Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lez/zone
  • Lez/zone
  • : Lez Zone est un espace dédié à la culture et aux arts sapphiques, au féminisme. Vous y trouverez également quelques actualités. Poèmes illustrés, peinture, photographie, artistes invitées.
  • Contact

Textes illustrés

Lucie Aubrac :

Résister 

Rose Ausländer :

Dans le rien

Découvrir un chant

La chambre m'abrite

Ne le sais

Quand je partirai

Tu es là encore

Anne Archet :
Convulsive

Union nucléaire

Nicole Barrière :

Femmes en parallèle

Marie Bataille :

Nuit

Le silence te creuse

Germaine Beaulieu :

Dans l'attente

Elle s'interroge

Il n'y a plus de sens

Rien du noir

Tu tiens bon le désir

Jannick Belleau :

Adios Amiga

Jovette-Alice Bernier :

C'est alors que l'on sait

J'abdique tout

Louky Bersianik :

La Splendeur

Le testament de la folle alliée

Le visage

Maladie d'amour

Huguette Bertrand :

Alpamayo

Blondes nuits ensoleillées

Enchevêtré aux impossibles

Je ne suis que le vent

J'ai cette gourmandise

Les visages du temps

Quand le cri du corps

Sous la caresse des mots

Sur la pointe des doigts

Sur l'écran brûlant...

Claudine Bohi :

L'humilité...

France Bonneau :

Si j'étais immigrante

Nicole Brossard :

Aujourd'hui je sais

Ma continent

Ne touchons pas...

Sa surface

Sous la langue

Françoise Bujold :

Quand la perdrix...

Mélanie Cantin :

Innocent amour

Diane Cardinal :

Je m'assois sur ton nombril

Je m'infiltre sous ta peau

Tu murmures

Patrizia Cavalli :

De moi...

Natalie Clifford Barney :

Etre libre

Anne Collignon :

Ils étaient cinq

Cristie Cyane :

Laisse-toi aller

On veut pas d'ça ici !

Polaroïd

Rainbow

Un baiser sur ses seins

Louise Cotnoir :

Il faudrait le poème

Le sexe marqué...

Maison à louer

Christine Davi :

Elle dit non

Lucie Delarue-Mardrus :
Baiser 
L'étreinte marine
Refus

Si tu viens

Denise Desautels :

Les chuchotements et la caresse 
L'espoir ?

Tout ce bleu

Une histoire de beauté

Chahdortt Djavann :

L'Iran d'aujourd'hui

Hélène Dorion :

Tu avances une main...

Tu viendras...

J'adviens...

Emily Dickinson :

Douter de Moi !

Elle s'éleva...

Il a Sanglé ma vie

Il s'exerce sur votre Ame

Pour Toi

Eve Ensler :

Le clitoris...

Mon vagin, mon village

Procès en sorcellerie

Rosanna Fiocchetto :

La fureur...

Jacqueline Francoeur :

Sérénité

Madeleine Gagnon :

Un monde androgyne

Cathy Garcia :

Oiseaux

Claire Gérard :

Sensualité

Benoîte Groult :

Elle voudrait

Patricia Guenot :

Abolir la spirale...

Avenir Féminin

Tes mains

Colette Haddad :

Si proche !

Anne Hébert :

L'envers du monde

Les petites villes

Nuit

Istina :

Je me bats

Elle marche

Michèle Lalonde :

Speak white

Sophie Langemont :

Quand je t'imagine

Marguerite Lapalme :

Assimilation

Audre Lorde :

Combattre l'oppression

Habiter les silences...

Savoir - plutôt que penser

Marie-Victoire Louis :

Justice

Andrée Maillet :

Amérique française

Françoise Mariotti :

Lisse comme une pierre blanche

Hélène Marquié :

Le corps subversif

Luci-Louve Mathieu :
Femme

Femme source

Les filles de plume

Lettres

Valéry Meynadier :

Juste...

Peu...

Carole Menahem-Lilin :

Désir obscur...

Le nu visionnaire

Nudité

Souffle 
Un parfum d'écorce

Micheline Mercier :
Abnégation

Isabell Miller :

Fondre

Shawn Mir :

Là-bas les Flandres

La lesbienne d'aujourd'hui

Misfit :

Ange d'éternité

De mes soeurs lesbiennes

Des siècles...

D'un clapotis de l'âme

Le tourbillon...

Tout se passera bien

Vermillonner d'aimer

Colette Nys-Mazure :

Aimée-Aimante

Délivrer les sources

Flux et reflux
Angèle Paoli :
Peut-être

Geneviève Pastre :

Au mâle quand il veut s'interposer

Bonheurs

Je chie je dis...

Marie-Thérèse Peyrin :

Regarde

Ludmilla Podkosova :

Aimer

Lucie Poirier :

Les longs chemins

Catherine Ribeiro :

Femmes algériennes

Adrienne Rich :

A Judith

L'honneur des femmes

Nier notre réalité

Si c'est le désir...

Amina Saïd :

Amour notre parole

Enfant moi seule

L'élan le souffle le silence

Cécile Sauvage :

Le vallon

Isabelle Servant :

Sûrement

Christel J-Stefariel :

Les mots à huis clots

Nada Stipkovic :
Lâcheté
Jeanne Talbot-David :

Où allons-nous

Si fortement rêvé...

Françoise Tchartiloglou :

C'est la vie

Comme la mouette

Repli

Résidence

Emmanuelle Urien :

Tout est pareil

Yolande Villemaire :
Le son du soi
Clara Vincent :

Au pays de ton corps

Dis femme...

Petite garce femme

Tout près du visage

Renée Vivien :

Intérieur

Le Pilori

Notre Dame des Fièvres (Tolède)

Sonnet "Parle-moi..."

Union

Ton Ame

Vierges et femmes...

Simone Weil :

Comme le puissant...

Monique Wittig :

Elles disent...

J/e suis frappée d'interdit...

Sois m/a très chérie...

Leïla Zhour :

Aime-moi

A mon revers

Deux

Grandes et dures

Je cherche un visage...

T'aimer

Ton regard...

Recherche

En théorie : des articles de fond et de référence sur le lesbianisme, l'homosexualité et le féminisme, ainsi que quelques articles sur l'actualité LGBT.

Un peu d'art aussi, des coups de crayons et de pinceaux, de la poésie, des images.

En pratique :un blog et son histoire. 

Les albums qui sont dédiés à une artiste en particulier sont créés avec l'autorisation et la collaboration de cette artiste. Pour litiges ou autres mots, mon adresse mail : sappho4444@hotmail.com 

Archives

Liens

Portails lesbiens :
Sappho
Tasse de Thé
Lesbiagenda Toulouse

Lesbian Index

Sapphica


Blogs lesbiens : 
L'ancien Lezzone et ses archives

Elles à Elles

Complicités Féminines

Geneviève Pastre 

Gouts Doux
Lesbiennes maghrébines

Mauvaise Herbe 

Mot à Mot 
Sensuality

Références Lesbiennes :
Archives lesbiennes de Paris

Archives lesbiennes de Berlin

Bagdam Espace Lesbien

Cineffable

Coordination Lesbienne

Isle of Lesbos

La Barbare

Les Rivages de Mytilène
Saphisme.com

Univers-L


LGBT/Queer :

France Gaie et Lesbienne

Fugues : G&L du Québec

Inter LGBT

Les Panthères Roses

Media-G

SOS Homophobie 


Sites féministes : 

ANEF 

Annuaire Etudes féministes 
Anti patriarcat
CCP(ublisexisme)
CNDF
Contre le publisexisme

Encore féministes !

Femme libre (blog)

Femmes en Résistance

Films de Femmes 
Furieuses Fallopes
Glasgow Women's Library

Hors Champ

La Barbe
La Maison des Femmes
 
La Meute
Les Pénélopes  

Mix-Cité

Sisyphe

Têtes hautes

The Women's Library


Auteures :
Michèle Causse
Françoise Leclère
Geneviève Pastre
Monique Wittig

Espaces poétiques :

Huguette Bertrand

Poé-graphie

Poénamur

Poénamur 2

Poésie sapphiste

Renée Vivien

Shawn Mir

Terres de Femmes


Artistes peintres :

Marie Lydie Joffre
Hélène Khoury 

Françoise Tchartiloglou

Sylvette Vinot 

Photographie :
Cathy Peylan
Rebelle


Référencement :

Ref-ici

Mesblogs.com 
Référencement blog
Lesbienne sur Reflink
 

Annuaire de flux d'actualités 

 

Augmenter la visibilité de votre site avec son l'indexation sur nos annuaires en liens durs

14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 18:04

La statistique, piège ethnique
 
par Alain Blum, France Guérin-Pace et Hervé Le Bras


En pensant à votre histoire familiale, de quelle(s) origine(s) vous diriez-vous ? Vous pouvez donner plusieurs réponses."

"Et de quelle(s) couleur(s) de peau vous diriez-vous ?"

Ces questions vous seront posées si vous faites partie des 24 000 personnes tirées au hasard pour répondre à l'enquête de l'Insee et de l'INED intitulée "Trajectoires et origines", qui coûtera plus de 2,5 millions d'euros et offre ainsi à la loi Hortefeux un premier terrain d'application. L'interrogatoire effectué à domicile par un enquêteur Insee ne s'arrêtera pas là. Treize autres questions suivent qui portent sur votre religion et sur celle de vos parents, parmi lesquelles :




"Aujourd'hui avez-vous une religion ? Si oui, laquelle ?" "Dans votre vie quotidienne, portez-vous en public un vêtement ou un bijou qui peut évoquer votre religion ?" (Les instructions données aux enquêteurs précisent, si hésitation : comme une croix, une kippa, un voile ou un autre pendentif .)

Vous êtes en France, en 2007, dans une République dont la Déclaration des droits de l'homme de 1793 déclare solennellement que "les peuples libres ne connaissent d'autres motifs de préférence dans leurs élections (c'est-à-dire leur recrutement en termes actuels) que les vertus et les talents". A quelle fin vous interroge-t-on alors sur votre couleur de peau et sur vos origines (après que d'autres questions ont détaillé votre lieu de naissance, votre nationalité, son acquisition et la même chose pour vos parents) ? Quelles sont ces origines qui ne sont pas réductibles aux paramètres de l'état civil ? Quel est l'objectif d'une telle enquête ?

La réponse des concepteurs de l'enquête est simple : la lutte contre les discriminations. Si on ne connaît pas qui est discriminable, comment empêcher qu'il le soit ? D'ailleurs, les Anglais et les Américains ne demandent-ils pas la race ou l'ethnicité dans leur recensement ? Voyons si ces arguments sont sérieux.

Les discriminations sont-elles moins importantes en Angleterre et aux Etats-Unis qu'en France ? Non, c'est plutôt le contraire. Bien que les catégories ethno-raciales soient en usage depuis plus d'un siècle aux Etats-Unis et depuis 1991 au Royaume-Uni, la situation des minorités cernées par les statistiques n'y est pas meilleure qu'en France quand on considère les taux de chômage, la réussite scolaire, la criminalité, ou encore la mobilité sociale. Les émeutes raciales qui secouent régulièrement ces deux pays sont plus violentes et plus meurtrières qu'en France. Elles opposent fréquemment des communautés entre elles, ce qui n'est pas le cas dans notre pays.

Une enquête est-elle utile pour lutter contre la discrimination et doit-on privilégier l'étude des discriminés potentiels à celle des auteurs de discrimination ? Comparons le cas des discriminations à celui de la criminalité. Pour lutter contre le crime, effectue-t-on des enquêtes portant sur les victimes potentielles ? Non. Depuis que les statistiques judiciaires existent (1826 en France), on étudie les circonstances des crimes et leurs protagonistes. De même devrait-on mieux étudier les discriminations là où elles se produisent, dans l'éducation et à l'embauche au moyen de testings ou autres méthodes encouragées par la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde).

Les associations et organismes qui luttent contre les discriminations sont-ils demandeurs d'enquêtes à caractère ethnique ? Non. A notre connaissance, ni la Halde, ni la ligue des droits de l'homme, ni le MRAP, ni la Licra, ni SOS-Racisme, ni la Cimade, n'ont formulé de telles demandes et se déclarent ouvertement pour la plupart hostiles aux statistiques ethniques.

Les enquêtes officielles sur les origines sont donc inutiles. Pire, elles sont dangereuses. Elles habituent la population à penser en termes d'ethnicité et de race, fléau qui jusqu'ici avait largement épargné notre pays. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle certains pays ont refusé ce type de catégories (les syndicats suédois sous la houlette d'Anna Ekström viennent de se prononcer à l'unanimité contre l'usage de catégories ethno-raciales). Or l'enquête de l'Ined privilégie l'aspect ethno-racial et religieux au détriment d'autres facteurs bien connus de discrimination.

De plus, les questions sur la couleur de peau et la religion situées dans le questionnaire à la suite du recueil des parcours d'immigration, et avant les questions portant sur la discrimination, imposent à l'interviewé une conclusion évidente : s'il est discriminé, c'est à cause de son origine définie ici par sa religion et sa couleur de peau. Les sociologues savent bien que l'ordre et la formulation des questions dans une enquête ont une influence indéniable sur les réponses. Que penseriez-vous si, juste après vous avoir demandé votre couleur de peau, on vous demandait si vous vous sentiez chez vous en France ? C'est pourtant ce qui est fait dans cette enquête !

Certes, il existe un racisme latent, fondé sur des représentations raciales, mais c'est le nourrir que de proposer des catégories ethno-raciales sur lesquelles il peut s'appuyer et avec lesquelles il se légitime. Car, là où elles ont été utilisées, les catégories ethniques relèvent au mieux d'une ethnologie de pacotille, au pire d'une vision raciale ou coloniale, propre à chaque pays. En Angleterre, les Maghrébins font partie des White au même titre que les Ecossais.

En France, on voudra certainement les distinguer : leur religion ou celle de leurs parents sera donc utilisée. Les Maghrébins seront ainsi étiquetés "Blancs musulmans". Inéluctablement, on retombera dans le racisme ethno-racial du XIXe siècle. Les raciologues s'inquiétaient alors de devoir mélanger Sémites et Indo-Européens, juifs, Arabes et catholiques, dont la couleur de peau était bien proche, pensaient-ils. Ils proposèrent d'affiner la classification soit par des mesures anthropométriques et morphologiques : forme du crâne, forme du nez, soit par une référence à l'appartenance religieuse : musulmans, juifs et chrétiens. L'INED et l'Insee n'ont pas osé demander la forme du nez ou du crâne, ils se satisfont de la religion.

Les concepteurs de l'enquête se retranchent derrière l'argument selon lequel l'enquêté est libre de sa réponse pour affirmer qu'ils n'imposent pas de classification raciale. Quelle illusion ou quelle tromperie ! Lorsqu'on vous demande votre couleur de peau, vous n'allez pas nuancer votre réponse, lorsqu'on vous demande la religion de vos parents, non plus. Gageons donc qu'en résultat nous aurons des tableaux distinguant les catégories Blancs, Noirs, Jaunes (requalifiés en Asiatiques), métis (les "autres"), juifs, catholiques, protestants, musulmans, bouddhistes et athées (qualifiés de "sans religion"), etc. Le croisement de ces modalités fournira une classification raciale de la population aux relents inquiétants.

Pour empêcher un tel dérapage des institutions de la République, nous avons signé la pétition lancée par SOS-Racisme pour s'opposer fermement à l'application de l'article de la récente loi Hortefeux sur l'immigration, qui a introduit la possibilité de statistiques ethniques.


--------------------------------------------------------------------------------

Alain Blum, France Guérin-Pace et Hervé Le Bras sont directeurs de recherche à l'INED.

Source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-976492,0.html


Pour signer la pétition :  http://www.fichepasmonpote.com/

Je refuse les « statistiques ethniques »...


Je refuse que quiconque me demande ma couleur de peau, mon origine et ma religion. Je refuse que l’on puisse faire de même avec mon conjoint, mes enfants, mes parents. Je refuse que mon identité soit réduite à des critères d’un autre temps, celui de la France coloniale, ou de Vichy.

Je refuse l’idée que la lutte contre les discriminations et l’effort pour l’intégration supposent la création de catégories ethnoraciales. Le prétendre est une manipulation intellectuelle et politique. Je refuse d’accepter que le regard et l’investigation se posent sur les victimes plutôt que sur les auteurs des discriminations. La nécessaire connaissance de la réalité des discriminations doit passer par d’autres moyens comme par exemple, le testing. Je souhaite que l’on cherche à diagnostiquer réellement les pratiques discriminantes pour les sanctionner plus sévèrement. Je refuse qu’une prétendue caution scientifique consolide des stéréotypes racistes qui continuent malheureusement à travailler de l’intérieur la société française.

Je refuse que l’Etat réhabilite un référent racial ethnique ou religieux pour établir des « statistiques ethniques ».

Je refuse de modifier les fondements de notre République, et demande au Conseil Constitutionnel de ne pas valider l’article 63 de la loi sur l’immigration.


  Source : http://www.fichepasmonpote.com/

Partager cet article

Repost 0

commentaires