Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 10:30

Lutter contre les discriminations racistes, c'est lutter contre le système de privilèges des blancs !

Collectif des Féministes Indigènes,
lundi 28 janvier 2008

Lors des réunions publiques que le CFI a organisé depuis sa création, plusieurs personnes du public nous interpellent systématiquement, le visage plein d'effroi et d'incompréhension, sur notre façon de nous exprimer, jugée agressive, et notamment sur le fait que l'on parle de « blanc-he-s », pour désigner les personnes qui ne sont ni noires, ni arabes, ni asiatiques...

On a ainsi entendu par exemple : « Quelle honte de réduire un être humain à sa couleur de peau ! On est tous des êtres humains, merde ! » ; Par contre, aucune interpellation sur l'utilisation du mot « noir » pour désigner tel autre groupe, terme pourtant qu'on utilise tout autant ; quand on se permettait de le souligner, on nous répondait quelque chose du type : « Oui mais c'est pas « noir » au sens « couleur de peau » du terme, c'est « noir » au sens « africain » du terme… De toute façon, moi je dis jamais « noir », ni « immigré », ni tout ça ; pour moi, on est tous français, et pis c'est tout ! ».

Nous aussi, on rêverait d'avoir le privilège de croire que la couleur de la peau ne conditionne pas la place qu'on a dans cette société. Malheureusement, même ce rêve est un privilège de blancs, qui peuvent, eux, se permettre de faire semblant d'y croire. Même quand on naît candide, rêvant que tous les hommes et toutes les femmes de la terre se tiennent par la main et fassent une grande ronde du bonheur, ce qui nous rappelle, nous, à la dure réalité, c'est le marché du travail, l'éducation nationale, la police, les medias,… qui privilégient les blancs et nous discriminent dans l'accès à l'emploi, au logement, dans l'éducation, les loisirs, l'expression politique…

Les réactions effarouchées auxquelles on a systématiquement droit, participent de l'embrouillage de cerveau qui fait que non seulement on se fait marcher sur la gueule, mais qu'en plus, on n'a pas le droit de dire qu'on a un peu l'impression qu'on se fait marcher sur la gueule, et pas le droit de désigner ceux qui nous marchent sur la gueule. En fait, on n'a pas le droit d'essayer de comprendre ; charge à nous de nous rendre responsables de ce qui nous arrive et d'avoir honte de ce que nous sommes, pour assurer la paix sociale ; Et si vraiment on a envie de comprendre à s'en péter les plombs, on n'a qu'à aller se faire interner dans les hôpitaux psychiatriques, de plus en plus spécialisés dans l'accueil des immigrés-qui-ont-voulu-comprendre-ce-qui-leur-arrive-mais-qui-sont-devenus-dingues-juste-avant-d'avoir-compris… On y sera les bienvenu-e-s.

Ce texte pour montrer que, ne pas se laisser impressionner par les critiques/attaques, doit faire partie de nos postures de résistance (même si tenir tête aux militants blancs, généralement pas les moins imbus d'eux-mêmes, sur « blanc/pas blanc » ne constitue pas l'essentiel de notre lutte).

Système de discriminations : à qui profite le crime ?

Depuis quelques années, on dit de plus en plus que les personnes issues de l'immigration post-coloniale sont discriminées… Même au PS, on le dit.

Mais discriminées par qui, par quoi ? On peut parler des discriminations raciales, parler des victimes de discriminations, mais pas du système qui discrimine ? ni des critères sur lesquels il discrimine ? ni des discriminants ? Les discriminations seraient le fruit d'une force surnaturelle et invisible ? Des gens sont discriminés, d'accord ; Mais pourquoi y a-t-il discrimination ? A qui profite le crime ?

Pourquoi se contenter de dire par exemple que les noirs et les arabes ont plus de difficultés à trouver un logement ? Pourquoi ne pas compléter en disant que les blancs (c'est purement mathématique) ont plus de facilité à trouver un logement ? Pour faire un beau rapport de domination raciste, il faut qu'il y ait d'un côté des groupes raciaux dominés, mais pour que ça marche, il faut qu'il y ait de l'autre côté un groupe racial dominant.

On nous empêche de nommer les privilégiés de la société raciste, ou en tout cas, on nous empêche de pointer du doigt qu'ils sont privilégiés : ils sont dits français, français normaux, français de base, franco-français, français de souche… et on pointe du doigt chez les autres tout ce qui les distingue du français « normal » : ils sont dits français…mais d'origine étrangère, …mais immigrés de troisième génération, …mais musulmans, …mais noirs.

Pour comprendre ce qui nous arrive et ce que l'on subit du rapport de domination raciale, notre regard ne doit pas seulement être porté sur nous-mêmes, les dominés… Il doit se braquer aussi sur les dominants, les blancs.

Derrière les discriminations des uns se cachent les privilèges des autres

Nous n'avons pas inventé les catégories raciales ; elles nous sont imposées, à nos dépens.

Quand on parle de blancs, on ne désigne pas les gens qui font partie d'un groupe d'individus ayant la caractéristique d'avoir l'épiderme allant du blanc craie, au blanc beige en passant par le blanc rosé … Avec cette définition du groupe blanc, beaucoup d'entre nous, les plus palot-e-s, se retrouveraient d'office dans ce groupe de « blancs de peau »...

Notre propos est politique. Etre blanc, c'est profiter, de fait, des privilèges que le système raciste octroie aux individus faisant partie du groupe racial dominant, ainsi construit, privilèges rendus possibles par un système de discriminations imposé à ceux qui sont construits comme des non-blancs, donc des non-privilégiés.

Si ne pas dire « blanc » devait servir à ménager la susceptibilité de quelques blancs de notre entourage, on ne rechignerait pas à leur faire ce petit cadeau ; on comprend en effet la stupeur de celui qui s'est toujours pensé incolore car universel, et qui apprend, au détour d'une réunion de « militants de couleur », que ces « militants de couleur » (qu'il a pourtant toujours courageusement défendus contre les fachos du front national) essaient de lui plaquer une couleur à lui aussi, sans lui demander son autorisation, couleur qu'ils identifient par dessus le marché, à un positionnement racial dominant, lui qui a toujours été du côté des dominés…

Mais ce petit cadeau, on ne le fera pas car c'est en se construisant comme universel et central que le système dominant blanc a écrasé et exploité ceux qu'il a définit comme étant « les autres ».

Nommez le système, situez-le, colorez-le, et les blancs grimpent sur les toits pour crier au racisme. Il faudrait leur proposer des stages intensifs de « désuniversalisation ». Comme notre collectif n'a pas les moyens de financer ces stages pour tous les premiers concernés, on contribue à notre petit niveau à désuniversaliser les blancs en les nommant, en les situant, et en les colorant.

Notre posture politique est de renverser les termes du débat concernant la lutte contre les discriminations. Pour nous, lutter contre le racisme, ce n'est pas « aider » les discriminés à "rattraper leur retard", et, en attendant patiemment que « changent les mentalités », faire qu'ils ne soient plus discriminés, comme par magie, sans rien remettre en question du système raciste qui privilégie les blancs. Lutter contre le système social raciste, c'est lutter contre le système de privilèges des blancs (qui conduit de fait à discriminer les non-blancs). Combattre le vrai problème à sa source.

Poser, de notre point de vue, les équations qui sous-tendent le système raciste est un combat de mots. Ce n'est pas l'essentiel de notre combat politique, mais notre combat politique passe par ce combat-là. Casser les euphémismes, décrire les rapports de domination que nous subissons, bricoler des outils pour comprendre ce qui nous arrive quand, inéluctablement à l'école, on est orienté vers des filières qui mènent à des boulots de merde, ou à des impasses, quand on envoie vingt CV par jour et qu'on ne reçoit aucune réponse, quand on vit dans un quartier coupé du reste du monde, où on est parqués comme des animaux… Comprendre pour savoir contre qui/quoi on doit se battre, et imposer à ce pays de respecter ses propres lois en matière d'égalité raciale.

Un mot sur quelques uns des nôtres…

On pourrait terminer l'article là-dessus, le torse bombé, les cheveux électriques et la démarche volontaire, avec en tête l'air très approximatif de la BO du Malcom X de Spike Lee : nous, les noir-e-s et les arabes vivant en France, savons ce qui nous reste à faire : résister... Mais à ce moment-là, qu'entend-on de la part des deux-trois arabes qui viennent nous voir systématiquement en fin de réunion, le visage empreint de sagesse, pour nous conseiller, sur le ton de la juste modération ?... D' « arrêtez de dire « blancs » aux … blancs ; que ça les agresse, qu'ils ne comprennent pas, qu'ils sont sur la défensive ; que c'est inefficace, qu'on n'avance pas, que ça divise, qu'il faut s'ouvrir aux autres, ne pas rester entre nous… », ponctuant leurs conseils avisés par des « Méfions-nous du repli identitaire ! » et des « Attention aux dérives racistes de l'anti-racisme ! »…

Hep ! les défenseurs de l'« Incolorité » des « Innommables », où trouvez-vous autant d'énergie pour protéger la susceptibilité des blancs, avec toutes les humiliations que vous vous prenez dans la gueule, quand, que vous le vouliez ou non, vous êtes des français d'origine étrangère, des femmes de la diversité, des immigrés de la 32ème génération…, ce qui revient à dire que vous êtes des bamboulas et des bougnoules ? Quand, d'une façon ou d'une autre, on vous rappelle que vous pouvez toujours aller courir, même à poil, même sous la pluie, vous ne serez JAMAIS considéré-e-s comme faisant partie des leurs.

Puisque vous êtes si tatillons sur le vivre-ensemble, sur le fait qu'on soit tous français à égalité sans distinction de race…, pourquoi ne pas consacrer cette énergie à aller emmerder ceux qui en ce moment, dernière mode dans les médias et dans l'espace politique, parlent de nous comme des « représentants de la diversité » ? Pourquoi on ne vous entend pas leur dire que ça nous choque, qu'on ne se sent pas plus divers que les autres, qu'on se sent « agressés », « exclus », que c'est « inefficace », que ça « divise », « halte au repli identitaire » et « aux dérives racistes »…

Si vous préférez rester endormis, soit ! Ça peut accessoirement vous servir si vous envisagez une carrière d'arabe ou de noir de service. Personne ne vous plaindra ici, et vous aurez bien mérité d'être traités comme des chiens. Mais abstenez-vous de nous tacler en public ; c'est déjà difficile pour nous dans ce pays de lutter pour le respect de la dignité et pour l'égalité de traitement, sans devoir gérer en plus, la honte de voir que les plus virulents à nous tirer dans les pattes, sont des nôtres.

Collectif des Féministes Indigènes, Juin 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires