Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 11:22

40 ans de Mai 68 : L'explosion du féminisme (15/05/2008 )

Témoignages. En 1968, on leur promettait des lendemains qui chantent après le Grand Soir. La révolution n'étant pas advenue, de nombreuses femmes qui militaient dans les  groupuscules de gauche et d'extrême-gauche ont décider de faire leur propre révolution, sans les hommes. En ligne de mire surtout : la liberté sexuelle et l'égalité hommes/femmes. Deux féministes nous racontent leur expérience.

Anne-Marie Martin
Prendre la parole, vidéo au poing

En 1975, elle quitte les “Cahiers de Mai” pour fonder avec trois autres copines mais aussi trois copains, l'Association de Diffusion Populaire (ADP) qui va être une formidable caisse de résonance des mouvements de femmes.

“Idéologiquement, je suis issue des “Cahiers de Mai”. Ce groupe, porteur d'une revendication socialiste autogestionnaire, a développé durant les années 70 des “enquêtes ouvrières” qui consistaient à élaborer des textes collectifs  avec les ouvriers à propos de leurs revendications et à les faire circuler  à l'intérieur et à l'extérieur de l'usine pour populariser ces luttes, principalement à travers la revue les “Cahiers de Mai”.

Je faisais déjà partie d'un collectif audio-visuel, au sein des Cahiers, dont l'objectif était la diffusion de films militants.

En 1975, nous avons fait scission en prenant le nom d'Association Diffusion Populaire (ADP) Vidéo. Personnellement, j'en avais marre, en tant que femme, d'être cantonnée à la prise de note et aux enquêtes dans le textile. C'était une vraie rupture avec le “père politique”. Avec deux autres copines mais aussi trois garçons, nous avons aussi décidé pour filmer les mouvements antinucléaires et féministes qui se développaient et pas seulement les mouvements ouvriers.

De 75 à 79, nous nous sommes littéralement explosés en tournant une quinzaine de films et de nombreux rushes. Il fallait être sur tous les fronts : pendant qu'une équipe étaient à Seveso (pour la catastrophe industrielle), d'autres étaient en Alsace pour une grève à l'usine Schlumpf. Les conditions d'enquête étaient spartiates puisque nous étions tous militants, presque à plein temps. Le matériel, un magnétoscope et une caméra, était acheté avec nos maigres économies et nous dormions souvent sur le bord des routes !

En tant que femmes, nous avons repris notre parole, en étant présentes dans le mouvement des femmes de l'époque. Pour moi, nos deux films sur les ouvrière de Lip (usine de montres du Jura, récupérée par ses employés, qui était dans les années post-68 le symbole d'une autogestion possible, ndlr) montrent autant la prise de parole des ouvrières que ma propre prise de parole. Il faut préciser que les dirigeants syndicaux de l'usine avaient refusé que soit tenu un stand femme. L'idée était notamment de “faire prendre conscience aux hommes qu'ils ont intérêt à ce que les femmes soient dans la lutte et posent leurs problèmes. Plus une femme est consciente de son exploitation, plus elle luttera pour un changement”. Nous étions aussi très proches du MLAC (Mouvement pour la Libération de l'avortement et de la contraception), ce qui nous a amené à filmer les coulisses d'un procès qui se déroulait à Aix-en-Provence.

Pour moi, cette parole collective, ces rencontres et ces amitiés autour de Lip au féminin comme autour du MLAC ont été décisives.
En 1979, le collectif s'est dissout. En plus de difficultés financières. C'était une forme d'échec : nous avions facilité une expression des mouvements sociaux mais nous n'avions pas su diffuser largement nos films”.

La plupart des membres d'ADP Vidéo ont continué dans le domaine de l'image. Anne-Marie Martin est devenu réalisatrice. Elle est toujours militante. En 2001, elle a filmé le mouvement des sans papiers, avec la même idée qu'à ses débuts : l'image doit permettre de populariser la lutte.


Annick Houel
Une expérience radicale : le Centre des femmes

En 1974, elle crée à Lyon avec plusieurs dizaines d'autres militantes féministes, le Centre des femmes. Cette ruche autogestionnaire sera aux avant-postes des questions liées aux femmes.

“Dans les années qui ont précédé 1968, j'étais féministe sans appartenir à un groupe spécifique, en révolte contre la situation des femmes à une époque où il n'y avait ni contraception, ni avortement. Comme beaucoup de femmes, j'ai moi-même avorté clandestinement, à 21 ans. Il fallait libérer les femmes de la famille, ce qui passait par la contraception et par le partage des tâches. En 1968, j'avais 25 ans. J'ai activement participé aux événements étudiants parisiens. Dans les groupes militants, on nous expliquait que le changement pour les femmes viendrait après la révolution. Mais après 1968, ce n'était plus possible d'entendre ce discours : comme la révolution n'était pas arrivée, il fallait maintenant s'occuper de nous, les femmes. Nous verrions plus tard pour le Grand Soir. Comme de nombreuses femmes à ce moment-là, j'en ai eu marre de toujours voir les hommes prendre la parole, de ne pas être entendue et d'être cantonnée à l'impression des tracts. En 1969, je suis venue à Lyon pour enseigner la psychologie à l'université Lyon 2. Pour des femmes, comme moi, les premières luttes sur les questions d'avortement et de contraception au sein du MLAC (Mouvement pour la libération de l'avortement et de la contraception) ont été l'occasion de ne plus faire partie des autres groupes militants.

Le MLAC s'est auto-dissout en 1974, à la suite du vote de la loi Weil. A Lyon, avec certaines militantes du MLAC, nous avons récupéré une partie de l'argent restant, pour créée une association, le Centre des femmes, non-mixte. Et en 1975, nous avons ouvert un local à proximité de la place des Terreaux. Avec une activité très forte. Objectif : Lutter sur les problèmes spécifiques des femmes, en particulier sur le viol. Nous étions une centaine de militantes auxquelles se rajoutait environ 400 femmes sympathisantes.

Ce Centre des femmes étaient organisé en groupe de conscience. Des femmes se rencontraient pour discuter de problèmes spécifiques sur un modèle non-hierarchique, d'autogestion. Il y avait une vingtaine de groupes : écriture, lecture, self-défense, gynécologie, lesbiennes… en fonction de ce que les femmes proposaient.

On occupait fortement l'espace public dans le style des manifestations spontanées et festives de l'époque. La plus grande manif “Prenons la rue” a eu lieu en 1977, où de nuit nous avons déambulé à 500 dans le centre-ville, pour le durcissement de la loi sur le viol. A la suite du combat pour la contraception et l'avortement, la question du viol était en effet devenue centrale. Car à l'époque le viol n'était pas reconnu comme un crime, passible des assises. La loi ne date que de 1982.

Notre rôle était de faire émerger des problématiques spécifiques qui allaient ensuite se structurer en association. Nous avons par exemple organisé plusieurs actions sur les femmes battues, ce qui a donné par la suite le centre VIF (Violence Intra Familiale) à Villeurbanne, un centre d'hébergement pour les femmes battues.

On était en réunion tous les soirs. Moi-même, j'étais mère célibataire. Du coup, j'emmenais ma fille avec moi. Je peux dire avec le recul que j'étais beaucoup plus mobilisée sur le mouvement des femmes que sur mon travail à l'université où j'étais cataloguée comme une “emmerdeuse féministe”.
A la fin des années 70, ça s'est essoufflé, comme tous les mouvements sociaux. Faute d'un nombre suffisant d'adhésions pour payer le loyer, nous avons dû fermer. Les jeunes filles n'ont pas pris la relève car avec les grandes lois sur la contraception, l'avortement et plus tard le viol, tout leur semblait acquis. Alors que dans les pratiques, comme sur le partage des tâches, il y a beaucoup de choses à faire”.



Auteur : Laurent Burlet
Source : http://www.lyoncapitale.fr/index.php?menu=01&article=5470

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires