Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

10 mai 2006 3 10 /05 /mai /2006 08:22


Prostitution : Une arme de destruction massive


par Élaine Audet





De 2003 à 2005, un sous-comité parlementaire canadien a tenu des audiences pour examiner les lois sur le racolage et son rapport, qui n’a pas été rendu public à la suite de la prise de pouvoir par le parti conservateur, aurait pu recommander la décriminalisation totale de la prostitution comme solution pour améliorer la vie des femmes prostituées.


Pourtant, les statistiques montrent clairement que la santé et la sécurité des femmes prostituées se sont détériorées dans tous les pays qui ont décriminalisé la prostitution. La prostitution juvénile et le trafic des femmes et des enfants y ont grimpé en flèche et un infime pourcentage seulement des femmes prostituées sont enregistrées et paient des impôts. Avec la mondialisation des industries du sexe, les intérêts du patriarcat, du capitalisme et du crime organisé se conjuguent.

Au Canada, il existe actuellement un consensus pour que tous les niveaux de gouvernements cessent de traiter les femmes prostituées comme des criminelles et leur fournissent l’accès aux services sanitaires, sociaux, juridiques et policiers qu’elles réclament, à des refuges d’urgence et à des abris à long terme, que les auteurs de violence à leur égard soient poursuivis au criminel, que les policiers soient là pour les protéger et non pour les harceler et leur distribuer des contraventions. Là où il y a débat, c’est sur la décriminalisation tant des clients que des proxénètes (1).

La violence inhérente à la prostitution

La prostitution détruit les personnes qui la pratiquent. On ne peut continuer à occulter la responsabilité du client, qui est partie intégrante de cette destruction, sans une hypocrisie et une malhonnêteté criantes. Cette violence permanente, physique, sexuelle, et morale entraîne, chez les femmes prostituées, un risque de mort prématurée 40 fois supérieur à la moyenne (2). La violence constitue le principal risque de santé pour les femmes prostituées. La prostitution de rue est la plus dangereuse en raison de la violence physique et sexuelle qui s’y exerce et du fait qu’elle s’organise autour du commerce illicite des drogues et de la criminalité (3).

La prostitution a les mêmes conséquences que le viol sur la santé mentale et physique des personnes qui la pratiquent. Comment peut-on n’exprimer qu’indifférence quand les clients et les proxénètes continuent à agresser physiquement (coups, viols, séquestration, meurtres) les femmes dans la prostitution ? Alors que la société a fini par se décider à pénaliser le viol, reconnaissant qu’aucun besoin sexuel ne peut justifier l’agression et la destruction d’une personne, qu’attend-t-on pour pénaliser le viol tarifé subi, jour après jour, par les femmes prostituées ?

Ce ne sont pas toutes les femmes que la misère pousse à la prostitution, il y faut un terrain qui prédispose à envisager une telle solution. On remarque chez la majorité des femmes prostituées des traumatismes vécus dans l’enfance, tels que l’inceste, le viol, les violences physiques, qui créent, chez celles qui ont été ainsi brisées, un désir inconscient d’anéantissement de soi qui trouve un exutoire dans la prostitution.

Le milieu prostitutionnel comporte des situations de violence sexuelle et de contraintes psychiques, invisibles à l’œil nu, mais tout aussi efficaces que celles qu’exercent les proxénètes et les trafiquants. Alors que la majorité des femmes entrent dans la prostitution vers l’âge de 14 ans, après que la violence de leur milieu, la pauvreté, le chômage, la drogue les aient rendues vulnérables, que plus de 90% d’entre elles déclarent qu’elles quitteraient la prostitution si elles le pouvaient, on est en droit de douter de l’étendue de la prostitution « libre » et « volontaire ». Il existe un continuum entre la prostitution locale et la traite internationale des femmes à des fins de prostitution autant qu’entre la prostitution juvénile et la prostitution adulte.

Sida et toxicomanie

La décriminalisation totale et la légalisation de la prostitution n’ont pas résolu les problèmes de santé publique, parce que seules les femmes prostituées sont « soumises » à un examen médical régulier mais pas leurs clients. C’est donc leur santé à elles qui est une fois de plus mise à risque, environ 40% des clients refusant de porter un condom. Des sources médicales (4) révèlent que 33 % des prostitués n’utilisent pas systématiquement de préservatifs et 11% n’y recourent jamais.

L’absence de politiques globales de la part des gouvernements pour combattre la prostitution et offrir des solutions de rechange aux personnes prostituées, la quasi inexistence de suivi, de surveillance ou de dépistage des MTS et du sida, des cancers gynécologiques, des problèmes ménopausiques, de la contraception et des grossesses met tragiquement en danger la santé des femmes prostituées. Leur seuil de tolérance à la douleur, plus élevé que la moyenne de la population, leur permet de supporter des douleurs nettement supérieures à celle-ci et d’atteindre souvent un état de santé critique sans ressentir la nécessité de recourir à des soins médicaux.

La prostitution est une activité dévastatrice physiquement et moralement, pour la majorité des femmes qui y sont contraintes, ne serait-ce que par le fait d’être traitées comme une marchandise sexuelle. La plupart d’entre elles ne peuvent continuer qu’en se droguant. Elles se trouvent très rapidement prises dans un cercle vicieux où la toxicomanie entraîne la prostitution qui elle-même nécessite l’usage de drogue.

L’alcool joue aussi un rôle essentiel dans le fonctionnement du système prostitutionnel et contribue à la détérioration de la santé des femmes. « On est son corps »

L’état de stress post-traumatique (ESP), ou dissociation, est l’une des plus graves atteintes à la santé des femmes prostituées. Annie Mignard parle d’une expérience schizoïde de la prostitution. Elle insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas, comme dans beaucoup de professions où le corps est en jeu, d’une force de travail extérieure à ceux et celles qui la pratiquent mais de " l’intégrité du dedans ", de " l’identité d’un être sexué et total ". Pour Mignard, le corps n’est pas un objet séparé de soi qu’on peut vendre ou louer, mais l’être même : « On n’a pas son corps, on est son corps (5). »

On a relevé chez 67% des personnes prostituées la présence de troubles psychiques analogues à ceux diagnostiqués chez les vétérans de la guerre du Vietnam. Pour Dr Judith Trinquart, « les conséquences psychiques de la situation prostitutionnelle se manifestent par un véritable clivage entre la personnalité prostituée et la personnalité "privée" de la personne prostituée, constituant l’aspect psychique de la décorporalisation (6) ».

Ce clivage est un mécanisme de défense psychique contre les agressions et les violences vécues dans la situation prostitutionnelle dont la première consiste à subir des rapports sexuels non désirés de manière répétitive. Le fait que le caractère humain unique d’une personne doive disparaître au bénéfice du rapport strictement commercial est extrêmement destructeur pour tout être vivant cette situation.

Un rapport de pouvoir inacceptable

En décriminalisant la prostitution, on perpétue la violence responsable de la dégradation de la santé des femmes prostituées. On met ainsi froidement à la disposition des hommes un "marché" de femmes et d’enfants de plus en plus vaste et renouvelable sans d’abord s’interroger sur la légitimité d’une telle exigence masculine et sur les retombées que cela aura pour l’ensemble des Canadiennes.

Que reste-t-il du féminisme quand on ferme les yeux sur les rapports sexuels de domination, inscrits en lettres majuscules, et souvent de sang, dans le système prostitutionnel, et qu’on défend le droit pour les hommes - les clients prostitueurs et les proxénètes - de s’approprier légalement les femmes les plus pauvres et les plus vulnérables pour leur propres profits et plaisirs ?

Notes

1. AUDET, Élaine, Prostitution - Perspectives féministes, Montréal, les éditions Sisyphe, 2005.
2. POULIN, Richard, La mondialisation des industries du sexe - Prostitution, pornographie, traite des femmes et des enfants, Ottawa, L’Interligne, 2004.
3. DAMANT, Dominique et al., « Trajectoires d’entrée en prostitution : violence, toxicomanie et criminalité », Le Journal international de victimologie, Année 3, Numéro 3, Avril 2005 :
4. INGOLD, Rodolphe, « Drogue/prostitution, le couple infernal », Journal International de Médecine, 1993 :
5. MIGNARD, Annie, « Propos élémentaires sur la prostitution », Les Temps modernes, 1976.
6. TRINQUART, Judith, "Conséquences psychiques et physiques de la prostitution", Attac, 2002.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 mai 2006.

Source : http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2304

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Oui Aliexen, il est rare de trouver des articles de cette qualité. Je te remercie de tes commentaires et de cette référence ajoutée à ce texte. Je songerai à me procurer cet ouvrage.<br /> Bonne journée à toi ! :-)
Répondre
A
ABSOLUMENT de l'avis de cet article !!! Sisyphe a toujours publié des articles de qualité et d'une grande clairvoyance. Je constate avec joie que cet article ne fait pas exception à la règle.<br /> Il existe un livre trop méconnu à mon goût qui traite de la prostitution. Il y en a plusieurs, mais celui-ci mérite toute notre attention par le sérieux de son enquête et l'importance de son message : Il s'agît du Livre Noir de la Prostitution (de Elisabeth Coquart et Philippe Huet, aux éditions Albin Michel). Je le conseille vivement à toute personne qui veut connaître l'envers du décor.<br /> Voici la 4ème de couverture : <br /> " "Il existe une face scintillante et presque aimable de la prostitution, une apparence faite de folklore, d'exotisme, renforcée par une vieille tradition gauloise et rabelaisienne. Ce cliché arrange en réalité tout le monde. On veut esthétiser la prostitution, la rendre romanesque, pour éviter de la regarder en face, ce qui obligerait à constater qu'elle est atroce, sordide, tragique." Cette hypocrisie généralisée, dénoncée dans sa préface par Jean-Marie Rouart, de l'Académie française, a fait se perpétuer, jusqu'en notre XXIème siècle, une forme particulièrement odieuse d'esclavagisme. Or, aujourd'hui même, presque sous nos yeux, les trafics prennent de nouveaux visages, le proxénétisme se renforce et s'internationalise. Personne ne peut s'en laver les mains, de l'Etat qui laisse faire et s'enrichit sur le dos des victimes, aux médias qui ne traitent trop souvent la question que sous l'angle du fait divers, des bénéficiaires directs ou indirects du marché du sexe au client potentiel qui se cache derrière tout citoyen. Ce Livre noir de la prostitution se veut un livre de constat mais aussi de combat. Combat de la Fondation Scelles et de nombreuses associations pour que cesse l'exploitation sexuelle de millions de femmes, d'hommes et d'enfants en France et dans le monde, avec son cortège terrible de violence, de drogue et de misère humaine. Par quels moyens notre génération pourrait-elle abolir cette infamie trop oubliée, comme d'autres ont lutté contre l'esclavage, le racisme ou la torture ? Le débat est lancé par ce livre et par les associations. Il nous concerne tous"
Répondre