Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 16:31

Cameroun - Douze étudiantes renvoyées car "présumées lesbiennes"



 

Douze étudiantes (âgées entre 16 et 22 ans) du collège Eyenguè Nkongo de Deido Plage à Douala, Cameroun, ont été renvoyées le 13 mars 2006 de leur institution après que leur conseil disciplinaire eut conclu qu’elles étaient lesbiennes. Amnesty International est préoccupée par le fait que les filles aient été renvoyées uniquement en raison de leur orientation sexuelle. Autres motifs d’inquiétude : les étudiantes ont été privées de leur droit à l’éducation en raison de leur orientation sexuelle supposée, leur droit à la vie privée a été violé et elles risquent d’être arrêtées puisque l’homosexualité est un délit criminel au Cameroun.

Résumé des faits et contexte

Le 13 mars 2006, 12 étudiantes du Collège Eyenguè Nkongo de Deido Plage à Douala ont été renvoyées de leur institution après avoir été accusées d’être membres d’un « réseau lesbien » au sein de leur collège. Les étudiantes furent renvoyées après la décision du conseil disciplinaire, qui se basait sur une enquête menée par les autorités de l’école. La décision de les renvoyer aurait été prise après une réunion de l’Association Parents/Enseignants. La décision fut également approuvée par le Délégué Littoral Provincial de l’Education Secondaire.

Une enquête aurait été initiée après qu’une étudiante ait déclaré aux autorités scolaires qu’elle avait été agressée par une autre étudiante. Les deux filles auraient reconnu être lesbiennes et auraient révélé aux autorités de l’école les identités d’autres étudiantes qui seraient supposées lesbiennes. Rien n’indique qu’une des étudiantes ait eu des rapports sexuels sur les lieux de l’école. Les informations sur l’expulsion des 12 étudiantes furent publiées par différents médias camerounais sans mentionner leurs noms.

Amnesty International continue à être profondément préoccupée par l’homophobie endémique au Cameroun, et elle prie les autorités camerounaises de respecter et faire respecter les droits humains de tous les Camerounais. L’organisation est également préoccupée par une panique morale continue menant à la vindicte contre des gays ou des lesbiennes connus ou supposés dans le pays. Selon des informations des collèges transmettraient à la police pour enquête criminelle des renseignements au sujet d’étudiant·e·s gays ou lesbiennes.

L’homosexualité est illégale au Cameroun et les peines peuvent aller de 6 mois à 5 ans d’emprisonnement.

En mai 2005, 17 hommes furent arrêtés près d’un night club, soupçonnés de pratiques homosexuelles. Neuf d’entre eux, y compris un jeune homme de 17 ans, restent détenus à la Prison Centrale Kondengui de Yaoundé et Amnesty International exige leur libération immédiate et inconditionnelle. La décision concernant leur acquittement et leur libération de prison devrait tomber le 12 juin prochain, plus d’un an après leur arrestation !

En décembre 2005, l’Eglise Catholique Romaine camerounaise dénonçait l’homosexualité dans le pays.

En janvier 2006, trois journaux camerounais publiaient une liste de plusieurs dizaines de personnes, incluant plusieurs membres du gouvernement, des musiciens et des hommes d’affaires “accusés” d’homosexualité. Le 3 mars 2006 la Cour Supérieure de Yaoundé a jugé l’éditeur du journal L’Anecdote coupable de diffamation à l’encontre d’un ministre du gouvernement qui serait homosexuel selon ce journal. L’éditeur fut condamné à quatre mois d’emprisonnement, obligé de publier le jugement de la Cour dans différents médias imprimés et audiovisuels, et pour chaque jour de retard dans la publication de ce jugement il encourait une amende de 300.000 francs CFA. En plus, l’éditeur dut payer une amende d’un million de francs CFA (1.750 US$). Le 24 mars la même cour jugea l’éditeur du journal Nouvelle Afrique coupable d’avoir calomnié un médecin et un ministre en les citant par leur nom dans un article. L’éditeur fut condamné à six mois d’emprisonnement et dut payer 4 millions de francs CFA aux plaignants. Les deux éditeurs sont allés en appel contre leurs condamnations et leurs peines. Ils n’auraient pas été mis en prison.

Obligations du Cameroun

La Charte Africaine des Droits Humains et des Peuples affirme l’égalité de tous les individus. Son article 2 dit : "Chaque individu devra bénéficier de l’exercice des droits et libertés reconnus et garantis par la présente Charte sans distinction d’aucune sorte telle la race, le groupe ethnique, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l’opinion politique ou autre, l’origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou autre statut". L’Article 3 promet à chaque individu l’égalité devant la loi. Et son article 26 prescrit que "Chaque individu sera tenu de respecter et considérer son prochain sans discrimination, et de maintenir des relations visant à promouvoir, protéger et renforcer le respect mutuel et la tolérance."

La Convention Internationale des Droits Civils et Politiques (CIDCP), à laquelle le Cameroun a souscrit en 1984, protège les droits à la liberté d’expression (article 19), liberté de conscience (article 18), liberté d’assemblée (article 21) et liberté d’association (article 22). Elle affirme l’égalité de tous devant la loi et le droit à ne pas être discriminé dans les articles 2 et 26. Dans le cas de 1994 qui fait date Toonen contre l’Australie, le Comité des Nations Unies sur les Droits Humains, qui vérifie que les Etats respectent les clauses de la CIDCP, affirmait que l’orientation sexuelle devrait être considérée comme un des statuts protégés de toute discrimination dans les articles mentionnés. Les Etats ne peuvent limiter l’exercice des droits humains sur base de l’orientation sexuelle. Le Comité des Nations Unies sur les Droits Humains a depuis exhorté les Etats à non seulement à abroger les lois pénalisant l’homosexualité mais aussi à consacrer dans leur constitution ou loi fondamentale l’interdiction de toute discrimination basée sur l’orientation sexuelle. La discrimination basée sur l’orientation sexuelle est également interdite par d’autres traits internationaux sur les droits humains auxquels a souscrit le Cameroun. La CIDCP protégé également le droit à la vie privée, stipulant que "Personne ne sera soumis à des interventions arbitraires ou illégales dans sa vie privée ou familiale, son domicile ou sa correspondance, ni à des attaques illégales contre son honneur et sa réputation. Chacun a le droit d’être protégé par la loi contre de telles interventions ou attaques" (Article 17).

Le droit à l’éducation est garanti dans l’Article 17 de la Charte Africaine des Droits Humains et des Peuples et dans l’Article 13 de la Convention Internationale des Droits Economiques, Sociaux et Culturels (CIDESC). Selon la CIDESC, l’éducation secondaire dans ses différentes formes, "devra être accessible à tous" sans discrimination. Elle devra "permettre à tous de participer effectivement à une société libre, de promouvoir la compréhension, la tolérance et l’amitié ...". Pour qu’un système d’éducation respecte les droits humains, l’accès à cette éducation ne doit pas être basé sur la discrimination et la discipline scolaire doit respecter la dignité humaine ; en particulier cette dernière ne devrait pas aboutir à une humiliation publique et devrait respecter le droit à ne pas être discriminé·e. Reconnaissant l’obligation de l’Etat à faire en sorte que les droits humains soient protégés dans l’éducation, le comité de l’ONU sur les Droits Economiques, Sociaux et Culturels a déclaré que "Un Etat membre est tenu de prendre des mesures pour faire en sorte qu’une discipline qui ne serait pas en accord avec la Convention ne soit pas appliquée dans toute institution éducative publique ou privée sous sa juridiction." (comité de l’ONU su r les Droits Economiques, Sociaux et Culturels, Commentaire Général 13, §41)

Etant donné que certaines des étudiantes accusées ont moins de 18 ans, leurs droits sont également protégés par la Convention de l’ONU sur les Droits de l’Enfant et la Charte Africaine sur les Droits et le Bien-être de l’Enfant. La Convention de l’ONU sur les Droits de l’Enfant protège l’enfant de toute discrimination (article 2) et garantit son droit à la vie privée (article 16) et à l’éducation (article 28). Le Comité des Droits de l’Enfant, l’organe de l’ONU chargé de veiller à l’exécution de la Convention, a décrété que la disposition de non discrimination dans l’Article 2 de la Convention oblige les états membres à assurer à tous les êtres humains en dessous de l’âge de 18 ans tous les droits mis en avant dans la Convention sans discrimination, y compris sur base de l’orientation sexuelle des adolescents (commentaire général No. 4 (2003), santé et développement de l’adolescent dans le contexte de la Convention des Droits de l’Enfant CRC/GC/2003/4, 1 juillet 2003).

Dans la Convention des Droits de l’Enfant, les états signataires sont encouragés à développer "différentes formes d’éducation secondaire, y compris l’éducation générale et professionnelle, de les rendre disponibles et accessibles à chaque enfant, de prendre des mesures appropriées telles l’introduction d’un enseignement gratuit et l’offre d’une aide financière en cas de besoin" (Article 28.1(b)). Là où un problème se pose, la Convention des Droits de l’Enfant demande aux états signataires de "veiller à ce que la discipline scolaire soit administrée d’une façon qui respecte la dignité humaine de l’enfant en conformité avec la présente Convention." (Article 28.2).

L’Article 3 de la Charte Africaine sur les Droits et le Bien-être de l’Enfant (CADBE) dont le Cameroun est un état signataire protège l’enfant de toute forme de discrimination. Cet article stipule que : "Chaque enfant doit pouvoir exercer les droits et libertés reconnus et garantis, dans cette Charte quels que soit la race, le groupe ethnique, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l’opinion politique ou autre, l’origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou tout autre statut de ses parents ou de ses gardiens légaux". La CADBE recommande le respect des meilleurs intérêts de l’enfant dans toute action concernant cet enfant entreprise par une personne ou une autorité (article 4). La Charte prévoit également "le droit des enfants à la vie" : "Aucun enfant ne sera soumis à des interventions arbitraires ou illégales dans sa vie privée ou familiale, son domicile ou sa correspondance, ni à des attaques illégales contre son honneur et sa réputation, à condition que des parents ou gardiens légaux aient le droit d’exercer une surveillance raisonnable sur la conduite de leurs enfants. L’enfant a le droit d’être protégé légalement contre de telles interventions ou attaques", mentionne l’article 10 de la Charte Africaine.

En ce qui concerne le droit à l’éducation, la CADBE encourage les états signataires à "prendre toutes les mesures appropriées afin d’obtenir la réalisation complète de ce droit" (article 11.3) et à "prendre toutes les mesures appropriées pour qu’un enfant soumis à la discipline scolaire ou parentale soit traité avec humanité et le respect de la dignité inhérente de l’enfant en conformité avec la présente" (article 11.5). Amnesty International est préoccupée du fait que la décision de renvoyer les 12 étudiantes et la publicité qui l’a entouré puissent de facto empêcher certaines étudiantes de s’inscrire dans des écoles au Cameroun. Une telle conséquence serait une violation supplémentaire du droit à l’éducation défini ci-dessus.

Action recommandée

Il vous est demandé d’écrire des lettres courtoises aux autorités camerounaises dont les coordonnées sont reprises ci-dessous. Il serait préférable de dactylographier les lettres sur du papier à en-tête Amnesty International.

Après avoir présenté le travail d’Amnesty International dans le monde, il conviendrait de :

-  Dire que vous écrivez concernant le cas des 12 filles renvoyées du Collège Eyenguè Nkongo en raison de leur orientation sexuelle supposée (donnez un bref résumé du cas) ;

-  Expliquer qu’Amnesty International ne s’oppose pas aux sanctions dans les écoles dans la mesure où celles-ci respectent la dignité humaine, c’est-à-dire qu’elles ne soient en aucune circonstance discriminatoires ou exposent des individus à l’humiliation publique ;

-  Exprimer votre préoccupation du fait que les étudiantes semblent avoir été renvoyées à cause de leur orientation sexuelle supposée en violation de la garantie de non-discrimination ;

-  Demander que vous soient données les raisons de l’expulsion des jeunes filles au cas où leur orientation sexuelle ne serait pas la raison principale ou unique de leur renvoi du Collège Eyenguè Nkongo ;

-  Exhorter les autorités à respecter le droit des étudiantes à la non discrimination, à la vie privée en ne révélant pas leur identité, et à l’éducation de même que leur droit à un recours légal incluant la possibilité de restitution, réhabilitation, compensation, satisfaction et des garanties de non répétition ;

-  Demander que les autorités permettent aux étudiantes concernées de poursuivre leurs études en s’inscrivant dans une institution de leur choix.

Un modèle de lettre en français vous est proposé en annexe.

A envoyer à :

1.Ministre de l’Enseignement secondaire

Mr Louis Bapes
Ministre des Enseignements secondaires
Ministère des Enseignements secondaires
Yaoundé
Cameroun
Salutation : Monsieur le Ministre

2.Ministre d’Etat à la jeunesse

Monsieur Adoum Garoua
Ministre d’Etat à la Jeunesse
Ministère de la Jeunesse
Yaoundé
Cameroun
Salutation : Monsieur le Ministre

3.Ministre à la Promotion de la Femme et de la Famille

Madame Suzanne Bombak
Ministre d’Etat à la Promotion de la Femme et de la Famille
Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille
Yaoundé
Cameroun
Salutation : Madame la Ministre

4.Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Enseignements secondaires

Madame Catherine Abena
Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Enseignements secondaires
Ministère des Enseignements secondaires
Yaoundé
Cameroun
Salutation : Madame la Secrétaire d’Etat

5.Délégué Provincial à l’Education Secondaire

Monsieur le Délégué à l’Education Secondaire
Province du Littoral
Douala
Cameroun
Salutation : Monsieur le Délégué Provincial

6.Directeur du Collège Eyenguè Nkongo

M. le Directeur du Collège Eyengue Nkongo
Monsieur Edouard Eyenguè
Deido-Plage
Bp : 5297
DOUALA
Cameroun
Tel : +237400555 - Cel : +2379818353
Saluation : Monsieur le Directeur 

7.Président de la Commission Nationale des droits humains et libertés

Dr Chemuta Divine Banda
Président de la Commission Nationale des droits humains et libertés
BP 20317
Yaoundé
Cameroun
Salutation : Monsieur le Président

8. Presse

The Post
P.O Box 91-Buea
République du Cameroun
Telephone : (237) 332 32 87
Email : thepostnp@yahoo.com

Cameroun Tribune
Le Rédacteur en Chef
BP 1218
Yaoundé, Cameroun
Tel : (+237) 230.41.47 - 230.36.89 - 230.41.48
Fax : (+237) 230.43.62
E-mail : cameroon-tribune@cameroon-tribune.cm

Cameroon Post
Editeur en chef
PO Box 604
Limbe, Cameroun

La Nouvelle Expression
M. le Directeur
12 rue Prince de Galles
BP 15333
Douala, Cameroun

Le Messager
M. le Directeur Pius Njawe
Rue des écoles
B.P.5925
Douala
Cameroun
Tél. :(237)3420439 - (237)9800935
Tél./Fax :(237)3436337
Email : lemessager@globalnet2.net

Copies à :

Ambassade de la République du Cameroun
Avenue Brugmann 131
1190 Bruxelles
Fax : 02/640.12.92


Dernière modification le : 24 mai 2006


Lettre Cameroun FR - Mai 2006

Dernière modification le : 24 mai 2006Lettre Cameroun FR - Mai 2006

Source : http://www.amnestyinternational.be/doc/article8017.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires