Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 09:56

Le chanteur homophobe Sizzla débute sa tournée à montreuil



ci dessous quelques paroles aimables pour nous les gays.
Brûle les hommes qui ont du sexe par derrière avec d'autres hommes... Bute les pédés, mon gros flingue va tirer...
Pan ! Pan ! Les pédés doivent être mis à mort..."



Reggae homophobe : Sizzla a entamé sa tournée française à Montreuil


Sizzla, le chanteur de reggae jamaïcain connu pour ses appels au meurtre racistes et homophobes, s'est produit mercredi soir à Montreuil malgré les regrets de Dominique Voynet, nouvelle maire de la ville et la campagne de plusieurs organisations LGBT demandant l'annulation de ses concerts. Saisie la veille du concert par une "Lettre ouverte aux maires et aux responsables de salles de concerts accueillant la tournée de Sizzla en France", signée par seize organisations dont Tjenbé Rèd et Act Up-Paris, Dominique Voynet a déploré " que le chanteur Sizzla ait été programmé dans la ville de Montreuil " en condamnant " très fermement les propos racistes et homophobes que ce chanteur a tenu à de nombreuses reprises, ainsi que les incitations au meurtre que contiennent certaines de ses chansons ". La maire Verts a estimé que "la présence de ce chanteur est un affront aux valeurs républicaines auxquelles les Montreuillois sont profondément attachés ".

Des militants de Tjenbé Rèd et de CQFD - Fierté lesbienne ont marqué leur désaccord avec la venue de Sizzla en distribuant un tract aux quelques centaines de personnes présentes et en nouant le dialogue avec elles. Selon ces militants, un certain nombre de fans du chanteur sont tombés des nues en découvrant les textes de leur idole. Une jeune femme se trouve en état de choc en lisant les paroles que lui rapportent les protestataires, au point d'en avoir les larmes aux yeux, souffle coupé, ne trouvant plus ses mots : "C'est pas possible... Il a pas pu chanter ça... C'est pas possible... J'me sens mal...". D'autres spectateurs évoquent la promesse du chanteur de ne plus interpréter ses textes homophobes, comme il s'y était engagé le 15 avril 2007, lors de la signature du "Reggae Compassionate Act". En réalité, cet engagement a été rompu dès le 13 juin suivant à Berlin.
D'autres fans, enfin, détournent le regard et refusent de lire le tract qui leur est tendu.

Comme à Montreuil, les prochaines étapes de la tournée de Sizzla pourraient être l'occasion de manifestations de contestation. A Villeurbanne, le Centre culturel oecuménique a décidé d'annuler le concert prévu le 30 mai. Les associations LGBT mettent la pression sur l'étape du 20 mai à Mulhouse. Le maire Jean-Marie Bockel et Olivier Dieterlen, le responsable de la salle ainsi que le préfet du Haut-Rhin ont été saisis.

Allemagne : Sizzla contourne l'interdiction d'entrée sur le territoire

Sizzla doit se produire en Allemagne dans les jours qui viennent malgré une interdiction d'entrée sur le territoire qui a été prise à son encontre à l'appel de la fédération allemande gay et lesbienne (LSVD).
Sizzla serait entré sur le territoire allemand par la Hongrie, déjouant la vigilance du système de protection de l'espace Schengen qui fixe les frontières des pays de l'Union européenne qui y ont adhéré. Les associations LGBT d'outre-Rhin dénoncent cette violation et appelle les autorités à la vigilance.


Source: http://www.lepost.fr




      Communiqué de presse (de l'association TJENBÉ RÈD *)

- - -
Sizzla entame sa tournée française à Montreuil le 14 mai 2008.
Alors que la Journée mondiale contre l'homophobie arrive, cette tournée sera l'occasion de contrer l'homophobie sur le terrain

Sizzla, ce chanteur de reggae jamaïcain connu pour ses appels au meurtre racistes et homophobes [1], s'est produit ce mercredi soir à Montreuil, halle Paris-Est Montreuil, dite aussi halle Marcel-Dufriche - une atteinte à la mémoire de Marcel Dufriche (1911-2001), maire de Montreuil de 1971 à 1984, militant antifasciste, militant syndicaliste, prisonnier de guerre, évadé, résistant, militant anticolonialiste [2]. Et c'est bien des militantEs - des résistantEs, si l'on ose, des résistances à tout le moins - que Sizzla (alias Miguel Orlando Collins) a rencontré sur son chemin :

A) Résistance d'abord du Centre culturel oecuménique, qui nous a indiqué par téléphone avoir pris la décision d'annuler le concert prévu le 30 mai à Villeurbanne ;

B) Résistance ensuite de la maire de Montreuil (saisie la veille par une «Lettre ouverte aux maires et aux responsables de salles de concerts accueillant la tournée de Sizzla en France», signée par seize organisations dont Tjenbé Rèd, Act Up-Paris ou CQFD - Fierté lesbienne) [3] : selon un communiqué diffusé quelques heures avant le concert, Dominique Voynet a déploré «que le chanteur Sizzla ait été programmé dans la ville de Montreuil» en condamnant «très fermement les propos racistes et homophobes que ce chanteur a tenu à de nombreuses reprises, ainsi que les incitations au meurtre que contiennent certaines de ses chansons», et en estimant que «la présence de ce chanteur est un affront aux valeurs républicaines auxquelles les Montreuillois sont profondément attachés» ; cette position rejoint les propos clairs, dignes et courageux tenus en pareilles circonstances, le 29 octobre dernier, par Pierre Cohen, aujourd'hui maire de Toulouse mais alors maire de Ramonville-Saint-Agne, ou par Fabienne Keller, alors maire de Strasbourg ;

C) Résistance encore des personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans), puisque des militantEs de Tjenbé Rèd et de CQFD - Fierté lesbienne ont marqué leur désaccord avec la venue de Sizzla en distribuant un tract aux quelques centaines de personnes présentes et en nouant le dialogue avec elles ;

D) Résistance surtout de ses fans, loin d'adhérer en bloc aux thèses de leur idole, surtout lorsqu'on les leur explique dans le texte. Une jeune femme ainsi se trouve en état de choc en lisant les paroles que nous lui rapportons, au point d'en avoir les larmes aux yeux, souffle coupé, ne trouvant plus ses mots : «C'est pas possible... Il a pas pu chanter ça... C'est pas possible... J'me sens mal...». D'autres personnes soutiennent que «les paroles sont mal traduites», comme si le créole jamaïcain était une langue insusceptible de traduction (mais elles se taisent lorsque nous leur montrons noir sur blanc ces paroles, en version originale et en version française). «Il a promis de ne plus les chanter», disent-elles ensuite en évoquant sa signature, le 15 avril 2007, du «Reggae Compassionate Act» - mais elles se taisent lorsque nous leur apprenons qu'il a rompu cet engagement dès le 13 juin 2007 à Berlin, où il a interprété la chanson «Nah Apologize» («Aucune excuse») . «Il devrait arrêter de les chanter», disent-elles alors, s'excusant presque : «Moi, c'est sa musique que j'aime... Moi, c'est sa voix que j'écoute...», s'engageant pour certaines : «S'il chante ces paroles ce soir, promis, on va le siffler» !

Mais d'autres fans détournent le regard et refusent de seulement lire le tract («Ce que je pense, je le garde pour moi»), allant pour certains jusqu'à légitimer les appels au meurtre de Sizzla avec une panoplie d'arguments éculés voire glaçants : «Moi, j'ai un fils, si demain il est pédé, je le bute»... «Moi, personnellement, les homos, il faut les rayer de la carte»... «Vous nous avez colonisés»... «Il y a eu l'esclavage»... «C'est comme ça là-bas, c'est leur culture, il faut la respecter»... «Si tout le monde devient homo, c'est la fin de l'humanité»... Lorsqu'à ceux-là nous lançons : «Tout' moun sé moun !» («Chaque personne est une personne !»), ceux-là nous répondent : «Tout' moun sé pa moun !» («Chaque personne n'est pas une personne !») - et qu'ajouter ?

À quelques jours de la Journée mondiale contre l'homophobie, qui aura lieu ce samedi 17 mai et qui sera, comme chaque année, riche en colloques et séminaires, les personnes LGBT ont l'occasion de saisir les prochaines étapes de la tournée de Sizzla comme autant de travaux pratiques pour poursuivre ce dialogue difficile et contrer l'homophobie sur le terrain : il est certes important d'obtenir des lois contre les propos ou les actes homophobes, il n'est pas moins important de veiller au respect effectif de l'esprit de ces lois. Prochaine étape de cette tournée : le 20 mai à Mulhouse, au Noumatrouff, 57, rue de la Mertzau, 20h30. Jean-Marie Bockel, le maire de Mulhouse, et Olivier Dieterlen, le responsable du Noumatrouff, ainsi que Michel Fuzeau, le préfet du Haut-Rhin, ont été saisis par notre lettre ouverte du 13 mai : aux Mulhousiennes et Mulhousiens de jouer, le relais leur est transmis !

(*) TJENBÉ RÈD ! Mouvement civique pour l'action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale

Partager cet article

Repost 0

commentaires

crazydreadlocks 31/07/2008 14:05

sizzla represente une situation sociale plus que miserable qui sevit en Jamaïque. Les textes dits "homophobes" sont considérés comme normale en jamaïque, appuyés par une mentalité religieuse qui oblige une grande partie de la population à rejetter l'homosexualité. Rappelons que le vatican ne reconnais toujours pas l'homosexualité, que cette derniere était considéré comme une maladie jusqu'en 1992 dans certains pays développés, il faut donc replacer les paroles de Sizzla dans un certain contexte qu'est celui de la jamaïque aujourd'hui. Je suis moi meme admirateur de sizzla, pas pour ses textes racistes ou homophobe, mais pour la performance artistique du chanteur et notament sur scene où l'ambiance est au maximum. Respectons la liberté d'expression et rappelons nous qu'il faut de tout pour faire un monde, y compri des imbeciles.PEACE, LOVE & UNITY.

albert 11/07/2008 14:54

salut cest albert

Niguyen Duco 11/07/2008 14:49

les commentaires au dessus st affligeants...vive la battyfication

Duperray tuco 07/07/2008 15:18

+1000 RomainLes grands esprits se rencontrent

FABRE Romain 03/07/2008 15:06

quelques précisions:- Sizzla n'écrit pas que des chansons homophobes ( les quelques chansons homophobes sont sorties sous forme de singles en jamaïque, donc indisponibles à la fnac et autres, regardez plutôt les nombreux autres albums)- Ses fans qui " tombent des nues" en entendant la traduction des lyrics ne représentent qu'une infime partie de ses fans, les autres sont au courant ( vécu dans un concert)- Quid de la liberté d'expression? On n'interdit pourtant pas aux gays de s'exprimer lors de la gay pride. Personne n'est obligé d'aller voir Sizzla en concert.- renseignez vous un peu plus sur Sizzla et la situation sociale de la Jamaïque pour y voir un peu plus clair dans ses motivations.