Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 08:00

Sarkozy, Camus et le travail 
Jean-Pierre Barou journaliste, écrivain. 
QUOTIDIEN : mercredi 5 décembre 2007
     
 
 

On devra à Nicolas Sarkozy d’avoir élevé le contresens littéraire à un niveau présidentiel. Avec pour victime Albert Camus, son écrivain préféré, comme la France l’apprend lors de la campagne présidentielle. A Marseille, Sarkozy lance : «Camus, le grand Camus, a écrit cette phrase éternelle, parlant de l’Algérie : "J’ai aimé avec passion cette terre où je suis né, j’y ai puisé tout ce que je suis…" » Bateleur, il tonne : «Qui osera dire que Camus n’aimait pas l’Algérie et les Algériens ? C’est une falsification de l’histoire.» Sitôt intronisé, il invite à sa table un spécialiste du «grand Camus». Mais tandis qu’il déclare encore «Je veux que ceux qui veulent travailler plus pour gagner davantage puissent le faire» et qu’il fait du travail l’axe de sa politique intérieure, on se rappelle que Camus, lui, en fit un des levains de sa révolte. A 23 ans - en 1938 -, déjà, il écrit : «On parle beaucoup en ce moment de la dignité du travail, de sa nécessité […]. Mais c’est une duperie. Il n’y a de dignité du travail que dans le travail librement accepté […].» Il attrape cette phrase, au hasard d’une rue : «Qu’est-ce qu’on est sur terre ? Et on se remue, et on se remue.» A la tête du journal Combat, il signe un article intitulé Sauver les corps pour dire que notre modernité les menace. «On travaille non plus sur la matière mais sur la machine, on y tue par procuration et on y est tué aujourd’hui par procuration.» Meurtriers sans visage.

Aux éditions Gallimard, dans sa collection «Espoir», il publie l’ouvrage de la philosophe chrétienne Simone Weil la Condition ouvrière, le récit de son immersion comme OS en 1935 chez Renault, à Billancourt. Elle-même note combien «la chair et l’esprit se rétractent» dans le travail à la chaîne. Le dernier Camus - c’est une lettre ouverte publiée après sa mort dans la revue syndicaliste Révolution prolétarienne - relance : «Les tyrannies comme les démocraties d’argent savent que pour régner il faut séparer le travail et la culture. Pour le travail, l’oppression économique y suffit à peu près. Pour la seconde, la corruption et la dérision font leur œuvre…» Mais, dira-t-on, on n’est plus en 1936, la classe ouvrière a disparu, le taylorisme aussi. La France au travail se porte si bien !

Ce n’est pas l’avis de Jean-François Naton, conseiller confédéral à la CGT sur les questions de santé professionnelle. Les chiffres qu’il lance effraient : en 2005, la Sécurité sociale a homologué 2 059 cancers d’origine professionnelle quand l’Institut national de veille sanitaire, «pas des gauchistes, précise-t-il, mais des épidémiologistes», quintuple ce chiffre et dénombre au moins 11 000 «nouveaux cancers par an d’origine professionnelle». Pour 300 à 400 cas d’asthme professionnel, le Haut Comité de santé publique avance quant à lui le chiffre de 37 000 cas réels. Mais la France est un des pays où les déclarations de maladies professionnelles sont très inférieures à celles constatées dans des pays de niveau comparable. Par exemple, il y a huit fois plus de déclarations en Suède qu’en France. Pour Jean-François Naton, «il y a une sous-estimation massive des accidents du travail et des maladies professionnelles, seuls 10 % sont reconnus». «La parole des travailleurs est niée, faute de démocratie dans l’entreprise.» Il parle de «drame national». De nos jours, le travailleur choisit une autre sortie : le suicide. «Rarissimes» autrefois, ces suicides au travail «se multiplient à un rythme inquiétant», dit Christophe Dejours, psychiatre et enseignant au Conservatoire des arts et métiers, auteur d’un remarquable Souffrance en France (1). «Il faut en chercher l’origine dans la division du travail poussé à l’extrême.» Les cadres ne sont plus épargnés. «L’informatique, commente Dejours, a été un moyen sans lequel on n’aurait jamais pu déployer le système d’organisation dont Taylor rêvait. Dès lors, le poste de travail permet d’enregistrer, voire d’espionner tout ce qu’on fait et tout ce qu’on ne fait pas.»

Aujourd’hui, le monde du travail ne songe pas qu’à son pouvoir d’achat. Son combat pour une retraite décente en est un aussi pour sa dignité, sa survie. Actuel, Camus ne l’a jamais été autant. C’est une citation de lui que porte le monument aux victimes de l’amiante, inauguré le 1er octobre 2005, à Condé-sur-Noireau (Calvados), dans une région particulièrement sinistrée. «L’angoisse de la mort est un luxe qui touche beaucoup plus l’oisif que le travailleur asphyxié par sa propre tâche.» Une phrase à mille lieues de ce qu’on oserait croire ou dire s’il n’y avait ce malheur de mourir au travail. L’oisif, c’est le contraire de l’agité. Ce n’est pas le paresseux. «Seule l’oisiveté est une valeur morale, poursuit l’écrivain en 1938, parce qu’elle peut servir à juger les hommes. Elle n’est fatale qu’aux médiocres. C’est sa leçon et sa grandeur. Le travail, au contraire, écrase également les hommes. Il ne fonde pas un jugement. Il met en action une métaphysique de l’humiliation.» Ce Méditerranéen a éprouvé très tôt une attirance pour l’Inde. Jean Grenier, son professeur de philosophie à Alger et qui lisait le sanskrit comme d’ailleurs Simone Weil, lui donna son exemplaire de la Bhagavad-Gîtâ - ce grand texte qui porte en essence toute la pensée hindoue. Sharad Chandra, sa traductrice en hindi, rappelle que Camus non seulement lut ce texte, mais l’annota. Camus aimait Gandhi et sa non-violence. Il écrivait aussi, dans ses Carnets, à propos du Bouddha historique : «Câkya-Mouni, de longues années, resta au désert, immobile, et les yeux au ciel.» Oisif… Il y confiait : «Ce qui me plaît : porter sa lucidité dans l’extase.»

Alors nie-t-il définitivement le travail ? Non. «Je propose qu’on renverse la formule classique, dit Camus, et qu’on fasse du travail un fruit de l’oisiveté […]. Ici le travail rejoint le jeu, et le jeu plié à la technique atteint l’œuvre d’art et la création tout entière.» Productivité et créativité, c’est possible. A ceux qui disent : «Gagner davantage…», il répond : «Toute vie dirigée vers l’argent est une mort.»

Le malentendu est total.

(1) Ed. le Seuil, 1998.

Dernier ouvrage paru : Sartre, le temps des révoltes, 2006, éditions Stock.

Source : http://www.liberation.fr/rebonds/295818.FR.php

Lu sur : http://genevievepastre.blogspirit.com/archive/2007/12/05/le-philosophe-et-le-president.html#comments

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Divers
commenter cet article

commentaires