Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 07:20

L’homophobie au quotidien

 
Simon (*) s’est révélé gay il y a quinze ans. Il a désormais acquis le recul nécessaire sur sa préférence sexuelle. A ses yeux, même si la société se veut plus tolérante qu’avant, l’homophobie rampante ne diminue pas significativement. Elle pèse encore parfois lourd sur l’existence. Rencontre.

“Un jour, j’ai embrassé mon copain sur le quai de la gare. Après il est monté dans le train. Et moi je suis resté sur le quai...” La suite, banale, des regards plus qu’insistants. De la pure homophobie, même si elle ne saute pas aux yeux. Simon, assistant social, ne se fait pas lyncher, cracher dessus à longueur de temps, certes. Oui, des histoires glauques sur les lieux de drague réunionnais, il en connaît, qui finissent plus ou moins mal. Mais l’homophobie ne s’arrête pas au “cassage de PD”.

Discrimination imposante au boulot

“Simon, je n’aime pas trop que tu sois derrière moi !”, “Ah bé ça, c’est pas une choucroute de PD !”, “Alors toujours pas marié, il y a pourtant de jolies filles par chez toi ?” : un panel des interventions de trop, pesantes à force, et qu’il exècre, malgré leur ton rigolard. Ce jeune homme de 33 ans, boule à zéro et installé à la Réunion depuis cinq ans, préfère qu’on le “traîte de salé PD” plutôt qu’on ne le salue pas le matin. “Un regard est plus violent qu’un acte physique”, confie t-il, le ton assuré. Forcément, les hétéros ne peuvent pas mesurer l’ampleur de l’homophobie. Et pourtant, elle se manifeste régulièrement. Combien de fois entend-on “Il faut que je te présente François, mon copain homo” ? Et voilà, la personne en question est identifiée sur sa préférence sexuelle. Au boulot, “non seulement je suis zoreil mais en plus je suis PD”, lâche Simon, sèchement. C’est là qu’il ressent la discrimination la plus nette, par le comportement et les attitudes : “J’ai été obligé de m’affirmer professionnellement pour que ça prenne le pas sur l’étiquette sexuelle. Jusqu’au jour où je suis allé me confier à ma chef de service”. Visiblement, la tolérance à l’égard des homos est loin d’être acquise. “Ce n’est pas normal qu’on s’étonne de l’homosexualité de quelqu’un. On la considère encore comme quelque chose de grave. Certains interprètent l’homosexualité comme une maladie. Et pourtant généralement on a de la compassion pour les malades”, s’insurge Simon. Du coup, face à une “tolérance qui a peu évolué” depuis 15 ans, les homos se réunissent et le justifient. “La formation des ghettos n’a lieu uniquement parce qu’on a besoin de se retrouver, se rencontrer”. A 15 ans, les établissements gays ont permis à Simon de sortir de sa solitude, dans une période de transition douloureuse. “C’est là que j’ai pu assumé ce qui m’arrivait. J’ai réalisé que je n’étais pas seul”. A l’époque, il aurait volontiers “pris la potion magique” pour rebasculer vers l’hétérosexualité. Maintenant, malgré “des moments difficiles” il assume sans difficultés. Il a choisi de se montrer à l’aise “pour être moins vulnérables aux homophobes”. Il ne va pas pour autant “rouler des grosses pelles à son mec à la caisse du supermarché”. Même si parfois, il casserait volontiers les barrières de la décence. “Pour me venger de ce que je subis, pour rééquilibrer la balance”.

Damien Frasson-Botton

(*) nom d’emprunt

-  “SOS homophobie” publie son rapport annuel

Celui-ci constitue le seul outil d’analyse quantitative et qualitative de l’homophobie en France. Le rapport met l’accent sur plusieurs points. A noter qu’en France, tous les trois jours, un (e) homosexuel (le) est victime d’une agression physique. D’autre part les milieux professionnels et la famille restent ceux les plus touchés par l’expression de cette hostilité. Les témoignages de “mal de vivre” connaissent une progression inquiétante : on ne vit pas mieux forcement son homosexualité en 2006 que précédemment. Enfin, la toile s’est transformée en boulevard anti-homos, les propos les plus virulents y circulent. source : http: //www. sos-homophobie. org/

-  La Réunion prisée par les clients d’Attitude Travels Stéphane Loiselier, directeur commercial d’Attitude Travels (signataire de la charte Gay Friendly) ne cache pas son enthousiasme, il est très heureux qu’on lui demande à nouveau la destination depuis quelques semaines. “Nous avons enregistré 400 touristes la première année de la signature de la charte. Puis ça s’est arrêté alors que les commandes étaient en hausse, poursuit l’ambassadeur de la Réunion 2006. En revanche, personne n’a annulé sa réservation”. Il faut dire que le tour opérateur parisien a mis le paquet. “En février, soit en pleine épidémie, mon catalogue est sorti avec quatre pages complètes consacrées à l’île”. Désormais, les chiffres font plaisir. Le planning affiche déjà des réservations pour mars 2007.

 
 

Les obstacles à la tolérance

Simon pointe de nombreuses cibles, causes évidentes de l’hostilité. La société ne fait qu’entretenir la stigmatisation et la non intégration des gays.

En France, une loi du 31 décembre 2004 réprime les propos homophobes tenus publiquement (au même titre que les propos xénophobes, racistes, sexistes, handiphobes, etc.). Le député UMP Christian Vanneste a été condamné en janvier dernier. Le parlement européen a adopté le 18 janvier 2006 une résolution qui va également dans ce sens. Mais pour David, les sanctions restent trop marginales : “Si on appliquait la loi, ce serait déjà bien”, assène t-il. Inconsciemment ou pas, la société reproduit l’hostilité envers les gays. “L’homosexualité est tout le temps traitée par la caricature”. Première cible : le cinéma, avec des films comme Pédale douce, Pédale dure, Le placard, qui entretiennent l’idée que “notre minorité n’existe que dans sa féminité la plus exacerbée, alors que cette proportion est très faible”. Ou encore “les émissions de télé-réalité qui ont toutes leurs PD”. “Les producteurs ont l’impression de servir la cause alors qu’il ne font que laisser chacun dans sa case “, selon Simon. Pour endiguer ce fléau, l’éducation a sûrement son rôle à jouer. La préférence sexuelle est trop souvent écartée de l’école. Il faut l’intégrer de façon plus directe. Puis évidemment, l’image que la population entretient autour des gays est bien particulière. Simon s’enflamme :” On est tout le temps réduit à notre sexualité et à des sales, des pervers. On imagine une relation forcement pornographique alors que la pénétration anale est loin d’être générale !”

Source : http://www.clicanoo.com/article.php?id_article=131053

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Misfit 01/06/2006 10:22

Et j'ajouterais que la pénétration anale n'est pas forcément non plus un acte pervers, pronographique ou sale !
Qu'elle soit pratiquée ou non, cela ne change rien au débat, et il ne me semble pas qu'elle soit réservée aux gays. ;-)