Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 07:18

Libération n'est pas révolution


Paru le Samedi 17 Mai 2008
   ANTONIO ESTEVEZ    
Actuel SEXE - La révolution sexuelle, en Mai 68, n'a pas inclus les mouvements féministes ou homosexuels, qui se sont «libérés» par la suite. Depuis, qu'ont-ils fait de cette liberté? Tour d'horizon.

Tout le monde semble connaître la date et le lieu de naissance de la «révolution sexuelle»: c'était en mai 1968, à Paris. «Oui, mais seulement pour les hommes hétérosexuels», ironise Rina Nissim, membre historique du Mouvement de libération des femmes (MLF) à Genève. «Le psychanalyste Wilhelm Reich disait qu'en libérant ses pulsions, on pouvait devenir un grand révolutionnaire... Mais nous, au MLF, davantage que la 'libération sexuelle', nous revendiquions une autonomie et une rappropriation de nos corps.» Alors que les hommes hétéros batifolent durant ce fameux mois de mai, les féministes prennent leur mal en patience: le MLF n'apparaît officiellement qu'en 1970, à Paris comme à Genève. «Plutôt que l'égalité, nous voulions des changements dans les rapports de force sociaux – entre hommes et femmes, vieux et jeunes, riches et pauvres. Nous voulions modifier la société de manière fondamentale», explique Rina Nissim.



Cours et partouzes

En parallèle, alors que la pilule, l'accès à l'avortement et les plannings familiaux modifient en profondeur certains rapports de genre, les pratiques sexuelles minoritaires sortent elles aussi du placard et revendiquent une visibilité. Les actions du MLF n'y sont pas pour rien, note Rina Nissim: «Lorsqu'un groupe se libère, d'autres le suivent en chemin.»
«En 1968, le vent de liberté ne touchait pas encore l'homosexualité, se rappelle Pierre Biner, journaliste et homme de théâtre genevois. Mon premier souvenir date de 1971, aux Beaux-Arts, à Paris, juste après la formation du Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR). Dans l'une des salles, il y avait les discours, dans l'autre les partouzes.» Un an plus tard, Pierre Biner assiste à la troisième commémoration des émeutes de Stonewall, qui avaient opposé, à New York, des homosexuels à des policiers venus faire une descente dans un bar gay. «Il y avait des dizaines de milliers de personnes qui manifestaient dans Central Park. L'étau s'était desserré, on sentait que les choses changeaient.»
Dès la fin des années 1970, en parallèle à un retour de bâton des valeurs conservatrices, le MLF se scinde en sous-groupes thématiques. Le mouvement féministe devient légaliste: il se bat pour l'égalité des droits ou pour l'accès des femmes à tous les postes. Quant au combat contre la violence sexuelle, il devient un enjeu primordial.


Aussi à la TSR

Ce sont aussi les années où les «études genre» prennent de l'importance à l'université – et dans leur sillage le mouvement Queer, qui rappelle qu'au-delà des hommes qui aiment des hommes, il y a de nombreuses autres combinaisons possibles: lesbiennes, bisexuels, transexuels, intersexuels, etc. A Genève, Pierre Biner participe aux actions du Groupe homosexuel (GHOG), formé en 1978. Lors d'un défilé du 1er mai, les militants exhibent une banderole barrée du slogan: «40 heures d'amour par semaine: un minimum!». Et à l'occasion d'une manif antinucléaire, c'est un «Ni actifs, ni passifs, ni radioactifs» qui détonne dans le cortège.
En 1980, le GHOG participe à l'émission «L'antenne est à vous», sur la TSR, en fin de soirée. Dans une scène, deux garçons se réveillent nus sur un lit. Le premier a des mots érotiques – «Embrasse-moi» – alors que le second parle politique: «Un jour, on n'aura plus besoin de se draguer dans les parcs.» «C'était de l'agit-prop, dirigée vers la population, pour dire: on ne se cache plus et voilà nos revendications», explique Pierre Biner. Ce sont aussi les tragiques années de la propagation du sida.
Plus tard, «les Gay Pride nous ont également permis d'accéder à une certaine visibilité. C'était important, car autour des cortèges, il y a des familles avec des enfants ou des préadolescents. Or certains d'entre eux sont 'différents' et peuvent ainsi voir des modèles positifs de l'homosexualité», estime Pierre Biner.


Retour du machisme

Aujourd'hui, libérer le sexe n'est plus un enjeu central, ni pour le féminisme, ni pour le mouvement gay. «Remarquez, je continue par exemple à promouvoir l'auto-examen gynécologique», tempère Rina Nissim, naturopathe de profession. Elle constate par ailleurs que la pratique rencontre à nouveau un écho positif chez des jeunes femmes. En revanche, la Genevoise remarque un «retour du machisme, notamment chez certains jeunes. Et une réprobation de la sexualité des adolescentes.» De plus, certains pharmaciens n'hésitent plus à culpabiliser les jeunes filles lorsqu'elles demandent une pilule du lendemain.

De son côté, Pierre Biner estime que «le caractère subversif du désir homosexuel s'est en grande partie perdu». Les Pacs et autres partenariats protègent mieux les partenaires, qui n'en menaient pas large en cas de décès du compagnon, surtout pendant les pires années du sida. «Mais les formules de 'mariage', de plus en plus répandues, calquées sur le modèle hétéro, de même que l'homoparentalité ne figuraient pas parmi les choses dont nous rêvions.» I



article

«Nous étions les missionnaires du bon sexe»

   ANTONIO ESTEVEZ    
Pionnière du planning familial et de l'éducation sexuelle, Mary Anna Barbey connaît bien le panorama vénérien romand. Animatrice radio avec Bernard Pichon et journaliste spécialisée, elle a écrit dans de nombreux journaux ou magazines. Elle évoque ici quelques mutations de ces quarante dernières années.


Que faisiez-vous en Mai 68?

Mary Anna Barbey: J'enterrais ma grand-mère aux Etats-Unis: je n'étais donc pas sur le front (rires). Peu avant, en 1966, j'avais commencé à travailler au Centre médico-social Profamilia, qui s'occupait désormais de planning familial. J'étais entrée par la petite porte, en tant que documentaliste. Comme j'étais bilingue anglais-français, j'ai pu classer toute la documentation sur la contraception, qui n'existait pratiquement qu'en anglais.


Le planning familial préfigurait-il Mai 68?

En Suisse, il n'y avait pas de côté militant: il n'y a jamais eu un mouvement pour créer le planning, qui était immédiatement une institution. C'était dans l'air du temps depuis un moment et la philosophie de l'époque était de rendre la vie des couples plus harmonieuse. A ce propos, je me souviens d'un grand débat pour savoir si on allait ou non accepter de recevoir les célibataires!


Etiez-vous bien acceptés?

Les critiques venaient surtout des médecins, qui craignaient la concurrence. Et puis, des mouvements religieux conservateurs ou des parents chrétiens s'en sont pris à nos cours d'éducation sexuelle. Plus tard, lorsque j'ai participé à l'émission radio de Bernard Pichon, alors oui, j'ai reçu des lettres incendiaires et même des menaces de mort.



Vous naviguiez en parallèle à la «libération sexuelle» de Mai 68.

La véritable révolution, dans ces années, ne se situe pas au niveau du comportement, comme on a tendance à le croire, mais du contrôle de la fécondité et de la procréation au sens large. Le fait qu'on soit passé de 60 000 à 11 500 avortements par année en Suisse – chiffre qui comprend de nombreux cas de femmes étrangères –, voilà qui est révolutionnaire. Les femmes ne risquent plus leur vie à cause de la sexualité. Toutefois, vu depuis le planning familial, plusieurs choses importantes se sont passées autour de 1968. Par exemple l'effondrement du tabou de la virginité, ou de la cohabitation juvénile – c'est-à-dire le fait d'avoir des relations sexuelles avant le mariage. Résultat: au début des années 1970, les jeunes sont arrivés en masse au planning familial, avec de nombreuses questions, notamment sur la pilule. Mais tout cela serait également arrivé sans Mai 68.

La Suisse était-elle préparée à aborder les questions de sexualité?

Les parlementaires ont eu, bien avant 1968, de nombreux débats autour de questions touchant la sexualité – l'avortement, par exemple, a été discuté aux Chambres fédérales dès les années 1930. Quant aux églises protestantes, elles se sont interrogées sur la légitimité de la contraception dès la fin des années 1950. Ces discussions ont eu au moins trois effets positifs: tout d'abord, cela a sans doute contribué à ce que l'apparition du sida soit bien gérée – il n'y avait pas de stigmatisation, en tout cas moins qu'ailleurs. Ensuite, comme je l'ai dit, le nombre d'avortements a grandement baissé. Et finalement, nous avons un taux relativement faible de grossesses adolescentes – les autres pays nous envient. Bien sûr, le niveau de vie n'y est pas pour rien, de même que la qualité des soins. Mais les débats sur ces questions et l'accès aux informations jouent aussi un rôle important.


A part le sida, quels sont les grands phénomènes qui ont défié la sexualité post-68?

Je dirais que c'est la procréation assistée – avoir un enfant est devenu un parcours du combattant, que certains considèrent comme un droit –, les abus sexuels et la situation des femmes immigrées.



Aujourd'hui, les questions des jeunes sont-elles les mêmes qu'il y a quarante ans?

Au sujet de la connaissance du corps ou de la grossesse, ça n'a pas fondamentalement changé. En revanche, en travaillant pour le site internet Ciao, j'ai constaté que le changement se note au niveau du langage – et pas seulement à cause de l'orthographe (rires)! Les jeunes abordent la sexualité de manière crue. Sinon, on parle aussi de la violence sexuelle, ce qui est également nouveau. Il y a quarante ans, au planning familial, nous aurions été les premières étonnées de voir que la sexualité n'était pas que joyeuse. Nous étions les «missionnaires du bon sexe»!


S'il est un domaine qui n'a pas beaucoup évolué depuis 1968, c'est celui de l'égalité.

Il y a eu des progrès: toutes ces femmes au Conseil fédéral – même si on cherche des poux à certaines –, ça n'aurait pas été possible il y a quarante ans. Dans les années 1980, lorsque je travaillais à L'Illustré, j'étais la seule femme journaliste avec des enfants. Mais dans les hiérarchies, les choses n'ont pas beaucoup évolué – et les hommes ont souvent le dernier mot.
Le grand combat futur sera de faire en sorte que les mâles arrêtent de nous prendre pour des mamans ou des objets sexuels. Et puis, on observe aussi des retours en arrière. Je faisais récemment une intervention dans une classe de gymnase, à Lausanne: pour un exercice, les élèves devaient s'inventer un personnage. Sur vingt adolescentes, cinq ont choisi la figure de la mère au foyer.


Par rapport à 1968, on a l'impression que les couples ont davantage besoin de «sex toys» ou du porno pour exciter leur libido...

C'est tout le problème de l'absence de désir, qui a toujours existé mais s'est renforcée ces dix ou quinze dernières années. On vit dans une société érotisée à outrance: il y a une banalisation et une saturation. Les gens sont déboussolés et ne savent pas comment gérer leurs désirs.

PROPOS RECUEILLIS PAR ANTONIO ESTEVEZ



article

LA PILULE MASCULINE, C'EST POUR QUAND?

   AEZ    

Presque cinquante ans après son arrivée sur le marché étasunien, la pilule contraceptive féminine n'a toujours pas d'équivalent masculin. Régulièrement annoncée «pour demain», sa commercialisation est à chaque fois repoussée. Il est vrai que le mécanisme biologique derrière la pilule pour hommes est compliqué à gérer: il faut arrêter la production des cellules sexuelles tout en permettant celle des hormones mâles. Le tout avec une action réversible – autrement, il existe déjà l'option de la vasectomie. La pilule féminine, elle, se contente d'empêcher l'ovulation,
Consciente de cette complexité, Mary Anna Barbey estime toutefois que «le fait que la plupart des chercheurs soient des hommes n'aide pas, sans doute – ils n'ont pas trop envie de chatouiller ces questions. Selon moi, les raisons sont autant médicales que psychologiques.» AEZ


 

Source : http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=439520

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires