Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 10:07

Cyberféminisme: De la théorie à la pratique

 
 
 

Juliet Breese

Qu’est-ce que le cyberféminisme?

L’Internet offre des exemples théoriques et pratiques de cyberféminisme. En menant une recherche pour cet article, j’ai surtout repéré des définitions du cyberféminisme dans des ouvrages rédigés pendant la dernière partie des années 1990. La plupart de ces articles parlent de théorie sociale tandis que d’autres désignent le cyberféminisme comme un processus qui a permis aux femmes de se connecter pour créer leurs propres espaces sur le Net.

Faith Wilding, auteure de l’article « Where is the Feminism in Cyberfeminism? », décrit le cyberféminisme comme un concept ouvert, fluide et pas encore défini par celles qui sont engagées dans l’élaboration du cyberféminisme comme nouvelle théorie féministe. Elle écrit: « Les cyberféministes ont la chance de jeter les nouvelles bases d’une théorie et d’une pratique féministes qui prendront en compte les conditions sociales complexes issues des technologies planétaires. » Wilding plaide pour une définition du cyberféminisme reliant la théorie et la pratique en vue de mieux comprendre et situer les points de jonction entre le vécu des femmes et les TIC.

Certaines des difficultés qui entravent la recherche d’une définition du cyberféminisme proviennent peut-être du fait que le féminisme lui-même ne se restreint à aucune définition établie. Le féminisme est multiple, avec plusieurs champs théoriques. Pour n’en nommer que quelques-uns, il existe des féministes marxistes, libérales, postmodernes et/ou lesbiennes qui diffèrent toutes selon leurs orientations théoriques et les sujets abordés. Toutefois, le féminisme fait consensus sur la reconnaissance d’une organisation sociale genrée, où les femmes en tant que groupe sont systématiquement opprimées par le patriarcat dans une société ordonnée en fonction du sexe. La pensée féministe procède du point de vue des femmes et tente d’explorer et de révéler la dynamique sociale du patriarcat. Le féminisme est également axé vers un changement social enraciné dans les actions des femmes qui travaillent à circonvenir les structures patriarcales pour créer un monde plus égalitaire.

Alors, qu’est-ce que le cyberféminisme? Ouvert aux définitions au même titre que le féminisme, ses composantes de base demeurent toutefois le genre et la technologie. Le cyberféminisme examine les technologies et les intersections entre le genre, la culture, le corps et la technologie. Il se préoccupe tout autant de la théorie que de la pratique. Bien que cette théorie demeure critique des moyens ayant favorisé l’intégration des technologies de l’information dans nos vies quotidiennes et de leurs conséquences, elle ne se cantonne pas dans cette critique et continue d’explorer le potentiel des TIC comme instruments de contestation et de changement de notre société patriarcale.

Les cyberféministes reconnaissent que la technologie est un domaine complexe qui existe dans un cadre social déjà établi en pratique et profondément ancré dans des environnements économiques, politiques et culturels. Elles reconnaissent également que ces environnements sont extrêmement sexistes et racistes, en plus de manifester des privilèges économiques, sexuels, sociaux et âgistes. L’Internet est loin d’être une utopie neutre à l’égard du genre. C’est un système qui émane de structures conçues à des fins guerrières et qui fait partie intégrante des institutions masculinistes. Pour maîtriser pleinement l’Internet, on doit d’abord reconnaître et prendre en compte toutes les incidences des paramètres ayant présidé à sa création et des conditions politiques et économiques qui sous-tendent présentement ce système. Wilding souligne qu’on « peut considérer comme un geste radical le fait d’insérer le mot féminisme dans le cyberespace, d’interrompre le flot de codes masculins en affichant énergiquement l’intention de délégitimer, hybrider, provoquer et infecter l’ordre masculin des choses en politisant l’environnement du Net. » Les cyberféministes peuvent se servir des avancées théoriques et outils stratégiques féministes pour combattre le sexisme et le racisme très réels qui caractérisent l’Internet, aussi bien au niveau des logiciels que des équipements, et qui en font un environnement politisé.

Étant donné que le cyberespace demeure structuré par les relations sociales capitalistes et patriarcales, il est à craindre qu’il ne recrée simplement les stéréotypes de sexe traditionnels. Les femmes doivent donc être prêtes à investir le cyberespace pour contester la reproduction de ces stéréotypes, tant par les femmes que par les hommes. Les cyberféministes ont utilisé l’Internet pour organiser leurs interventions, diffuser des nouvelles, partager des ressources et promouvoir des luttes. Elles ont démontré leur capacité à puiser dans les idées, les expériences et les connaissances des féministes qui les ont précédées pour poursuivre ce travail sur Internet. Le projet d’une politique féministe sur le Net est en constante évolution et comprend l’autonomisation des femmes et des filles de même que la création de nouvelles possibilités d’actions à l’heure de la mondialisation.


Nos espaces sur Internet

Les cyberféministes ont la chance de jeter les nouvelles bases d’une théorie et d’une pratique féministes qui prendront en compte les conditions sociales complexes issues des technologies planétaires.

À l’instar des groupes de sensibilisation des années 1960 et 1970, Internet offre un espace où exprimer des préoccupations communes, échanger sur des injustices et formuler des solutions. Le véritable pouvoir d’Internet réside dans sa capacité de relier des personnes et des idées. L’étendue de ses applications en fait une source dynamique de réseautage et d’activisme. L’Internet est ainsi devenu un médium permettant de faire progresser les objectifs féministes. Aujourd’hui, nous pouvons échanger et faire bouger les choses à partir de nos bureaux, peu importe où sont situés nos locaux et nos connexions informatiques. Des femmes individuelles et des organisations féministes se réseautent et échangent des ressources sur toute la planète.

L’Internet est devenu un lieu intéressant où les féministes peuvent échanger de l’information avec d’autres. Par exemple, des personnes cherchant des renseignements sur les « droits de garde » ou l’« équité salariale » peuvent trouver des ressources féministes avant d’avoir compris que c’est le féminisme qui répond à ces questions. Les femmes et les hommes « ont l’occasion de comprendre leur rapport au féminisme sans devoir d’abord affronter et surmonter leurs préjugés. » L’Internet et le processus de recherche par mot-clé démystifient le féminisme en mettant l’emphase sur la question et la solution plutôt que sur l’association négative que ressentent encore plusieurs personnes en entendant le mot « féminisme ». C’est aussi un espace où les féministes peuvent se communiquer des alertes à l’action, des lois, des nouvelles, des projets, etc. Plutôt que d’entendre parler sur le tard de telles activités et lois, nous pouvons être informées des lois en préparation par des messages affichés sur des listes courriels ou des sites Web. On peut également organiser des actions et exercer des pressions auprès des gouvernements par le biais d’outils Internet comme les campagnes de lettres, les pétitions en ligne et les courriels envoyés aux député-e-s.

Les femmes ont eu le temps de développer des moyens féministes d’utiliser l’Internet. Une gamme d’outils et de techniques ont émergé pour nous aider à raconter nos récits, célébrer nos réalisations, nous réunir, connecter nos réseaux, partager nos recherches, nous soutenir entre nous, analyser des enjeux, construire nos communautés, apprendre les unes des autres et coordonner nos efforts. Les stratégies d’égalité des femmes sont basées sur notre savoir féministe et sur nos objectifs de changement social. Voici quelques exemples des façons dont nous utilisons l’Internet:

Établissement de coalitions

L’établissement de coalitions en ligne et hors ligne peut s’avérer constructif. L’Internet offre aux femmes et aux représentantes des organisations de femmes les moyens et l’espace pour se réunir et partager ressources, travail, outils et compétences dans un effort de sensibilisation aux enjeux de l’heure. La Coalition pour l’égalité des femmes (www.canadaelection.net) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (www.fafia-afai.org) sont des exemples de telles coalitions au Canada.

