Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 12:45


En 2007, Guillermo Vargas Habacuc, supposément un artiste, a pris un chien abandonné dans la rue, l'attacha avec une très courte corde au mur d'une galerie d'art et l'a laissé mourir lentement de faim et de soif.

 Pendant plusieurs jours, autant l'auteur de cette cruauté tout comme les visiteurs de la galerie d'art ont observé impassible l'agonie du pauvre animal jusqu'à sa mort d'inanition après avoir passé par un calvaire douloureux, absurde et incompréhensible.

 Ce n'est pas tout : la prestigieuse Biennal Centroaméricaine d'Art a décidé, de façon incompréhensible, que la sauvagerie que venait de commettre cet individu était de l'art et en conséquence, Guillermo Vargas Habacuc a été invité a répété sa cruauté dans la version 2008 de l'événement. EMPÊCHONS-LE !


Signez cette pétition à cette adresse : http://www.petitiononline.com/13031953/petition.html http://www.petitiononline.com/13031953/petition.html> . Il ne faut pas payer ni s'enregistrer et ça vaut la peine afin que cet homme ne soit pas félicité ni appelé artiste devant un acte cruel, insensible et sadique.

 C'est facile et ça ne prend que 10 secondes.

S.V.P. Envoyez ce courriel a tous vos contacts pour essayer d'éviter qu'un autre animal innocent souffre de la cruauté de cet "être humain".

P.S.: Si vous googler le nom de l'artiste, vous verrez d'autres photos de ce pauvre animal et pourrez consulter des sites web sur le sujet.






Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Une française 19/10/2008 22:05

C'est un acte de barberie et une opposition formelle à ce qu'on nomme de "l'art". Que ce misérable auteur (et non pas artiste) soit heureux de s'être attiré le peu d'attention qu'on lui aurait jamais accordé sans cet acte car il est probablement l'artiste raté qui n'a su que virer dans la barbarie...félicitations Guillermo ! aujourd'hui reproduit donc ton oeuvre avec toi même tu feras d'une pierre deux coups : c'est tout un art de se débarasser d'un con !

isapho 28/06/2008 14:25

source wikipedia/// mesure del'indignation et de la réaction humaine en question!!! art creation ///art reaction!!!En août 2007, Vargas a affiché son "Exposition N ° 1" dans la galerie de Códice à Managua, au Nicaragua. The exposition included the burning of 175 pieces of crack cocaine and an ounce of marijuana while the Sandinista anthem played backwards. [6] [7] The work also included an emaciated dog tied to a wall by a length of rope with "Eres Lo Que Lees" ("You Are What You Read") written on the wall in dog food. [6] [7] The work attracted controversy when it was reported that the dog had starved to death as part of Vargas's work. [6] [5] Photographs of the exhibit appeared on the Internet , showing the dog tied to the wall in a room full of standing people. L'exposition comprenait l'incendie de 175 morceaux de crack et une once de marijuana alors que le sandiniste hymne joué en arrière. [6] [7] Le travail a également inclus une émaciés chien attaché à un mur par une longueur de corde avec "Eres Lo Que Lees "(" You Are What You Read ") écrit sur le mur en aliments pour chiens. [6] [7] Le travail a attiré la controverse quand il a été signalé que le chien a morts de faim dans le cadre de Vargas de travail. [6] [ 5] Les photographies de l'exposition sont apparus sur l'Internet, montrant le chien attaché au mur dans une salle pleine de gens debout. There are no indications in the photos of where or when they were taken, nor of who took them. Rien n'indique dans les photos d'où et quand ils ont été prises, ni de qui les a pris. The outrage triggered by the photos and the allegations that the dog had been left to starve to death quickly spread internationally via blogs, e-mails, and other unconfirmed sources, including internet petitions to prevent Vargas from participating in the 2008 Bienal Centroamericana in Honduras that received over four million signatures. [8] [7] Vargas has endorsed the petition, saying that he, too, has signed it. [9] Le scandale déclenché par les photos et les allégations que le chien avait été laissé mourir de faim rapidement propagé sur le plan international par le biais des blogs, des e-mails, et d'autres sources non confirmées, y compris Internet pétitions Vargas pour empêcher de participer à la Biennale 2008 centraméricaine au Honduras que a reçu plus de quatre millions de signatures. [8] [7] Vargas a approuvé la pétition, en disant que, lui aussi, l'a signée. [9] Juanita Bermúdez, the director of the Códice Gallery, stated that the animal was fed regularly and was only tied up for three hours on one day before it escaped. [6] [7] Vargas himself refused to comment on the fate of the dog, [7] [5] but noted that no one tried to free the dog, give it food, call the police, or do anything for the dog. [5] Vargas stated that the exhibit and the surrounding controversy highlight people's hypocrisy because no one cares about a dog that starves to death in the street. [5] In an interview with El Tiempo , Vargas explained that he was inspired by the death of Natividad Canda, an indigent Nicaraguan addict , who was killed by two Rottweilers in Cartago Province , Costa Rica, while being filmed by the news media in the presence of police , firefighters , and security guards . [10] Juanita Bermúdez, le directeur de la galerie de Códice, a déclaré que l'animal était alimenté régulièrement et n'a été ligoté pendant trois heures sur un jour avant il échappé. [6] [7] Vargas lui-même refusé à tout commentaire sur le sort du chien, [7] [5], mais a noté que personne n'a essayé de libérer le chien, lui donner des aliments, appelez la police, ou faire quoi que ce soit pour le chien. [5] Vargas a déclaré que l'exposition et la controverse entourant mettre en évidence l'hypocrisie du peuple parce que personne ne se préoccupe un chien qui starves à mort dans la rue. [5] Dans une interview avec El Tiempo, Vargas a expliqué qu'il a été inspiré par la mort de Natividad Canda, un indigent Nicaragua toxicomane, qui a été tué par deux Rottweilers dans la province de Cartago, Costa Rica, tout en étant filmé par les médias d'information en présence de policiers, pompiers, sécurité, etc. [10] Upon conducting a probe, the Humane Society of the United States was informed that the dog was in a state of starvation when it was captured and escaped after one day of captivity; however, the organization also categorically condemned "the use of live animals in exhibits such as this." [11] The World Society for the Protection of Animals (WSPA) also investigated the exhibit. [8] WSPA found the information regarding the issue to be "inconsistent" and met with sponsors of the Honduras Bienal to ensure that no animals would be abused at the 2008 exhibition in that country. [8] Lors de la réalisation d'une sonde, la Humane Society des Etats-Unis a été informé que le chien était dans un état de faim quand il a été capturé et est sorti après un jour de captivité, mais l'organisation a également condamné catégoriquement "l'utilisation d'animaux vivants dans des expositions comme celle-ci. "[11] La Société mondiale pour la protection des animaux (WSPA) a également enquêté sur l'exposition. [8] Société, veuillez consulter les informations concernant la question d'être" incompatibles "et s'est entretenu avec des auteurs du Honduras Biennale de veiller à ce que aucun animal serait abusé de 2008 à l'exposition dans ce pays [8].

DJO 20/06/2008 22:44

Juste terriblement injuste...l'artiste devrait aller plus loin ...en laissant les visiteurs le voir mourir de faim et de soif !

Lewis 22/04/2008 14:17

j'ai du mal à croire que c'est vrai... êtes vous sûr de vos sources... ce n'est pas possible !je me renseigne plus et signe la pétition... si c'est la vérité, c'est un scandale ... je suis attérée.

tanguy bodivit 21/04/2008 17:09

malheureusement, aux vues de ces images, il n y a pas que ce pseudo artiste bourreau qu'il faudrait petitionner... mais tout simplement interdire a tous les sois disant  amoureux de l'art qui sont passes dans cette galerie l'acces a un quelconque lieu d'expression artistique...