Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 21:23

Une campagne peut en cacher une autre


L'Allemagne attend quelque 30 millions de visiteurs pour la Coupe du Monde de football qui débutera en juin 2006. Une manne pour les proxénètes d'Europe et d'Afrique, qui se disputent le terrain. « Carton rouge à la prostitution forcée ! » clame une campagne lancée dans le pays en février. Nous voilà rassuré-es : il n'est pas question de priver sportifs et supporters de chair fraîche. Juste de trier le bon grain de l'ivraie. D'un côté, les pauvres étrangères introduites en fraude par les méchants mafieux ; de l'autre, les bienheureuses « travailleuses » des gentils entrepreneurs allemands promoteurs de bordels géants. Et tout ira pour le mieux au paradis de l'industrie du sexe légalisée.



Sans doute doit-on à la lutte menée par des féministes à l'occasion des J.O. d'Athènes que la question de la prostitution lors des manifestations sportives d'envergure ne soit pas cette fois passée complètement sous silence. Le président de la Fédération allemande de football, celui du Syndicat des policiers, et jusqu'à l'Union européenne, s'en sont émus. Une campagne a été lancée en Allemagne en février, à grand renfort d'affiches « choc ». Mais le slogan en annonce clairement les limites : « Carton rouge à la prostitution forcée ! ».


Les organisateurs de la Campagne fustigent un « esclavage moderne », mais ils le circonscrivent au seul « trafic d'êtres humains », qu'ils limitent à la seule importation illégale de marchandise étrangère. Le proxénétisme organisé tel qu'il se pratique en Allemagne, qui a légalisé l'industrie du sexe en 2002, ne serait donc pas de l'esclavage.


Une autre campagne, dont le titre pourrait se traduire par « Des Popaul responsables », se pique de conscientiser les clients. Slogan : « La responsabilité ne se mesure pas en centimètres. » Mais encore ? « Peu importe la longueur de votre pénis, vous seul pouvez repérer si une femme a été contrainte à la prostitution. » Passons sur la stupidité du slogan, l'hypocrisie consistant à faire semblant de croire que les clients s'intéressent à cet aspect de la question, et la difficulté de mise en œuvre de la recommandation. Le principe de base reste ici aussi qu'il existerait une prostitution volontaire, parfaitement légitime.


Les proxénètes s'organisent


Cette prostitution supposée volontaire, nulle déclaration officielle ne la remet en cause. « La demande en matière de prostitution va augmenter à l'occasion de cet événement », annonce tranquillement le président du Syndicat allemand des policiers. « Le football et le sexe vont de pair « , déclare l'avocat des promoteurs du bordel géant actuellement en construction près du Stade de la Coupe du monde à Berlin. L'Allemagne attend quelque 36 millions de visiteurs pour l'événement sportif de l'été ; et dans ce pays où la légalisation de l'industrie du sexe transforme les proxénètes en d'honorables entrepreneurs, l'édification de cabanes dans des espaces clôturés pouvant accueillir 650 clients, est juste une formidable idée pour se remplir les poches. Dans les autres villes allemandes où auront lieu des matchs, on s'organise pareillement pour assurer les bien-être des sportifs actifs ou passifs surchauffés. Comme on s'approvisionne en bière, on s'approvisionne en femmes.



Y'a bon les Africaines !


La mobilisation des pouvoirs publics porte exclusivement sur l'éviction des étrangères. Selon les estimations, elles pourraient être 40.000 à franchir (ou tenter de) les frontières allemandes. Sur quoi se base-t-on pour établir des prévisions ? On sait que le milieu s'agite, notamment au Brésil et dans de nombreux pays d'Afrique, où l'on promet aux femmes non seulement une mine d'or mais encore la possibilité de s'établir en Allemagne à la faveur de la légalisation. La Camerounaise Amély-James Koh Bela, présidente de l'association Africa Prostitution à Paris, rapporte qu'on recrute dans les rues de nombreuses villes africaines, et que des femmes sont déjà parties s'installer sur place, prévoyant que les contrôles iraient en s'intensifiant au fur et à mesure qu'approcherait le lancement de la Coupe [1]. A raison , puisque le commissaire à la Justice de l'U.E. a suggéré de durcir durant la durée des rencontres les conditions d'obtention d'un visa pour les ressortissant-es de pays non-membres, en particulier « les pays tiers où, selon les statistiques, les femmes sont exploitées sexuellement. » (Sur ce critère, on pourrait fermer les frontières aux ressortissant-es de tous les pays du monde !)
Si des informations sur la mobilisation des réseaux de proxénétisme parviennent jusqu'en Europe, comment se fait-il qu'on ne s'attaque pas aux dits réseaux ? Au lieu de laisser venir aux frontières des femmes déjà embrigadées auxquelles on n'offrira vraisemblablement aucune autre solution de rechange qu'une réexpédition dans leur pays. L'opportunité d'organiser une riposte internationale au trafic ne sera- semble-t-il, pas saisie.



La paix soit avec les clients


Boucler ses frontières, voilà qui, de la part d'un pays ayant légalisé le proxénétisme, et perçoit donc des impôts des « travailleur-es » du secteur, ressemble fort à du protectionnisme. Un Etat loyal se doit de réserver les profits d'une manifestation aussi lucrative que la Coupe du Monde de foot en priorité à ses citoyens. Il faut donc garder aux bordels officiels le monopole de la prostitution.


Ça n'est évidemment pas de cette façon qu'on nous le présente. Il s'agirait de se dresser en justiciers, en défenseurs de ces pauvres femmes opprimées et de la dignité humaine. Car les étrangères, contrairement aux personnes prostituées établies en Allemagne, sont désignées comme indubitablement exploitées. Ces campagnes sélectives nous demandent d'assimiler d'un côté étrangères en situation irrégulière et prostitution forcée, et de l'autre, femmes en situation régulière et prostitution volontaire. D'admettre donc la légalisation comme le garant d'une liberté supposée des femmes à se prostituer ou non. Ce ne sont pas des campagnes contre l'exploitation sexuelle des êtres humains, mais pour la légalisation du commerce du sexe. Habilement menées, car sous couvert de protection des victimes.


Les traitements odieux infligés aux victimes du trafic, et en particulier aux femmes d'Europe de l'Est, sont à présent bien connus du public via reportages et fictions. Tout le monde s'accorde à les condamner – comment pourrait-il en être autrement ? On ne fâchera personne en incitant les sportifs et les spectateurs à ne pas user des prostituées clandestines. Mieux : on soulage leur conscience, on les valorise en leur faisant croire qu'ils vont participer à la lutte contre le trafic. Un fois sur le terrain, ils pourront toujours prétendre qu'ils ne savaient pas. A moins que l'Etat fédéral n'envisage de faire porter aux « officielles » uniforme et macaron ?
Pas la moindre remise en cause du système prostitutionnel en tant que tel, de la marchandisation du corps des femmes, du droit des hommes à en disposer à leur guise. Dans un climat de glorification des notions de courage, de loyauté, de fraternité internationale, classique du battage médiatique autour des grosses manifestations sportives, le respect de la dignité humaine s'arrête là où commencent les profits.



Dominique Foufelle - mars 2006

 
  [1] voir article sur www.seneweb.com/news/article/1430.php.

 

Source : http://www.penelopes.org/xarticle.php3?id_article=6446

Si ce trafic humain vous révolte, signez et faites circuler la pétition « Acheter du sexe n'est pas un sport », qui émane de la Coalition Internationale Contre la Traite des Femmes (CATW - Coalition Against Trafficking in Women). La Marche Mondiale des Femmes s'associe à cette campagne.


Pour lire le texte de la Pétition et signer en ligne :
http://catwepetition.ouvaton.org.

Plus d'info sur le site du Lobby Européen des femmes, ou en tapant les mots-clef "fifa et prostitution" sur un moteur de recherche.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires