particularité " n'est pas intrinsèque : ce n'est qu'un moyen pour obtenir les hommes.

Chez Joyce Mansour (1928-1986), il semble que les fantasmes homosexuels apparaissent lorsqu'elle est fatiguée, lasse de l'homme à " l'abdomen velu ". De plus, dit-elle,


" …. Ceci me venge enfin
Des hommes qui n'ont pas voulu de moi. " (Cris in Rapaces)



La femme aimée est souvent vieille et usée :
" J'aime tes bas qui raffermissent tes jambes
J'aime ton corset qui soutient ton corps tremblant
Tes rides tes seins ballants ton air affamé
Ta vieillesse contre mon corps tendu, " (Cris in Rapaces)



Mais aussi, terrible et puissante femme-vampire dans le sordide qui l'entoure :


" Je t'ai vue égorger le coq
Je t'ai vue laver tes cheveux dans l'eau souillée des égouts
Je t'ai vue saoule de la riche odeur des abattoirs,
parfois, innocente enfant, à entraîner et pervertir :
" J'attire les jeunes filles
Au plus fort de mon virage (…)
Là où elles ne peuvent respirer sans haleter et se perdre
(…)
Et s'affairer dans mes génitoires entre les quais déserts et les soleils de banlieue, "
(L'étranglement d'une vallée in Carré blanc)



Enfin, dans sa splendeur scandaleuse :


" Femme damnée aux pieds de jade. " (Déchirures in Rapaces)



L'amour avec la femme est une victoire enivrante, victoire qui balaie tout sur son passage :


" Dans le velours rouge de ton ventre
Dans le noir de tes cris secrets
J'ai pénétré (…)
Et la terre se balance en tournant en chantant
Et ma tête se dévisse de joie, " (Cris in Rapaces)



" Je suis le tourbillon de Gomorrhe. " (Le désir du désir sans fin in Damnation)

Pierre Molinier a compris l'homosexualité féminine comme une véritable sexualité. Ses femmes ne sont pas des petites filles qui s'attouchent timidement et se procurent quelques sensations, en attendant la véritable satisfaction complète que seul le mâle peut leur donner. Lorsqu'elles font l'amour, ce n'est pas un divertissement, une diversion, un succédané du coït hétérosexuel. L'homme, en voyant les tableaux de Molinier ne peut plus se rassurer en s'attendrissant sur la candeur et l'innocence des caresses féminines : sans lui quelque chose se passe, sans lui le désir existe, sans lui l'amour se fait. Ni amollies, ni " efféminées ", les femmes de Molinier se cherchent, s'étreignent violemment, se mordent, se happent, se déchirent, se font jouir et souffrir ; souffrir de leur trop grande jouissance, jouir de leur souffrance même. Pire (ou mieux), toutes femelles qu'elles soient, elles se pénètrent avec leurs mains, avec leurs seins, avec leurs langues. Et ce n'est pas seulement leur sexe qui s'ouvre et se déchire, ce sont leurs fesses, leurs hanches, leurs cuisses, leurs bouches. Chaque partie de leur corps peut se faire à son tour vagin ou pénis, plaie ou poignard. Les titres de ses tableaux sont déjà très significatifs : L'angoisse révoltée, Holocauste oui, holocauste non, Le temps des assassins, Le temps de la mort. Nous entrons dans le domaine de la violence, du sadisme et du masochisme. "

Xavière Gauthier (§ Homosexualité féminine in Surréalisme et sexualité, 1971, Gallimard)

Source : http://perso.orange.fr/saphisme/s20/surrealisme.html#ancre100

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Lesbianisme
commenter cet article

commentaires