Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 15:53

Où sont les butchs ?


Finis coupes en brosse, postures viriles, clopes vissées aux lèvres et porte-clés visibles à la ceinture? Les lesbiennes butch se feraient de plus en plus rare. Marlène, admiratrice inconditionnelle de cette lesbienne mythique, nous en fait l’éloge.


Sophie Meyer


octobre 2007




Les héroïnes de la série-culte «L-Word» sont l’incarnation quasi prototypique ce «new way of being lesbian». Si l’androgynie est valorisée, la masculinité semble définitivement proscrite. La camionneuse est en quelque sorte devenue le pendant lesbien de la «folle hurlante» gay, une espèce qui tend elle aussi à disparaître.
Cette évolution est généralement perçue de manière positive à l’intérieur du milieu femmes. Elle serait la preuve d’un certain apaisement, d’une intégration réussie de la lesbienne dans la société. Le temps des ghettos est révolu, le militantisme moins radical… la lesbienne est devenue une femme (presque) comme les autres. Son orientation sexuelle, de moins en moins considérée comme transgressive, n’est plus forcément lisible sur son corps. Des femmes, pourtant, s’insurgent. C’est le cas de Marlène, qui fréquente depuis des années les milieux homos de Suisse et d’Europe.

Barbie chez les butchs

Marlène est féminine, et même plus que ça. Dans le milieu lesbien, on l’a surnommée «Barbie». Blondeur quasi-irréelle, visage fardé, lèvres rouges sang, elle évoque irrésistiblement Marylin Monroe ou son homonyme Marlène Dietrich. Dans le vocabulaire queer, Marlène est une fem. Une femme hyper-féminine qui aime les butchs. Attention, pas les «camionnettes branchouilles» qui hantent les soirées lesbiennes, les vraies butchs, rugueuses, viriles. Dans sa bouche, le terme de «camionneuse» devient le plus beau des compliments.
Marlène pose un regard extrêmement critique sur l’évolution de l’image de la lesbienne. Selon elle, nombre d’homosexuelles, sous la pression d’effets de mode de type «Madonna» ou «L-Word» précédemment cité, n’oseraient plus vivre leur part masculine. «On assiste à un phénomène d’édulcoration. Prenez le cas d’Amélie Mauresmo. Dans tous les reportages photos qui lui sont consacrés, on s’applique à gommer ses aspects masculins. On la coiffe et on l’habille de façon sexy, on lui met du gloss sur les lèvres. L’idéal serait de pouvoir lui raboter les mâchoires, histoire d’achever sa féminisation.»

Chez Gaston

Marlène se souvient du bon vieux temps. Les soirées chez Lili, ou celles, mémorables, passées Chez Gaston, un bar qui possédait un espace dédié aux femmes. Ambiance tamisée, piano blanc, petites tables décorées de napperons: c’était le bastion des lesbiennes «ancienne manière». On y croisait des femmes en costume, parfois même en smoking. Gaston officiait au bar. Personnage au rire de légende, elle se plaisait à conter aux «petites nouvelles» émerveillées ses aventures sulfureuses avec les femmes de la bonne société parisienne. Chez Gaston, Marlène se sentait au paradis: «J’avais l’impression d’être une petite fille dans un magasin de bonbons».
Seule femme hyper-féminine présente dans le lieu, elle a d’abord fait face à une certaine incompréhension, mais a fini par faire son nid. A la fermeture définitive du bar, c’est toute une époque qui s’est envolée.
Marlène regrette que la culture butch soit si peu présente en Suisse romande. S’il existe certains endroits du type «Chez Gaston» en Suisse alémanique, notamment à Zurich, le phénomène est avant tout anglo-saxon et germanique. Selon notre experte, les plus belles butchs seraient berlinoises. Mais il paraît que les Canadiennes ne se défendent pas mal non plus…

Butch is beautiful

Pour Marlène, qui manie avec une gourmandise certaine l’art de la provocation, la butch présente «tous les avantages d’un mec sans les inconvénients». Elle est galante, elle a le sens des responsabilités. Aux côtés de sa butch, Marlène se sent prise en charge, protégée. Si elle admet et assume une vision du couple ultra-traditionnelle, elle réfute l’accusation avançant que le couple butch/fem reproduirait de façon caricaturale la domination masculine. Dans ce type de relation, il y a une dimension indéniablement ludique, une part de «performance». On surjoue, on en rajoute toujours un peu. Et puis Marlène conteste totalement l’image de la butch macho. L’attitude protectrice de cette dernière relève pour elle d’un esprit qu’on pourrait qualifier de chevaleresque. La fem représente pour la butch une sorte d’idéal romantique. «Dans ses bras je me sens précieuse, respectée. La butch est souvent tendre, extrêmement sensible, et très sentimentale. Elle n’a rien d’une prédatrice ou d’une dragueuse vorace. Elle vous fait la cour, vous envoie des fleurs. Il peut se passer une à deux semaines avant le premier baiser. C’est une amante fidèle, stable. Les couples butch/fem sont souvent les plus durables». Et Marlène de conclure: «Une butch, c’est une valeur sûre!»
Cette vision paraît quelque peu idyllique. Butchland serait-il un monde parfait ? La froide raison nous amènerait forcément à nuancer le tableau. Mais pour une fois, rêvons un peu. Laissons au vestiaire la froide raison. Et revêtues de notre plus beau costume trois pièces, entrons dans la danse, avec au bras la plus « glamourous » des Barbies…



La lesbienne masculine serait-elle devenue tabou ?


La question mérite d’être posée. On reproche souvent à la butch de reproduire les stéréotypes masculins, mais c’est aussi sa visibilité qui gêne. De part sa singularité physique, vestimentaire, de part ses attitudes, la butch affirme haut et fort une différence que toutes les lesbiennes ne souhaitent pas assumer aussi ouvertement. Le «droit à l’indifférence» est légitime, mais on peut tout de même se demander si l’intolérance qui vise parfois la butch n’est pas révélatrice d’une certaine mauvaise conscience lesbienne. Le mot de la fin revient peut-être à Hypatia Kosh, une militante lesbienne américaine, dont les propos sont reproduits sur le site Tassedethé.com: «Je pense qu’il est temps de reconnaître que notre communauté sexuelle n’est pas homogène. Nous devons parler d’homosexualités. Ce qui est bon pour certaines ne l’est pas pour d’autres. Le lesbianisme «taille unique» se rend à sa manière presque aussi oppressant que l’hétérosexualité obligatoire».

Source : http://www.360.ch/presse/2007/10/ou_sont_les_butchs_.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Misfit - dans Lesbianisme
commenter cet article

commentaires

Misfit 26/11/2007 10:16

Bonjour Jo,Oui, malheureusement la discrimination est aussi bien présente chez les lesbiennes. Ce n'est pas parce que nous sommes lesbiennes que nous ne pratiquons pas certains formes de lesbophobie. ;-) Nous aussi devons  apprendre à accepter la différence sous peine de reproduire ce que nous subissons.  Si nous admettions que notre lesbianisme est loin de n'être qu'une sexualité, nous nous permettrions de réfléchir à ce qu'est être lesbienne.Nos identités, nos réalités de lesbiennes sont multiples. Nous devons apprendre à nous détacher de ces normes que l'on nous impose,  ce schéma binaire et hétérosexuel du masculin/féminin et apprendre à penser en terme de genre. Etre butch, comme être fem, sont des déclinaisons contextuelles, des subvertions du masculin et du féminin, ce n'est pas reproduire le schéma de domination du masculin sur le féminin.Et sans aller jusqu'au politique, puisqu'il rebute un grand nombre d'entre nous, pourquoi ne pas simplement accepter que nous avons toutes des cheminements personnels différents, et se rappeler que la différence est une richesse avant tout...Apprenons nous aussi à accepter la différence et à nous batttre pour qu'elle soit respectée. ;-)Merci de ton commentaire Jo.Bonne journée à toi, au plaisir ! :-)

Jo 25/11/2007 07:16

N'avons nous rien appris, en nous comportant comme ceux que nous dénonçons ? Nous sommes toutes (et tous) différentes. Le pluralisme signifie la richesse. Je suis d'accord, montrer que l'on existe ne doit pas se faire au détriment des autres.