Nouvelles

Par ailleurs, des femmes et des organisations de femmes ont choisi de créer des sites Web qui s’activent à diffuser des nouvelles, de l’information et des ressources féministes. Womennet (www.womennet.ca), NetFemmes (http://netfemmes.cdeacf.ca) et Women’s eNews (www.womensenews.org) sont des exemples de ce genre de sites.

Promotion d’actions

Les listes de discussion sont un autre des moyens mis de l’avant par les femmes pour promouvoir des actions. Ces listes de discussion facilitent le réseautage des femmes et des communautés féministes en leur permettant d’échanger, de partager des expériences, des points de vue et des idées. Elles offrent la possibilité d’entrer en contact avec d’autres femmes ayant une expérience similaire sur certains enjeux et aident à trouver des ressources sur des sujets particuliers. Les femmes peuvent également partager entre elles des ressources utiles et des renseignements sur la manière de démarrer des groupes, de travailler sur des questions précises et de participer à des campagnes. Pour ne nommer que quelques-unes de ces listes, citons PAR-L (www.unb.ca/PAR-L), Femmes et PoliTIC (http://netfemmes.cdeacf.ca), DAWN Ontario (http://dawn.thot.net) et CEF – Élection 2006 (www.cwe-cef.ca).

Ressources en ligne

L’Internet a grandement facilité le partage de ressources en ligne pour les femmes et les organisations de femmes oeuvrant pour l’égalité. C’est particulièrement vrai pour celles qui travaillent dans le domaine de la violence envers les femmes. Le BC Rural Women’s Network a récemment lancé son Online Safety Toolkit (www.onlinesafetytoolkit.com), et Shelternet (www.shelternet.ca) aide les femmes du Canada à trouver des maisons d’hébergement et offre des ressources en dix langues différentes.

Conclusion

Comme l’affirme Jennifer Brayton dans la conclusion de son article: « La cyberféministe vit un rapport à la technologie dans cet espace négocié entre la théorie et la pratique ». Les cyberféministes sont conscientes de l’aspect sexué de la socialisation et de ses répercussions négatives sur les femmes dans tous les aspects de l’utilisation des technologies. Elles en appellent à une résistance proactive contre les notions patriarcales d’identité. À un autre niveau, les cyberféministes reconnaissent et acceptent la réalité des TIC et s’activent à transformer ces vieux stéréotypes. Elles travaillent avec ce médium pour diffuser leurs idées et elles investissent le cyberespace pour défaire le patriarcat. C’est une théorie de résistance, d’autonomisation, de pratique et de plaisir – une théorie qui offre une nouvelle perspective pour comprendre les interactions complexes entre le genre, la technologie et la culture.

Liens/Ressources:

Scarlet Pollock, « Stratégies Web pour l’e-galité » dans Cyberégalité pour les femmes, Womenspace (2003) http://womynsvoices.ca/fr/node/329

Jennifer Brayton, « Cyberfeminism as New Theory » (1997)
http://www.unb.ca/web/PAR-L/win/cyberfem.htm

Rosi Braidotti, « Cyberfeminism with a Difference » (1996)
http://www.let.uu.nl/womens_studies/rosi/cyberfem.htm

Faith Wilding, « Where is feminism in Cyberfeminism »
http://www.obn.org/cfundef/faith_def.html

Amy Richards et Marianne Schnall, « Cyberfeminism: Networking on the Net »
http://www.feminist.com/resources/artspeech/genwom/cyberfeminism.html

Alex Galloway, « A Report on Cyberfeminism » in Switch - Electronic Gender: Art and the Interstic au http://switch.sjsu.edu/web/v4n1/alex.html

« Post-Cyberfeminism?: Nat Muller meets up with Sadie Plant » par Dee
http://www.fringecore.com/magazine/m6-4.html
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires