Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 08:00

Ces Européennes
qui nous gouvernent

Anne Fulda
19/05/2008 | Mise à jour : 17:11 |

.
Mara Carafagna, passée de la télévision au gouvernement Berlusconi.
Mara Carafagna, passée de la télévision au gouvernement Berlusconi.

En France, comme en Espagne ou en Italie, les gouvernements se féminisent.

Elle est apparue, radieuse. Toute de bleu ciel vêtue. Cheveux de jais coupés dans le style working woman, œil de braise, sourire ravageur. Une sorte de Rachida Dati italienne. Avec quelques années de moins et quelques centimètres de plus. Mais aussi, dans son sillage, comme un doux parfum de scandale. Un glamour assumé et même revendiqué. Normal : Mara Carfagna, la nouvelle ministre «de l'Égalité des chances» (sic) du gouvernement Berlusconi, sacrée «plus belle ministre du monde» par l'édition internationale de Bild, a un CV qui sort de l'ordinaire.

Cette ancienne show girl dans une émission de télévision italienne, «Vivement dimanche» à la sauce bimbo, est certes diplômée de droit mais posait nue il n'y a pas si longtemps. Mieux, l'ancienne députée de Forza Italia est celle à qui le Cavaliere avait déclaré sa flamme en direct, à la télévision, provoquant l'ire de l'épouse de Silvio Berlusconi qui avait exigé et obtenu des excuses publiques du fringuant septuagénaire.

Au-delà de l'anecdote, la composition du gouvernement italien et son nombre restreint de femmes est révélateur. Avec seulement quatre femmes, dont la première dans l'ordre protocolaire, Stefania Prestigiacomo, arrive au neuvième rang, comme ministre de l'Environnement, l'Italie apparaît comme un îlot de machisme dans une Europe qui fait de plus en plus de place aux femmes dans la vie politique. Le Cavaliere ne s'embarrasse pas de faux-semblants.

 

Foire aux bestiaux

Pas question de nommer une femme à l'Intérieur ou à la Défense. Foi de latin, en Italie, sous règne berlusconien, le régalien demeure masculin. Et la femme est tout autant recrutée pour ses qualités esthétiques que pour ses compétences. «Un harem de Hugh Hefner», a ironisé le Daily Telegraph tout en se désolant, dans le même temps, que les ministres du gouvernement de Gordon Brown soient habillées comme des sacs à patates. Et de citer Coco Chanel : «Si une femme est mal habillée, on remarque sa robe, mais si elle est impeccablement vêtue, c'est elle que l'on remarque.»

En tout cas, Berlusconi assume sans complexe sa vision réductrice des femmes. Comme s'il vantait la beauté de ses génisses à la foire aux bestiaux, il a ainsi assuré récemment que les candidates de son camp étaient «non seulement belles mais superdiplômées». Et d'ajouter que «la gauche, elle, n'a même pas de goût pour les femmes. (…) Les nôtres sont plus belles, je peux le dire car quand je regarde le Parlement, il n'y a pas de comparaison possible».

Alors, macho, le milliardaire italien, c'est peu de le dire. Jusque dans son propre parti, une sénatrice s'est interrogée publiquement sur l'arrivée en force «de jeunes beautés dont l'expérience politique se limite à avoir tourné la roue de la fortune en maillot de bain devant les caméras de Canale 5». «Berlu» n'en a que faire. Il a choisi d'aller à l'encontre de l'air du temps qui veut que pour faire moderne, «tendance», un gouvernement doit avoir un quota significatif de femmes. Et à des postes de plus en plus élevés.

Rien à voir avec le choix du chef du gouvernement espagnol qui a fait de la parité hommes-femmes en politique, mais aussi dans le monde du travail, l'un de ses chevaux de bataille.

José Luis Rodriguez Zapatero répète souvent que l'entrée massive des femmes sur le marché du travail est «l'événement majeur de l'Espagne des trente dernières années». Il a nommé, le 12 avril, un gouvernement «révolutionnaire» puisque, pour la première fois en Espagne, les femmes y sont plus nombreuses que les hommes (neuf femmes contre huit hommes) et occupent des fonctions qui ne sont pas traditionnellement réservées à la gent féminine.

Évolution à la scandinave

Ainsi, à 37 ans et enceinte, Carme Chacon, étoile montante du parti socialiste espagnol, le PSOE, connue pour ses positions «écolo-pacifistes», «rouge dedans et verte dehors», comme elle se définit souvent, a été nommée ministre de la Défense. Un magnifique «coup» de communication l'image de la jeune femme, chemise flottante sur son petit ventre rond, faisant la revue des troupes a fait le tour du monde et une première en Espagne où l'Association des militaires espagnols, de tendance conservatrice, a interprété cette nomination comme une marque de «mépris, voire une provocation envers l'armée», tandis que certains conservateurs espagnols ont eu du mal à avaler la pilule «les petites couturières de Zapatero», a ironisé le quotidien conservateur ABC.

À dire vrai, le chef du gouvernement socialiste espagnol a entamé cette évolution à la scandinave bien avant sa réélection. En 2004, il avait déjà nommé du jamais vu en Espagne un gouvernement strictement paritaire, avec comme numéro deux Maria Teresa de la Vega, papesse du féminisme espagnol. Il faut dire que l'Espagne, jeune démocratie, a permis en quelques années aux femmes espagnoles de participer à la vie politique du pays de manière exceptionnelle. Madrid entend aller encore plus loin en faisant passer un projet de loi sur l'égalité qui devrait obliger la présence de 40 et 60 % de femmes éligibles dans tous les scrutins mais aussi dans les conseils d'administration des entreprises.

À côté, l'Italie de Berlusconi fait figure de cas à part, tant, presque partout en Europe, les femmes gagnent du terrain en politique. D'aucuns, grincheux patentés, jugent que cette montée en puissance est le symptôme, si ce n'est la cause, d'une dévalorisation de la fonction politique. D'autres pensent que c'est une question d'image avant tout. Ou encore que c'est le reflet d'une évolution de la société. En tout cas, les faits sont là.

En Europe de l'Est, Ioulia Timochenko a été la première femme premier ministre d'Ukraine. En Allemagne, Angela Merkel est la première femme chancelière. L'Espagne est désormais à la pointe du progressisme féministe. Quant à la France, elle joue aussi la carte féminine. En nommant au gouvernement onze femmes dont trois, Rachida Dati, Rama Yade et Fadela Amara, censées refléter la «diversité» française, les couleurs de la nouvelle France, Nicolas Sarkozy a voulu faire, lui aussi, un «coup» de communication. Mais, à côté de celles-là devenues, qu'elles le veuillent ou non, des vecteurs d'image, deux femmes ont été nommées dans des ministères traditionnellement occupés par des hommes, Michèle Alliot-Marie à l'Intérieur et Christine Lagarde à Bercy ; et d'autres, comme Valérie Pécresse, Roselyne Bachelot, Nathalie Kosciusko-Morizet ou Nadine Morano, démontrent que les femmes ne comptent plus pour des prunes.

Même si parfois, en privé, les réflexions un peu primaires sont de mise dans des cénacles qui restent majoritairement masculins, en quelques décennies, les femmes se sont imposées dans le paysage politique français. Ce n'était pas gagné.

Potiches et «emmerdeuses»

En 1974, lorsque Valéry Giscard d'Estaing avait tenu à nommer Simone Veil à la Santé et Françoise Giroud comme première secrétaire d'État à la Condition féminine, Jacques Chirac, à l'époque premier ministre, avait pris, dans un premier temps, les revendications de l'ancienne journaliste comme celles d'une «Parisienne dévoyée». Le président du RPR, parti portant haut sa virilité, considérera d'ailleurs pendant longtemps que, en politique, il y a deux catégories de femmes : les potiches et les «emmerdeuses».

Malgré tout, après que François Mitterrand eut fait tomber beaucoup de bastions masculins (en nommant notamment la première femme premier ministre de la Ve République et la première femme membre du Conseil constitutionnel), c'est Jacques Chirac, qui soutiendra après l'épisode malheureux du limogeage des «juppettes» en 1995 la loi sur la parité, voulue par le gouvernement de Lionel Jospin.

Aujourd'hui, les femmes du gouvernement Fillon semblent droites dans leurs escarpins. Des potiches ? Pas du tout. Des emmerdeuses ? Parfois. Pas plus ni moins que les hommes. En tout cas, là aussi, et comme en Espagne, des femmes qui assument leur féminité non exclusive d'une vraie compétence. Et qui pensent qu'il n'est plus besoin de se déguiser en hommes ou en chaisières pour être crédible. Tout est question de mesure. Le moindre dérapage peut en effet être ravageur.

En 2004, les femmes du premier gouvernement Zapatero avaient ainsi posé, pour le Vogue espagnol, à la Moncloa, le siège du gouvernement espagnol, coiffées et maquillées par les plus grands stylistes espagnols et dans des poses parfois très glamour, ce qui avait provoqué l'ire des féministes espagnoles et l'interrogation de l'opinion. En France, Rachida Dati a choqué ou énervé certains en semblant, à ses débuts place Vendôme, être plus à l'aise dans les soirées Dior que dans les prisons, trop soucieuse de son apparence. Une femme peut apparaître coquette. Mais frivole, non.

Et la ligne est ténue entre les deux. Aujourd'hui, signe d'une véritable évolution, que Ségolène Royal avait bien comprise, une femme n'a plus à cacher sa féminité pour «réussir» en politique. Mais sa seule féminité ne lui suffit pas pour franchir les obstacles. Et si elle trop mise en avant, elle revient comme un boomerang. Détail révélateur : le jour où le gouvernement Berlusconi a prêté serment devant le président de la République, les quatre ministres femmes portaient des tailleurs pantalons. Comme pour estomper cette image de jolis pots de fleurs que veut leur coller Berlusconi.


 

Source : http://www.lefigaro.fr/international/2008/05/19/01003-20080519ARTFIG00406-ces-europeennes

-qui-nous-gouvernent.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires