Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 11:24
Une pratique "normale" au Niger    


Battre et violer les femmes


Les experts des droits humains au Niger n’ont pas été surpris d’apprendre que 70 pour cent des femmes dans certaines régions du pays trouvent normal que leurs maris, leurs pères et leurs frères les battent, les violent et les humilient régulièrement.

« Les femmes d’ici sont endoctrinées par leurs familles, par les dignitaires religieux, par la société, qui leur font croire qu’il s’agit d’un phénomène normal », a expliqué Lisette Quesnel, conseillère en violence sexiste à Oxfam - Niger, qui a obtenu cette statistique à partir d’une enquête menée en 2006 auprès des femmes de la région reculée de Zinder, dans l’est du Niger.

La fréquence de ces crimes et l’impunité accordée à leurs auteurs expliquent en partie l’acception sociale générale dont fait l’objet ce phénomène, selon les activistes. Les viols sont de plus en plus courants à Niamey, la capitale.

Au Niger, les voies de fait et les maltraitances psychologiques et physiques font « souvent » partie de la vie des familles polygames moyennes, d’après Fatima Ibrahima, qui conçoit des projets visant à prévenir ce type de violence au Niger.

Et les femmes sont souvent plongées dans la misère du jour au lendemain quand leurs époux polygames les mettent à la porte de chez elles. Quant aux juges, ils prononcent les divorces sans même entendre « un seul mot » de la part des femmes concernées.

Le tabou

La véritable ampleur de ces maltraitances n’est pas connue, aucune statistique nationale sur la fréquence des violences envers les femmes n’ayant jamais été établie par la police ou les services médicaux.

Les registres des hôpitaux et des centres de santé indiquent les différentes blessures soignées chez les patients, mais pas si ces blessures ont été causées par des violences ; et ce, même lorsque le visage contusionné et les fractures d’une patiente sont visiblement le résultat d’une agression physique, expliquent les activistes.

« La violence contre les femmes reste un tabou absolu au Niger », a indiqué Mme Ibrahima.

« Nous en parlons en consultations, mais le phénomène est rarement reconnu publiquement ».

« Si une femme se rend à la police, ils lui disent qu’elle a dû mal se conduire et lui demandent ce qu’elle a fait pour mériter cela », a ajouté Mme Quesnel d’Oxfam.

Il est même mal vu de parler à sa famille des violences subies, particulièrement lorsque l’accusé est l’époux choisi par les parents de la femme dans le cadre d’un mariage arrangé.

« Lorsqu’une femme est battue, elle ne peut même pas le dire à sa mère », a déploré Mariama Moussa, présidente de l’organisation non-gouvernementale (ONG) nigérienne SOS femmes et enfants victimes de violence familiale.

« Si elle en parle à sa mère, bien souvent celle-ci la force à ne rien dire à personne et l’envoie arranger les choses avec son époux ». Dans certains cas, cette insistance à voir l’épouse retourner auprès de son mari violent a abouti au décès de celle-ci – des cas où les hommes responsables n’ont pas été arrêtés.

Impulser le changement

Les défenseurs des droits humains, qui ont tenté d’ouvrir des centres pour femmes battues au Niger, ont découvert que la plupart d’entre elles les évitaient de peur qu’on les voie ne serait-ce que se rendre aux centres.

Aujourd’hui, SOS femmes et enfants, et un groupe d’autres ONG nigériennes, s’efforcent d’apporter, en toute discrétion, une aide sur mesure aux femmes, du conseil juridique aux soins médicaux. Ces ONG ont ouvert un centre d’information dans un des principaux marchés de Niamey.

Selon les activistes, pour qu’un véritable changement se produise, il doit être impulsé au plus haut niveau décisionnel politique, et appliqué par les autorités religieuses et judicaires.

« Pour aider les femmes, nous avons besoin d’une direction politique solide, sinon leurs droits ne seront jamais respectés », a estimé Salamatou Traoré, éminente défenseuse nigérienne du droit des femmes.

Les activistes souhaitent que le Niger adopte des lois sans équivoque qui interdisent toute forme de violence contre les femmes, et notamment les viols, les mariages précoces, les maltraitances physiques et les divorces arbitraires.

Les filles doivent également être informées de leurs droits et se voir fournir les outils intellectuels nécessaires pour survivre au sein d’une société dominée par les hommes, d’après les activistes. A l’heure actuelle, au Niger, seules 15 pour cent des femmes savent lire et écrire, contre 43 pour cent des hommes.

Les femmes ont également besoin d’un coup de pouce pour entrer dans la vie active. Aujourd’hui, un peu moins de sept pour cent des femmes exercent une activité rémunératrice officielle, contre 81 pour cent des hommes. Conséquence de ce déséquilibre, le Niger affiche un des taux de chômage les plus élevés du monde.

Les hommes à la traîne

Outre quelques mesures symboliques, le gouvernement du Niger, majoritairement composé d’hommes, s’est abstenu d’intervenir en matière de droit des femmes, selon les activistes.

En dépit du quota fixé par la loi pour assurer la bonne représentation des femmes au sein du gouvernement, seuls 13 pour cent des sièges à l’Assemblée nationale sont occupés par des femmes.

Selon l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), à peine 22 pour cent des 46 906 agents de l’Etat, appelés localement « fonctionnaires », sont des femmes.

En 1999, lorsque le Niger a signé la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, l’accord de lutte contre la discrimination des Nations Unies, il avait émis des réserves sur certains articles clés portant sur le droit de la femme mariée à choisir son propre lieu de résidence et à demander le divorce.

Les négociations engagées sur la création d’un code de la famille qui devait accorder plusieurs nouveaux droits aux femmes du Niger se sont soldées par ce que Mme Traoré, défenseuse des droits de la femme, a qualifié de « farce » lorsque, le dernier jour de rédaction, l’Assemblée est revenue sur ses promesses d’accorder aux femmes de nouveaux droits, de grande portée.

« Les hommes ont commencé à dire que nous voulions faire adopter ces lois dans le seul but de permettre aux femmes d’épouser d’autres femmes, et que le lesbianisme et les femmes prendraient désormais le contrôle du Niger », a expliqué Mme Traoré. « C’était ridicule ; bien sûr que non, ce n’était pas ce que nous voulions ».

Des progrès

Bien que les chances ne soient pas du côté des femmes, les défenseurs des droits humains du Niger disent constater chez certaines d’entre elles une prise de conscience progressive de leurs droits – même si les hommes, pour leur part, ne s’en montrent pas aussi respectueux.

« Au cours d’un séminaire auquel j’ai assisté dans une école, une fillette a levé la main et a demandé pourquoi ses parents voulaient qu’elle se marie et si elle devrait le faire », a rapporté Mme Quesnel, d’Oxfam.

Le 25 novembre, à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes, des centaines de femmes se sont rendues dans le centre de Niamey pour participer à une marche.

« Les femmes ont traversé le centre de Niamey, et certaines avaient les larmes aux yeux, lorsqu’elles se sont aperçues pour la première fois qu’elles n’étaient pas toutes seules à subir ce qu’elles subissaient », a expliqué Mme Quesnel. « Pour moi, cela signifie qu’un changement est possible ».

 

IrinNews 7 décembre 2007 

Source :http://www.lemali.fr/afrique/afrique-infos/une-pratique-%22normale%22-au-niger-2007121010662.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires